Arbaciidae

Gray, 1855, p.157

nomen corrigendum Gregory, 1900, p.307 pro Arbaciadae Gray, 1855

Genre type : Arbacia Gray, 1835, p.58

Description succinte de la famille : Apex dicyclique. Ambulacres au moins partiellement composés de plaques majeures avec une primaire centrale en forme de raquette, encadrée verticalement par deux demi-plaques. Tubercules primaires perforés, non crénelés.

 

 


 

 

 

Genre Arbacia  Gray, 1855

Catalogue of the recent Echinida, or sea eggs, in the collection of the British Museum, p.58

Espèce type  Cidaris pustulosa Leske, 1778 (désignation subséquente de Agassiz & Clark (1908) Hawaiian and other Pacific Echini, the Salenidae, Arbaciadae, Aspidodiadematidae and Diadematidae, p.67)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Miocène - Actuel

Syn. 

  • Echinocidaris Desmoulins, 1835, p.34 (200). synonyme objectif

  • Agarites Agassiz, 1841, p.7 ; Espèce type : E. punctulatus Lamarck,1816 ; synonyme subjectif plus récent

  • Anapesus Holmes, 1860, p.5 ; Espèce type : Anapesus carolinus Holmes,1860 ; synonyme subjectif plus récent

  • Pygomma Troschel, 1872, p.309 ; Espèce type : E. spatuliger Valenciennes,1846 ; synonyme subjectif plus récent

  • Arbaciella Mortensen, 1910, p.327 ; Espèce type : Arbaciella elegans Mortensen,1910 ; synonyme subjectif plus récent

 
 
description du genre par Agassiz in Ag. & Clark
Hawaiian and other Pacific Echini, the Salenidae, Arbaciadae, Aspidodiadematidae and Diadematidae, 1908, p.67
 

Arbacia.

Gray, 1835. Proc. Zool. Soc. London, p.58

Type-pecies, Cidaris pustulosa Leske, 1778. Add. Klein, p.85

Tertiary (?) and Recent Arbaciadae.

     There seem to be only five valid species of this genus, although Lovén, in his revision of it in 1887, recognized double that number. Lovén, however, considered as a good subgeneric character, one which we find cannot be relied on even to distinguish a given species, namely, the extent to which the abactinal interradial areas are free from spines, and he recognized individual differences such as the form of the test as valid specific characters. We are entirelyunable to find any character which will distinguish specimens from Brazil from those taken in the Mediterranean, while Lovén considered them as two quite distinct species. It is possible that further material from the west coast of Africa will make the recognition of the species africana Troschel desirable, and there is also a possibility that alternans Troschel may ultimately be separable from Dufresnii Bl., but in the light of such material as is now available either in the M. C. Z.. or elsewhere, these three names seem to be synonyms. The species which we recognize are lixula Linn. (including pustulosa Leske, aequituberculata Bl. and australis Trosch.), from the tropical Atlantic, ranging from the Mediterranean and Gulf of Guinea to Brazil ; Dufrenii Bl. (including africana and alternans of Troschel), from southern South America, Tristan d'Acunha, and West Africa ; punctulata Lamk., from the east coast of the United States and Mexico ; spatuligera Val. (including grandiosa Val.), from Peru and Chili ; and stellata Bl., from the west coast of Mexico and Central America. All these species are distinctly littoral, rarely occuring in depths exceeding 100 fathoms.

 

     In distinguishing the species of this genus, we find that no reliance can be placed on the extent to which the interambulacra are covered by the primary spines. Nor is this even an age character, for specimens of the smae size, of punctulata from Woods Hole and Newport, reveal the most striking differences in this particular. The relation of the oculars to the periproct, the number of primary tubercles on each coronal plate at the ambitus, the sculpturing of the epistroma, and even, to some extent, the color and size, appear to furnish the best characters by which the species are to be distinguished. The following table shows the characters revealed by the species we recognize.

table after Agassiz, Hawaiian and other Pacific Echini, p.68

 

 
 

Arbacia crenulata KIER,1963

 
 
Diagnose originale de l'espèce par Kier, 1963
Tertiary Echinoids from the Caloosahatchee and Tamiami formations of florida, p.11
 

arbacia crenulata Kier, new species

Plate 1, figures 1-5 ; text figures 3-4

     Diagnosis.—Species characterized by crenulated ornamentation on plates.

     Material.—Thirty-one specimens most of which are extremely well preserved with all the ornamentation visible.

     Shape.—Medium size, varying from a horizontal diameter of 11.8 to 42.0 mm; moderately high, with height 40 to 50 percent of diame­ter, height-diameter ratio constant throughout growth (text fig. 3).

   

     Apical system.—Preserved in 21 specimens ; all oculars exsert in all specimens (text fig. 4) ; oculars generally pentagonal, small usu­ally without tubercles; genital plates Large with genital pore in center of each plate; periproct eIongate diagonally from interambulacra 3 to 1, at greatest width between 13 to 17 percent of horizontal diameter of test.

     Ambulacra.—At ambitus one-half width of interambulacra ; por­iferous zones straight from apical system to near margin, arcuate around large tubercles at margin, greatly widened adorally ; adorally tubercles so large that pore pairs perforate bosses; ambulacral plates compound, trigeminate ; in each poriferous zone 35 pore-pairs in specimen 13.8 mm in diameter, 42 in specimen 19.7 mm in diameter, 56 in specimen 30 mm in diameter; the number of primary tubercles in each ambulacrum varies from 7 in a specimen 11.8 mm in diame­ter to 20 in a specimen 33 mm in diameter ; one large pit in each ambulacrum near peristome (pl. 1, fig. 4) ; primary tubercles very large adorally, but greatly reduced in size and number to ambitus.

     Interambulacra.—Plates low, 22 in interambulacrum of specimen 13.8 mm in diameter, 24 in specimen 19.7 mm in diameter, 28 in specimen 30 mm in diameter ; primary tubercles very small in area extending from apical system to slightly above ambitus, no tubercles in median region, one tubercle on each plate near adradial suture, in some specimens tubercles stnaller on every other plate in some series ; tubercles very large in area from slightly above ambitus to peristome  ; usually two tubercles on each plate.

   

     Peristome.—Very large, one-half as wide as horizontal diameter of test, pentagonal, relative size of peristome constant throughout adult growth (text fig. 5) ; gill slits wide, continuing considerable distance on surface of test (pl. 1, fig. 4) ; auricles high, slender, not j oined.

     Periproct.—Opening elongated along line passing through inter­ambulacra 1 and 3; size constant throughout growth (text fig. 6).

     Tuberculation.—Ail primary tubercles imperforate, smooth, on highly inflated bosses ; surface of ail plates, where tubercles do not occur, crenulated with series of narrow grooves and ridges running from apical system to peristome (pl. 1, fig. 5). Number of tubercles relative to size constant throughout growth (text fig. 7).

     Comparison with other species.—This species is very similar to

 
 

Arbacia improcera (Conrad) from the upper part of the Yorktown formation (Late Miocene). Both species have the same shape, sanie number of tubercles in the ambulacra and interambulacra, and same number of ambulacral and interambulacral plates. A. crenulata differs in the surface ornamentation of the plates. In A. crenulata the ornamentation consists of fine crenulations (pl. 1, fig. 5) that ex-tend adorally, whereas in A. improcera there are granules (pl. 1, fig. 6). Furthermore, in A. crenulata the nakul areas in the ambulacra and interambulacra extend farther adorally than in A. improcera.

   

A. crenulata is easily distinguished from Arbacia waccainaw Cooke by its much more ventral ambitus, lower interambulacral plates, and smaller adapical tubercles. It is distinguished from Arbacia rivuli Cooke in having fewer tubercles in the adapical interambulacra. A. crenulata is similar to Arbacia sloani (Clark) from the Late Miocene (Duplin mari) but unfortunately no well preserved specimens are known of A. sloani, and it is not possible to make a detailed comparison of the two species.

     Occurrence.—This species is most common in the "Buckingham" facies and the barnacle–echinoid–oyster facies of the Tamiami forma­tion. Very few specimens were collected from the typical Tamiami.

Tamiami formation : Typical Tamiami : Loc. 12, 14.

Tamiami formation, "Buckingham" fades : Loc. 20, 21, 22, 23, 24, 25.

Tamiami formation, barnacle-echinoid-oyster fades: Loc. 26, 29, 30.

Unnamed late Miocene formation : Loc. 33. Type.-Holotype, U.S.N.M. 648133, loc. 20.

extract of plate 1 after Kier

   

 

 
 

Arbacia crenulata KIER,1963 - Miocène, Tamiami formation, charlotte county, floride, U.S.A., 17 mm

 
 
 
 

Arbacia improcera (Conrad, 1843)

 
 
Description de l'espèce par Clarck & Twitchell
The Mesozoic and Cenozoic Echinodermata of the United States, 1915, p.180
 

Coelopleurus improcerus (Conrad).

Plate LXXXIV, figures 4a-c

Echinus improcerus Conrad, 1843, Acad. Nat. Sci. Philadelphia Proc., vol. 3, p.310.

Psammechinus improcerus Stefanini, 1911, Soc. geol. italiana Boll., vol.30, p.705

     Determinative characters. - Test large, circular, depressed, concave balow. Ambulacra narrow, each with two rows of primary tubercles extending from peristome over ambitus about two-thirds of way from latter to apical system, secondary tubercles above ; poriferous zones narrow, slightly flexuous. Interambulacra wide, the two rows of primary tubercles on upper surface small. Peristome large, with slight brachial incisions.

     Dimensions. - Diameter 35 millimeters ; height 15 millimeters.

     Description. - This species was first described by Conrad in 1843. No illustration accompanies the description, but the species is without doubt the form found by the authors in the Yorktown formation near the James River and Figured and described in this monograph. It corresponds in all particulars to the incomplete description which Conrad gives to it.

     The test is large, circular and depressed. The slope of the upper surface is very low toward the apex. The lower surface is concave.

     The ambulacra are narrow, each bearing to rows of primary tubercles which are much larger at the ambitus than  on the lower or upper surface. They diminish rapidly in size on the upper surface and about two-thirds of the way to the apical system become secondaries or diminish altogether. One or more isolated primaries also occur at this point of disappearance with a secondary between. The poriferous zones are narrow and somewhat sinuous, the pore pairs uniserial.

 

     The interambulacra are broad with four rows of primary tubercles at the ambitus similar to those of the ambulacra. They become smaller, reduced in number, and more or less irregulary crowded together near the peristome. Above the ambitus the rows of primary tubercles are soon reduced to two which with diminished size continue to the apical system. A large, miliary median space is found in the upper portion of each interambulacrum.

     The apical system is large but much broken in the type specimen. The peristome is large with small branchial incisions. The periproct is large and elongate.

     Localities. - James River, near Smithfield (type) ; J. T. William's marl pit, Smith Creek, half a mile below Suffolk, Va. (figured specimen).

     Geologic horizon. - Yorktown formation, upper Miocene.

     Collection. - U. S. National Museum (166487).

 

Extrait de la planche LXXXIV, fig.4, d'après Clarck & Twitchell

 

 
 
 

Arbacia improcera (Conrad, 1843) - Pliocène, Pinecrest beds, Sarasota, Floride, 27 mm

 
 
 

Arbacia waccamaw (Cooke,1941)

 
 
description de l'espèce par Cooke, 1959
Cenozoic echinoids from eastern United States, p.19
 

Arbacia waccamaw Cooke

Plate 4, figures 15-17

   

     Test medium-sized, circular ; upper surface depressed, subconical ; lower surface evenly rounded. Periproct large, central, obliquely elongated. Oculo-genital ring dicyclic ; genital plates large, corrugated to granular, pores large ; ocular plates smaller, each with a large central tunbercle. Ambulacra with two rows of imperforate tubercles, which are large on the lower surface but are reduced to granules at the apical ends ; pore pairs three in eah plate, uniseral and straight on the upper surfac, curved around the tubercles at the ambitus, and very oblique at the peristome ; on e sphaeridial pit in each area near the peristome. Interambulacra twice as wid as the ambulacra  on the upper surface, about equally wide on the lower surface because of the expansion of the proferous zones ; four rows of large imperforate tubercles on the base and ambitus, only the outer rows extending to the apex ; bare spaces covered by a shagreenlike corrugation ; plates wider than high. Peristome large, sub-pentagonal ; gill slits broad and very shallow.

     Diameter 34 mm ; height 17.4 mm ; diameter of peristome 17 mm.

    Occurence. - South Caroline : Intracoastal Waterway canal about 4.5 to 5 miles southwest of Little River (USGS 13377, type, C. W. Cooke ; USNM Accession 179251, L. C. Glenn.

 

          Florida : U. S. Engineers well HE 23 in southeastern Hendry County, altitude - 7 feet (USGS 18125).

     Type. - USNM 498888.

     Comparisons. - Arbacia waccamaw differs from A. punctulata in the shagreened surface of the bare interambulacra. Arbacia rivuli has no large bare areas, and its surface is coarsely granular. The upper interambulacral plates of A. improcera and A. sloani are much wider and lower.

Extrait de la planche 4

 

 
 
 

Arbacia waccamaw (Cooke,1941) - Pliocène, Yorktown formation, Charlotte, Caroline du Sud, 33 mm

 
 
 

Genre Codiopsis  Agassiz, 1840

Catalogus systematicus Ectyporum Echinodermatum fossilium Musei Neocomiensis, p.13

Espèce type  Codiopsis doma (Desmarest, 1825) (désignation originale)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Campanien - Danien

Syn. 

  • Pseudocodiopsis Valette, 1906, p.19. Espèce type : Codiopsis alpinus Gras,1852 ; synonyme subjectif plus récent

  • ? Hemicodiopsis Pomel,1883, p.82. Espèce type : Codiopsis lorini Cotteau,1851, p.287 ; synonyme subjectif plus récent

  • Piliscus Pomel, 1883, p.82. Espèce type : Codiopsis jaccardi Cotteau,1866, p.778 ; synonyme subjectif plus récent (de Hemicodiopsis)

 

 
 
description du genre par Cotteau
Paléontologie française, terrains crétacés, tome VII, p.774
 

15e Genre. Codiopsis, Agassiz, 1840

Echinus (pars), Desmarets in Defrance, 1825. Codiopsis, Agassiz, 1840.

     Test de taille moyenne, sub-circulaire, pentagonal, sub-hemisphérique en dessus, presque plane en dessous. Zones porifères composées à la face supérieure de pores régulièrement superposés, plus petits et déviant un peu de la ligne droite dans la région infra-marginale. Aires ambulacraires étroites, renflées. Tubercules ambulacraires et interambulacraires de petite taille, mamelonnés, imperforés, dépourvus de crénelures, sub-scrobiulés, limités à la face inférieure, où ils forment des rangées obliques et qui ne dépassent pas l'ambitus ; le surplus du test est chagriné, couvert de stries verticales, atténuées, au milieu desquelles se montrent de petites impressions circulaires plus ou moins distinctes. Quelquefois le test est couvert, en tout ou partie, de petits appendices de forme mamelonnée, plus ou moins saillants, souvent sub-granuleux, qui se détachent facilement, et paraissent tenir lieu de radioles. Nous les désignons, pour ce motif, sous le nom de mamelons radioliformes. Péristome plus ou moins développé, tantôt s'ouvrant à fleur du test, tantôt un peu enfoncé. Périprocte sub-pentagonal. Appareil apicial solide, large, sub-granuleux, garni comme le test de mamelons radioliformes.

       Rapports et différences. - Le genre Codiopsis présente un ensemble de caractères qui ne permet pas de le confondre avec aucun autre type. Les espèces dont il se compose seront toujours parfaitement reconnaissables à leur forme sub-pentagonale, à la disposition toute particulière de leurs tubercules qui ne s'élèvent jamais au-dessus de l'ambitus, surtout à leur face supérieure chagrinée, garnie de stries sub-onduleuses ou couverte de petits radioles mamalonnés d'une structure particulière, et dont la présence n'a encore été signalée chez aucun autre genre. Le genre Codiopsis est propre au terrain crétacé, et ne renferme qu'un petit nombre d'espèces ; il commence à se montrer dans les couches inférieures du terrain néocomien et s'éteint dans l'étage sénonien inf. (santonien).
 

 

 
 
 

Codiopsis lehmannae SMITH,1995

 
 
 

Codiopsis lehmannae SMITH,1995 - Maastrichtien, Jebel Rawdah, Oman, 11 mm

coll. Joaquín Espílez

 
 
 
 

Codiopsis lorini Cotteau, 1851

 
 
description du genre par Cotteau
Paléontologie française, terrains crétacés, tome VII, p.775
 

N° 2589. Codiopsis Lorini, Cotteau, 1851.

Pl. 1189 et 1190, fig.1-8

Codiopsis Lorini, Cotteau, Catal. méth. des Echin. néoc. du dép. de l'Yonne, Bull. Soc. des sc. hist. et nat. de l'Yonne, t. V, 287, 1851.

Codiopsis Alpina, A. Gras, Catal. des corps organ. foss. du dép. de l'Isère, p.33 et 50, pl.11, fig.7, 1852.

Codiopsis Lorini, Desor, Synops. des Echin. foss., p.112, 1856.

Codiopsis Alpina, Desor, id., Suppl., p.446, 1858.

Codiopsis Lorini, Pictet, Traité de paléont., 2e éd., t.IV, p.240, 1858.

     -            -     Cotteau et Triger, Echin. du départ. de la Sarthe, p.166, 1859.

     -            -     Leymerie et Raulin, Stat. géol. du dép. de l'Yonne, p.621, 1859.

Codiopsis Lorini, Cotteau, Etudes sur les Ech. foss. du dép. de l'Yonne, t. II, p.52, pl. LII, fig.15-16, pl. LIII, fig.1-4, 1860.

      -             -     Dujardin et Hupé, Hist. nat. des zooph. Echinod., p.519, 1862.

       -              -      Cotteau, Consid. strat. et paléont. sur les Ech. de l'ét. néoc. du dép. de l'Yonne, Bull. Soc. géol. de Fance, 2e sér., t.XX, p.360, 1863.

     Espèce de taille petite et moyenne, sub-circulaire, quelquefois légèrement pentagonale, renflée et sub-hémisphérique en dessus, large et plane en dessous. Zones porifères droites, formées de pores simples, petits, rapprochés les uns des autres, se multipliant d'une manière sensible autour du péristome. Aires ambulacraires un peu renflées, garnies à leur partie supérieure de granules aplatis, atténués, serrés, inégaux, épars, sur lesquels s'articulent, dans certains exemplaires bien conservés, de petits appendices plus ou moins saillants, mamelonnés, radioliformes, et qui, le plus souvent, ont disparu. Au-dessous de l'ambitus et dans la région infra-marginale, se montrent de véritables tubercules fortement mamelonnés, sub-scrobiculés, formant deux rangées distinctes, au nombre de cinq à six par série dans les plus gros exemplaires. Aires interambulacraires pourvues comme les ambulacres, à la face supérieure, de granules atténués, épars, inégaux, ou de petits appedices radioliformes, et vers la base, de deux rangées obliques de tubercules identiques à ceux qui existent sur les ambulacres. L'intervalle qui sépare les granules est finement chagriné et paraît occupé soit par de petites verrues microscopiques, soit par des stries verticales sub-onduleuses, interrompues çà et là. Péristome médiocrement développé, un peu rentrant, sub-pentagonal, marqué de faibles entailles. Périprocte étroit, sub-circulaire. Appareil apicial pentagonal, légèrement saillant, pourvu de granules et de mamelons radioliformes, idntiques à ceux qui couvrent le surplus du test, souvent même plus apparents. Plaques génitales allongées, égales entre elles ; plaques ocellaires sub-triangulaires, les unes et les autres largement perforées.

     Hauteur, 7 millimètres ; diamètre, 10 millimètres.

     Var. de grande taille : hauteur, 11 millimètres ; diamètre, 16 millimètres.

     Var. Alpina : hauteur, 15 millimètres ; diamètre, 20 millimètres.

 

     Rapports et différences. - Vatiable dans sa taille, dans sa forme plus ou moins pentagonale et costulée, cette espèce sera toujours reconnaissable à sa forme carrée, à sa face supérieure renglée, coupés à angle droit versl'ambitus, à ses ambulacres étroits, garnis, comme les interambulacres, de petits granules fins, serrés, abondants, très-atténués, et vers la base, d'une double rangée de petits tubercules mamelonnés et scrobiculés, à sa face inférieure large et plane, à son péristome un peu enfoncé, à son appareil apicial saillant et granuleux.

     Histoire. - Nous avons fait connaître cette espèce, en 1851, sous le nom de C. Lorini. L'année suivante, Albin Gras lui a donné le nom de C. Alpina. L'exemplaire qui a servi de type à cette dernière espèce, diffère, au premier aspect, du C. Lorini, par sa taille plus forte, sa forme générale moins renflée et plus circulaire, sa face supérieure plus finement granuleuse, et dans nos Etudes sur les Echinides de l'Yonne, nous n'avions pas hésité à séparer les deux espèces. Depuis, nous avons examiné quelques exemplaires de taille plus petite, recueillis dans l'Isère, associés au C. Alpina, dont ils sont évidemment le jeune âge. L'étude de ces échantillons nous a engagé à revenir sur cette opinion et à considérer le C. Alpina comme une simple variété du C. Lorini.

     Localités. - Auxerre, Cheney (Yonne) ; Marolles (Aube) ; Villers-le-Lac (Doubs). Rare. Etage néocomien inf. (Valangien sup., Jaccard).

      Ecole des Mines (coll. Dupin), Musée d'Auxerre, Musée de Grenoble, Coll.K Jaccard, ma collection.

     Explication des figures. - Pl. 1189, fig.1, C. Lorini, du Musée d'Auxerre, vu de côté ; fig. 2, face sup. ; fig. 3, face inf. ; fig. 4, aire ambulacraire grossie ; fig. 5, aire interambulacraire grossie ; fig. 6, autre exemplaire garni de ses mamelons radioliformes, du Musée d'Auxerre, vu de côté ; fig. 7, face sup. ; fig. 8, figce inf. ; fig.9, autre exemplaire de grande taille, de Villers-le-Lac, de la coll. de M. Jaccard, vu de côté ; fig. 10, face sup. ; fig. 11, face inf. ; fig. 12, aire ambulacraire grossie ; fig. 13 aire interambulacraire fortement grossie ; fig. 14, plaques interambulacraires fortement grossies ; fig. 15, appareil apicial grossi. - Pl. 1190, fig. 1, autre exemplaire, var. Alpina , du terrain néocomien de l'Isère, du Musée de Grenoble, vu de côté ; fig. 2, face sup. ; fig. 3, face inf. ; fi. 4, aire ambulacraire grossie ; fig. 5, aire interambulacraire grossie ; fig. 6, appareil apicial gossi ; fig. 7, autre individu plus jeune de l'Isère, du Musée de Grnoble, vu de côté ; fig. 8, face inf.

 

 

Pl. 1189 et 1190 d'après Cotteau, Pal. fr., crétacé, tome VII

 

 
 

Codiopsis lorini Cotteau, 1851- Aptien - Espagne, 11 mm

 
 
 

Codiopsis lorini Cotteau, 1851- Aptien - Espagne, 15 mm

 
 
 
 

Codiopsis lorini Cotteau, 1851- Aptien - Espagne, 18 mm

 
 
 
 

Codiopsis lorini Cotteau, 1851- Aptien - Espagne, 19 mm

 
 
 
 

Codiopsis major Cotteau,1879

 
 
diagnose originale de l'espèce par Cotteau, 1879
Notice sur les échinides urgoniens recueillis par Monsieur Barrois dans la province d'Oviedo (Espagne), p.6
 

9. CODIOPSIS MAJOR, Cotteau, 1879.

(Fig. 15-18.)

     Espèce de grande taille, élevée, renflée, subhémisphérique, se rétrécissant sensiblement vers la base. Zones porifères droites, composées de pores simples, arrondis, espacés; régulièrement superposés, paraissant plus petits et se multipliant, près du péristome. Aires ambulacraires subdéprimées milieu, presque partout d'égale largeur, si ce n'est cependant près du sommet , où elles sont étroites et aiguës , présentant à la face supérieure quatre rangées assez régulières, de petits granules saillants, peu nombreux, très espacés. Deux de ces rangées sont placées de chaque côté, très-près des zones porifères. A la face inférieure, les aires ambulacraires sont pourvues de deux rangées obliques de petits tubercules saillants ; fortement mamelonnés , diminuant de volume en se rapprochant du péristome, au nombre de cinq ou six par série. Aires interambulacraires subdédprimées au milieu, notamment vers la base, garnies à la face supérieure de petits granules identigues à ceux des aires ambulacraires, très-espacés, peu abondants, paraissant disposés en séries longitudinales irrégulières, et offrant à lai base deux rangées obliques de petits tubercules saillants et fortement mamelonnés, au nombre de cinq ou six par série. Vu à la loupe, le test, comme dans tous les Codiopsis paraît couvert de petites stries subonduleuses qui lui donnent un aspect chagriné. Péristome étroit, subeirculaire, médiocrement entaillé. Périprocte assez grand, arrondi sur les bords. Appareil apical solide, à fleur du test, peu apparent, subpentagonal. — Hauteur, 31 millim. diamètre, 38 millim.

 

     RAPPORTS ET DIFFÉRENCE. — Cette espèce, dont M. Barrois n'a recueilli qu'un seul exemplaire un peu écrasé, nous a paru se distinguer nettement de ses congénères par sa grande taille, sa forme générale hémisphérique et renflée, ses aires ambulacraires et interambulacraires garnies de petits granules peu abondants, très-espacés, disposés en séries longitudinales assez régulières, ses tubercules inférieurs peu nombreux et formant seulement deux rangée sur chacune des aires.

     Loc. - Cap Prieto. - Très-rare. - Etage urgonien

Pl. 1 (extrait)

 

 
 
 

Codiopsis major Cotteau,1879- Aptien, Morella, Castellon, Espagne, 46 mm

 
 
 
 

Codiopsis meslei Gauthier, 1875

 
 
description de l'espèce in Cotteau, Peron & Gauthier
Echinides fossiles de l'Algérie, étage néocomien, p.98
 

Codiopsis Meslei, Gauthier, 1875.

Pl. VIII, fig. 14-18.

Codiopsis Meslei, Cotteau, Peron et Gauthier, loc. cit., Echin. foss. de l'Algerie, p.92, fig.122-126. 1875.

      -          -       Coquand, Bull. de l'Acad. d'Hippone, p.338.1880.

     Diamètre, 24 mill. - Hauteur, 17 mill. - Diam. du péristome, 10 mill.

     Forme circulaire, renflée au pourtour, hémisphérique à la partie supérieure, plate en dessous.

     Appareil apical petit, mais peu visible dans notre unique exemplaire. Zones porifères légèrement déprimées, formées de pores superposés par simples paires, se multipliant près du péristome.

     Aitres ambulacraires relativement assez larges, égalant à l'ambitus 0,40 des aires interambulacraires. A la partie inférieure, se trouvent deux rangées de cinq ou six tubercules peu développés, imperforés, faiblement mamelonnés. Le reste de l'aire est couvert de granules serrés, très inégaux, irrégulièrement placés.

     Aires interambulacraires portant également deux rangées obliques de tubercules qui ne dépassent pas la face inférieure. Il y en a six par rangée. Le reste de l'aire est couvert, comme dans l'aire ambulacraire, d'une granulation serrée et très irrégulière.

     Péristome peu développé, n'excédant pas 0,41 du diamètre total.

 

     Rapports et différences. - Très voisin du Codiopsis Lorini, Cotteau, le Cod. Meslei s'en distingue par son ambitus plus arrondi, par son profil s'infléchissant plus rapidement vers le sommet, par sa granulation plus inégale et plus serrée, et enfin par sa grande taille. Aucun des exemplaires du Cod. Lorini, trouvés en Europe, même la variété de grande taille, dont A. Gras a fait le Cod. alpina, n'excède vingt millimètres de diamètre.

     Localité. - Teniet-Courass, au sud d'Anouel (Djebel-bou-Thaleb). - Très rare. - Etage néocomien.

Collection Peron.

     Explication des figures. - Pl. VIII, fig. 14, Codiopsis Meslei, vu de profil ; fig. 15, face sup. ; fig. 16, face inf. ; fig. 17, sommet de l'aire ambulacraire grossi ; fig. 18, plaques interambulacraires grossies.

Pl. VIII d'après Cotteau, Péron & Gauthier

 

 
 
 

Codiopsis meslei Gauthier, 1875- Berriasien terminal - Valanginien basal, Maroc, 35 mm

 
 

 

 

 

 

Codiopsis senessei Lambert in Lambert & Valette,1934

 
diagnose originale de l'espèce par Lambert, 1934
Sur quelques échinodermes crétacés de Bugarach (Aude), p.52

      Codiopsis Senessei Lambert (nov. spec.). PI. VI, fig. 13, 15. Test mesurant 12 mm. de diamètre sur 7 de hauteur, pentagonal, hémisphérique, à base plane et grand péristome (7 mm.) faiblement entaillé. Apex dicyclique, à périprocte central, arrondi. Ambulacres étroits, à pores simples, portant à la base entre le péristome et l'ambitus deux rangs de quatre petits tubercules et en dessus des granules serrés, inégaux, disposés sans ordre, tendant seulement à se grouper en rangées verticales au bord des zones porifères. Interambulacres nus au bord du péristome et portant à la base de l'ambitus un rang unique, transverse de huit tubercules. En dessus il n'y a plus que de petits granules très serrés, dont les moins petits sont disposés en rangées transverses flexueuses.

     La nudité apparente de la face supérieure de ce Codiopsis ne permet de le comparer qu'au C. Arnaudi Cotteau du Turonien de la Dordogne. Le type figuré de cette espèce (Pal. franc. crét., t. VII, p. 786, pl. 1192, fig. 12, 18) se distingue toutefois par sa forme plus haute, moins pentagonale, ses ambulacres plus larges, ses rangées transverses de tubercules interambulacraires moins droites et moins régulières, sa face supérieure portant des cicatrices de tubercules granuliformes qui devaient être assez dévelo1­pés, inégaux ; tandis que chez C. Senessei les tubercules granuliformes de la face supérieure très petits sont de deux sortes : les uns forment de petites rangées transverses dans les interambulacres, les autres microscopiques, très serrés, n'ont laissé après leur chute aucune cicatrice. Les deux espèces sont évidemment différentes.

     Cependant Cotteau, dans la Paléontologie française, avait réuni au type du Codiopsis Arnaudi d'autres petits Codiopsis du Santonien des Martigues, dont j'ai plusieurs individus sous les yeux et qui, précisément, se distinguent du type par les caractères que je viens d'indiquer. Ces individus des Martigues ne sont donc pas des C. Arnaudi, mais des C. Senessei et ils devront être réunis à ce dernier. Quant à l'individu de Cuba, figuré par Egozcue y Cia, c'est encore autre chose, C. Cia Lambert .

 

     Codiopsis Senessei est assez rare dans les Corbières, mais paraît s'y rencontrer à plusieurs niveaux. Il a été trouvé près de Bugarach dans le Coniacien au causse Mija et au Roc de la Rusto, puis retrouvé au N du Linas dans des couches à Hippurites resectus, enfin au N de Bugarach, au Roc de Quatre heures dans des couches que M. Senesse rapporte à 1'Angoumien supérieur. L'espèce apparue dans le Turonien supérieur a donc continué à vivre dans le Coniacien des Corbières et se serait propagée en Provence jusque dans le Santonien.

Pl. VI (extrait)

 

 
 

Codiopsis senessei Lambert in Lambert & Valette,1934 - Santonien supérieur, Sougraigne, Aude 8 mm

 

 
 

Genre Coelopleurus  Agassiz,1840

Catalogus systematicus extyporum echinodermatum, p.12

Espèce type  Coelopleurus equis Agassiz, 1840 (désignation originale)

ibid, p.12

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Eocène - Actuel

Syn. 

  • Keraiophorus Michelin, 1862, p.2. Espèce type : Keraiophorus maiilardi Michelin,1862 ; synonyme subjectif plus récent

  • Spileccia Hebert & Munier-Chalmas, 1878, p.1313. Nomen nudum.

  • Phrissopleurus Pomel, 1883, p.88. Espèce type : Phrissopleurus spinosissimus Agassiz ; synonyme subjectif plus récent

  • Delbosia Pomel, 1883, p.88. Espèce type : Delbosia delbosi Desor,1857 ; synonyme subjectif plus récent

  • Sykesia Pomel, 1883, p.88. Espèce type : C. pratti d'Archiac & Haime,1853 ; synonyme subjectif plus récent

  • Coeloclypeus Walther, 1893, p.321 ; erreur de transcription (lapsis calami)

 

 
 
description du genre par Cotteau
Paléontologie française, terrain éocène, tome II, p.544
 

GENRE COELOPLEURUS, Agassiz, 1840.

Cidaris (pars),      Klein, 1734.

Echinus (pars),     Koenig, 1820 ; Des Moulins, 1837.

Coelopleurus,       Agassiz, 1840 ; d'Archiac, 1846 ; d'Orbigny, 1851 ; Cotteau, 1856, 1863, 1886 ; Desor, 1857 ; Pomel, 1883 ; Duncan et Sladen, 1884 Noetling, 1885.

     Test de taille petite et moyenne, subcirculaire, plus ou moins renflé en dessus, plan et pulviné en dessous. Zones porifères droites, un peu onduleuses, composées de pores simples ne paraissant pas se multiplier autour du péristome. Aires ambulacraires garnies de deux rangées de tubercules non crénelé et imperforés. Tubercules interambulacraires de même nature que les tubercules ambulacraires, formant au moins quatre rangées qui ne s'élèvent pas au-dessus de l'ambitus ; les deux rangées du milieu disparaissent brusquement ; les deux rangées latérales, un peu moins développées que les autres, sont remplacées par des cordelettes granuleuses plus ou moins larges, qui deviennent plus étroites au sommet et s'arrondissent autour des zones porifères. Le milieu de l'aire interambulacraire est occupé par un espace lisse, nettement limité, marqué souvent de stries obliques disposées en lacets. Péristome petit, déprimé, muni de faibles entailles. Périprocte subcirculaire entouré d'un cordon plus ou moins régulier de granules. Appareil apical bien développé ; plaques génitales pentagonales, lisses ou granuleuses, pourvues quelquefois d'un gros tubercule saillant, perforées assez près du bord ; plaques ocellaires subtriangulaires, intercalées à l'angle supérieur des plaques génitales.

 

L'appareil apical, dans certaines espèces, présente un réseau pentagonal et anguleux de cordelettes granuleuses, se reliant à la partie supérieure des cordelettes interambulacraires. Les aires ambulacraires offrent souvent, à l'angle interne des plaques, des impressions plus ou moins accentuées à la face inférieure, mais qui disparaissent vers l'ambitus.

     Les différents sous-genres que M. Pomel a établis parmi les Coelopleurus, sous les noms de Phrissopleurus, Delbosia et Sykesia, nous paraissent reposer sur de simples différences spécifiques. Quant au genre Keraiaphorus, Michelin, il y aurait lieu de la conserver dans la méthode, si plus tard il était reconnu que ses radioles si étranges diffèrent complètement de ceux des Coelopleurus, que nous ne connaissons pas encore.

     Nous croyons que c'est avec raison que M. Noëtling a démembré les Baueria des Coelopleurus, mais il a eu tort, comme nous le verrons plus loin, de considérer le Coelopleurus Agassizi comme un des types du genre.

     Le genre Coelopleurus, tel qu'il est admis aujourd'hui, commence à se montrer à l'époque éocène ; il existe également à l'époque miocène et dans les mers actuelles.

 

 
 

Coelopleurus coronalis Agassiz,1848

 
 
description de l'espèce par Cotteau
paléontologie française, terrain éocène, tome II, p.560
 

     N° 309. - Coelopleurus coronalis (Klein), d'Archiac,1853

Pl. 337. (NDLR : il s'agit en fait de la pl. 335)

   

     Espèce de taille moyenne, subcirculaire, légèrement pentagonale, plus ou moins renflée en dessus, plane en dessous, épaisse et arrondie sur les bords, concave autour du péristome. Zones porifères un peu ondulées, formées de pores simples, arrondis, rapprochés les uns des autres, ne paraissant pas se multiplier près du péristome. Trois petites plaques porifères correspondent à une plaque ambulacraire. Aires ambulacraires costulées, étroites au sommet, s'élargissant vers l'ambitus, garnies de deux rangées de tubercules saillants, lisses, imperforés, assez fortement mamelonnés, s'élevant du péristome au sommet, tout en diminuant un peu de volume à la face supérieure, au nombre de douze ou quatorze par série. Les deux rangées sont très rapprochées, et cependant laissent la place à quelques granules intermédiaires, inégaux et se glissant ça et là entre les scrobicules. A la face inférieure, vers l'angle interne des plaques ambulacraires, se montrent de petites impressions qui disparaissent avant d'arriver à l'ambitus. Aires interambulacraires assez larges, garnies de quatre rangées de tubercules de même nature et à peu près de même dimension que les tubercules ambulacraires. Les deux rangées du milieu, coposées de sept ou huit tubercules, s'élèvent un peu au-dessus de l'ambitus et disparaissent brusquement ; les deux rangées latérales sont formées de tubercules un peu moins développés, mais qui s'élèvent plus haut ; vers l'ambitus, ils s'espacent, deviennent beaucoup plus petits et ne persistent pas jusqu'au sommet. Granules intermédiaires inégaux, assez abondants entre les scrobicules, surtout dans les rangées latérales et au-dessus de l'ambitus. Zone miliaire large, déprimée, parfaitement limitée de chaque côté par les granules latéraux un peu allongés, unis entre eux et formant une bandelette distincte qui persiste jusqu'à l'appareil apical. Tout à fait lisse en apparence, la zone miliaire est occupée par des stries obliques, atténuées, visibles seulement dans les exemplaires bien conservés. Péristome subcirculaire, un peu déprimé, muni de faibles entailles. Appareil apical assez grand, superficiel, presque lisse ; plaques génitales pentagonales, perforées un peu loin du bord, la plaque madréporiforme, spongieuse au milieu, est plus grande que les autres ; plaques ocellaires bien développées, intercalées à l'angle des plaques génitales. Quelques granules se montrent çà et là, de préférence sur les plaques ocellaires et autour du périprocte, qui est irrégulièrement circulaire et entouré d'un bourrelet saillant.

 

     Hauteur, 14 millimètres ; diamètre, 25 millimètres.

     Exemplaire plus petit : hauteur, 10 millimètres ; diamètre, 20 millimètres.

     Rapports et différences. - Cette espèce, très anciennement connue, a servi de type au genre ; elle sera toujours facilement reconnaissable à sa forme épaisse et renflée ; à sa face inférieure plane, subcirculaire, arrondie sur les bords ; à ses zones porifères onduleuses ; à ses aires ambulacraires costulées, garnies de tubercules bien développés, depuis le péristome jusqu'au sommet, et offrant sur la face inférieure, à l'angle interne des plaques, de petites impressions bien visibles ; à ses tubercules interambulacraires s'élevant au-dessus de l'ambitus ; à sa zone miliaire paraissant à peu près lisse ; à son appareil apical superficiel, très peu granuleux, dépourvu de cordelettes triangulaires.

     Localités. - Biarritz (Basses-Pyrénées). Rare. Eocène supérieur.

     Ecole des mines de Paris, coll. Pellat, Gauthier.

     Localités autres que la France. - Vich (province de Catalogne). Gerona (province de Gerona) (Espagne). A l'ouest de Bagotho oro hill, au sud de Schwan, Sind (Oligocène).

     Explication des figures. - Pl. 335, fig. 1, C. coronalis, de Biarritz, de la coll. de M. Pellat, vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, autre exemplaire, de la coll. de l'Ecole des mines, vu de côté ; fig. 4, face supérieure ; fig. 5, face inférieure ; fig. 6, aire ambulacraire, grossie ; fig. 7, plaque ambulacraire, plus fortement grossie ; fig. 8, aire interambulacraire et appareil apical, grossis.

 

extrait planche 335

   
 
 

Coelopleurus coronalis Agassiz,1848 - Eocène, Arguis, Huesca, Espagne, 17 mm

 
 
 
 

Coelopleurus coronalis Agassiz,1848 - Eocène, Arguis, Huesca, Espagne, 29 mm

 
 
 
 

Coelopleurus coronalis Agassiz,1848 - Eocène, Arguis, Huesca, Espagne, 27 mm

 
 
 
 

Coelopleurus coronalis Agassiz,1848 - Eocène, Arguis, Huesca, Espagne, 29 mm

 
 
 
 

Coelopleurus coronalis Agassiz,1848 - Lutétien, Espagne, 16 mm

 
 
 
 

Coelopleurus coronalis Agassiz,1848 - Eocène, Arguis, Huesca, Espagne, 26 mm

 
 
 
 

Coelopleurus melitensis Zammit Maempel,1969

 
 
 

Coelopleurus melitensis Zammit Maempel,1969 - Lower Globigerina Limestone, Gozo, Malte, 13 mm

 
 
   
 
 

Coelopleurus munieri Cotteau,1892

 
 
description de l'espèce par Cotteau
paléontologie française, terrain éocène, tome II, 1893, p.568
 

N°311.- Coelopleurus paucitubertulatus, Cotteau,1892

Pl. 336, fig. 6-11.

     Espèce de très petite taille, renflée, circulaire, subpentagonale, déprimée en dessous. Zones porifères n peu onduleuses. Trois plaques porifères correspondent à un plaque ambulacraire. Aires ambulacraires légèrement renflées, garnies de deux rangées de petits tubercules saillants, mamelonnés, serrés, diminuant rapidement de volume à la face supérieure et près du péristome, au nombre de sept ou huit par série. Tubercules interambulacraires moins gros que les tubercules ambulacraires, peu nombreux, s'élevant à peine vers l'ambitus, saillants, serrés, assez irrégulièrement disposés, accompagnés de quelques granules épars, chaque rangée composée de trois ou quatre tubercules seulement. Les deux rangées externes sont remplacées au-dessus de l'ambitus par quelques tubercules secondaires beaucoup plus petits, espacés et formant cordelette. La zone médiane paraît lisse et présente seulement deux rangées de quatre ou cinq très petits tubercules allongés et atténués. La face inférieure offre un aspect strié dû sans doute à la disposition des petits granules qui séparent les paires de pores. Péristome subcirculaire, assez grand, enfoncé, marqué de légères entailles. Appareil apical subpentagonal, granuleux, un peu renflé autour du périprocte, présentant des cordelettes anguleuses qui se relient aux cordelettes interambulacraires. Plaques génitales pentagonales, pourvues chacune d'un tubercule fortement mamelonné. Plaques ocellaires intercalées entre les plaques génitales et n'aboutissant pas sur le périprocte.

     Hauteur, 2 millimètres et demi ; diamètre, 5 millimètres.

     Rapports et différences. - Nous ne connaissons de cette espèce qu'un seul exemplaire. Nous avions pensé d'abord à le réunir au C. Agassizi, qu'on rencontre dans la même localité et dont il nous paraissait être le très jeune âge, mais en l'étudiant et en le comparant avec soin, nous avons renoncé à cette opinion.

 

 Le C. Munieri se distingue du C. Agassizi par sa forme plus pentagonale ; par ses aires ambulacraires plus renflées ; par ses tubercules plus saillants ; par sa face inférieure plus finement striée sur le pourtour du péristome, et enfin par la présence, sur chacune des plaques génitales, d'un gros tubercule isolé qui fait complètement défaut chez tous les exemplaires que nous connaissons du C. Agassizi.

     Localité. - La Gourèpe (Basses-Pyrénées). Très rare. Eocène supérieur.

     Coll. Cotteau (M. Munier-Chalmas)

      Explication des figures. - Pl. 336, fig. 6, C. Munieri, vu de côté ; fig. 7, face supérieure ; fig. 8, face inférieure ; fig. 9, aire ambulacraire, grossie ; fig. 10, aire interambulacraire prise à la partie inférieure, grossie ; fig. 11, appareil apical, grossi.

extrait planche 336

   
 
 

Coelopleurus munieri Cotteau,1892 - Eocène, Tarragone, Espagne, 26 mm

 
 
 
 

Sous-genre Murravechinus  Philip, 1965

The tertiary echinoids of South-Eastern Australia. III Stirodonta, Aulodonta, and Camarodonta, p.12

Espèce type  Murravechinus paucituberculatus (Gregory, 1890)

 Some additions to the Australian Tertiary Echinoidea , p.486

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Miocène

 

 
 
 

Coelopleurus (Murravechinus) paucituberculatus (Gregory,1890)

 
 
description de l'espèce par Cotteau
paléontologie française, terrain éocène, tome II, p.571
 

     Coelopleurus paucitubertulatus, Gregory, 1890, Some add. to the Australiae tert. Echinoidea, Geol. Magaz. Dec. III, vol. VII, n°317, p. 486, 1890. - Espèce renflée, déprimée en dessus, concave en dessous. Aires ambulacraires étroites au sommet, s'élargissant vers l'ambitus, garnies de deux rangées de tubercules assez gros et fortement mamelonnés vers l'ambitus, diminuant de volume à la face supérieure. Au milieu des aires interambulacraires, une large bande lisse médiane bordée au sommet, de chaque côté sur la face supérieure, par une double série, l'une de gros granules espacés, et l'autre de granules plus petits. Vers

 

l'ambitus, ces séries sont au nombre de trois de chaque côté. Partout les granules sont lisses et imperforés. Pas de gros tubercules interambulacraires. Périprocte circulaire, entouré d'un cercle régulier de petits granules. Appareil apical largement développé ; plaques ocellaires étroites, granuleuses. Cette espèce rappelle le C. sindensis, Duncan et Sladen ; elle s'en distingue nettement, ainsi que de tous ses congénères, par l'absence de gros tubercules à la base des aires interambulacraires. Morgan. S. Australia.

 
 

Coelopleurus (Murravechinus) paucituberculatus (Gregory,1890) - Miocène, Morgan Limestone, Overland Corner, Australie du Sud, 17 mm

 
 
 
 

Coelopleurus (Murravechinus) paucituberculatus (Gregory,1890) - Miocène, Morgan Limestone, Australie du Sud, 15 mm

 
 
 

 

Genre Gymnodiadema  de Loriol, 1884

Notes pour servir à l'étude des échinodermes, 1ère série, fasc.1, p.606

Espèce type  Gymnodiadema choffati de Loriol (désignation originale)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Bajocien - Callovien

 
 
diagnose originale du genre par de Loriol
Notes pour servir à l'étude des échinodermes, 1884, p.606
 

Genre GYMNODIADEMA, P. de Loriol, 1884

     Test élevé, renflé.

     Zones porifères rectilignes, fort étroites, composées de pores arrondis, disposés par simples paries régulièrement superposées.

     Aires ambulcraires très étroites, munies de granules imperforés, extrêmement petits, à peine visibles à l'oeil nu, formant des séries verticales. A la face inférieure, ils sont remplacés par des tubercules fort petits, mammelonnés, perforés, et non crénelés.

     Aires interambulacraires extrêmement larges, couvertes de granules tout à fait ténus, semblables à ceux des aires ambulacraires, imperforés, épars, très écartés, presque invisibles à l'oeil nu. A la face inférieure, tout près du péristome, se trouvent quelques séries de tubercules fort petits, memelonnés, légèrement scrobiculés, lisses et perforés, semblables à ceux des aires ambulacraires, mais plus développés.
     Appareil apical peu étendu, à fleur du test. Plaque madréporiforme triangulaire, peu développée ; les autres plaques génitales ne sont pas connues. Pores génitaux vers l'extrémité externe des plaques. Plaques ocellaires fort petites.

 

       Péristome inconnu paraisant de faible diamètre.

     Le test, qui paraît fort mince, est entièrement couvert, partout, d'un chagrin d'une finesse extrême, visible seulement avec une forte loupe.

     On ne connaît encore qu'une seule espèce de l'étage Callovien.

     Rapports et différences. Le curieux oursin qui constitue le type de ce nouvau genre ne saurait être confondu avec aucun autre. La disproportion extrême entreles aires ambulacraires et les aires interambulacraires le rapproche du genre Orthocidaris, mais il en diffère totalement par ses tubercules. La forme générale et la petitesse des tubercules font supposer, au premier abord, quelque analogie avec les Amblypneustes, mais ces derniers s'en distinguent par leurs pores disposés par triples paires, leurs tubercules imperforés, et leurs aires ambulacraires larges.

 

 
 

Gymnodiadema choffati de Loriol, 1884

 
 
diagnose originale de l'espèce par de Loriol
Notes pour servir à l'étude des échinodermes, 1884, p.608
 

N° 1. Gymnodiadema Choffati, P. de Loriol, 1884

Pl. XXXI, fig. 1.

Dimensions

Diamètre approximatif                          45 mm

Hauteur                                               41 mm

     Test subglobuleux, renflé au milieu, presque aussi élevé que large ; face supérieure uniformément bombée.

     Appareil apical relativement peu étendu, à fleur du test ; il est fruste dans l'exemplaire décrit, et je n'ai pu en donner le grossissement. Plaque madréporiforme peu développée, triangulaire, non renflée ; le pore génital est ouvert près de l'extrémité externe. Les autres plaques génitales ne sont pas distinctes. Plaques ocellaires fort petites, subhexagonales, avec les côtés échancrés, intercalées entre les sommets des plaques génitales ; elles paraissent avoir été toutes fort éloignées du périprocte.

     Zones porifères très étroites, parfaitement rectilignes, formées de pores arrondis, et disposées par simpples paires, régulièrement superposées, dans lesquelles ils sont séparés par un petit granule.

     Aires ambulacraires fort étroites ; elles n'ont que 3 mm de largeur à l'ambitus, dans l'exemplaire décrit, soit environ le huitième de la largeur des aires interambulacraires. Les granules qui les couvrent sont extrêmement petits, à peine visibles à l'oeil nu, imperforés, au nombre de deux sur chaque plaque. Il en résulte quatre séries verticales, à peu près régulières ; vers la base elles sont remplacées par deux séries verticales de petits tubercules memelonnés, perforés, lisses, à base saillante, qui disparaissent avant d'avoir atteint l'ambitus.

     Aires interambulacraires très larges, garnies de granules extrêmement petits, imperforés, semblables à ceux des aires ambulacraires, très écartés les uns des autres, et disséminés sans ordre. A la face inférieure, aux abords du péristome, on trouve six séries de trois petits tubercules, perforés, lisses, mamelonnés, semblables à ceux des aires ambulacraires, et très serrés ; ces

 

séries sont très divergentes, les deux médianes sont plus faibles et plus courtes, les latérales, qui suivent de près les zones porifères, sont plus allongées, mais elles sont confinées cependant à la face inférieure. On compte environ seize plaques ambulacraires vis-à-vis d'une plaque interambulacraire. Toute la surface du test, indépendamment des granules, est couverte d'un chagrin d'une grande finesse, invisible à l'oeil nu.

     Les contours du péristome ne sont pas visibles, on peut seulement constater qu'il était d'un faible diamètre.

     L'espèce n'est encore représentée que par un seul exemplaire, dont la conservation laisse à désirer, et qui est assez déformé. Il permet cependant d'apprécier, d'une manière suffisante, la plupart des caractères qui peuvent la faire reconnaître et qui sont singulièrement tranchés.

     Localité. Alhadas, près du cap Mondego (Portugal). Etage callovien inférieur.

     Collection. Collection de la section ds travaux géologiques du Portugal, à Lisbonne. Cet échantillon, ainsi que plusieurs autres, décrits plus loin, appartenant à la même collection, m'a été communiqué par M. P. Choffat, avec l'autorisation de M. Delgado, chef de la section.

Pl. XXXI d'après de Loriol

 

 

NB : remarquer la structure ambulacraire : il ne s'agit pas d'une succession de pores ronds identiques, comme soutenu dans la diagnose du genre et de l'espèce. Le pore perradial est rond, mais le pore adradial est en forme de goutte d'eau horizontale, la partie pincée vers la suture perradiale. ce dernier est situé plus haut sur la plaque ambulacraire, donnant ainsi l'allure d'une disposition en équerre de ces deux pores.

 

Gymnodiadema choffati de Loriol, 1884- Bajocien superieur, Maroc, 47 mm

 
 
 
 

Gymnodiadema choffati de Loriol, 1884- Bajocien superieur, Maroc, 47 mm

 
 
 
 

Gymnodiadema choffati de Loriol, 1884- Bajocien superieur, Maroc, 28 mm

 
 
 
 

Gymnodiadema choffati de Loriol, 1884- Bajocien superieur, Maroc, 42  mm

 
 
 
 

Gymnodiadema choffati de Loriol, 1884- Bajocien superieur, Maroc, 37 mm

 
 
 

 
 

Genre Hattopsis  Ali, 1992

A new genus and species of regular echinoid from the late Cretaceous of Gebel El Rowdah, Hatta area, Oman-UAE, p.694

Espèce type  Hattopsis sphaericus Ali,1992 (désignation originale)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Maastrichtien

 
 
 

Hattopsis sphaericus Ali,1992

 
 
 

Hattopsis sphaericus Ali,1992 - Maastrichtien, Jebel Rawdah, Sultanat d'Oman, 14 mm

coll. Joaquín Espílez

 
 
 
 

Hattopsis paucitubertulatus Smith,1995

 
 
 

Hattopsis paucitubertulatus Smith,1995 - Maastrichtien, Jebel Rawdah, Sultanat d'Oman, 12 mm

coll. Joaquín Espílez

 
 
 

 
 

Genre Protechinus  NOETLING, 1897

Fauna of Baluchistan vol. 1 (part 3). Fauna of the Upper Cretaceous (Maestrichtien) beds of the Mari Hills, p.14

Espèce type  Protechinus paucituberculatus Noetling,1897 (désignation originale)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Crétacé supérieur

Syn. 

  • Noetlingia Lambert, 1898, p.126. ; nom indisponible.

  • Noetlingaster Vrandenburg, 1911, p.45.

  • Hattopsis Ali, 1992, p.694. Espèce type : Hattopsis sphericus Ali, 1992 ; synonyme subjectif plus récent

 
 
diagnose originale du genre par Noetling, 1897, p.14
Fauna of Baluchistan vol. 1 (part 3). Fauna of the Upper Cretaceous (Maestrichtien) beds of the Mari Hills
 

PROTECHINUS, gen. nov.

     Test thin, large, circular in shape ; upper surface highly inflated, conical ; lower surface flat, slightly pulvinated at the margin.

     Apical dise not vert' large, pentagonal ; genital plates perforated by large holes ; anal opening comparatively small.

     Ambulacral areas less than half the breadth of the interambulacral ones, slightly convex ; interambulacral areas broad and probably slightly convex in the centre.

     Poriferous zones straight, rather narrow ; pores small, rounded ; each ambulacral plate carrying three pairs of pores, internai pair composed of minute holes ; in the two external ones the hales are of much larger size, but equal in both pairs; outer pairs arranged in a zigzag line, at the internal angles of which are plaeed thé minute internal pair. Tubercles small, but uniform in size, imperforated, non-crenulated, arranged in vertical rows, which are must numerous at the ambitus and decrease in number towards the apex and mouth, but remain more numerous on the lower than on the upper surface; two rows of tubercles on bath ambulacral and interambulacral areas reaching up to the apex.

Periproct unknown.

     Stratigraphical position.—Upper cretaceous series, Baluchistan.

     Remarks.—I hesitated for some time as to whether I should consider this specimen as the type of a new genus or a species of the genus Psammechinus, with which it shows the closest relationship both in general shape and the peculiar arrangement of the pores. It differs, however, from ail the known species belonging to the genus Psammechinus, Ag., in which genus the pores are ail of equal size and seemingly arranged in groups of three pairs on each ambulacral plate obliquely inclined in apical direction, as can be seen on Desor's plate XVIII, fig. 2a or 8a. On the other hand, the figures in the Paléontologie française, for instance plate 1201, fig. 4, or plate 1203, fig. 6—show distinctly that the triple groups of pairs of pores are formed not by the pores of one ambulacral plate, but by the pores of two consecutive plates. If we call the pairs of pores on one plate by numbers 1, 2, 3, 1 being the apical, 2 the median, 3 the peristomal pair, we find that the groups are composed of numbers 3, 1, 2, while the pairs on each plate are arranged in

 

such a way that they form an irregular triangle, pair No. 2 being the most external, No. 3 the most internai one, and taken as a whole the pores are arranged in three rows, the external of which is formed by pairs No. 2, the median by pairs No. 1, and the internai one by pairs No. 3.

     Now, in the specimen described below it will be noticed that the pores are seemingly arranged in groups of two, which are inclined in the direction of the peristome ; the third pair, however, is so much reduced that it is hardly visible, but if of the same size as the former ones it would be the lowest in a group, which consisté of pairs 2, 3, 1, of which 2 and 3 belong to one, 1 to the next following plate in the direction of the peristome. On each plate the pores are therefore arranged in such a way that pair 1 is the most internai pair, 2 the most external, and pair 3 the median one. The following diagram will show the arrangement of the pores on each plate, the arrangement of the pairs in triple groups, and the direction of inclination of each group in the genus Psarnenechinus and Protechinus.

   

     The difference in the arrangement of the pairs of pores in the two genera is too conspicuous to be overlooked, and I think that it fully justifies the establishment of a new genus, considering besides that pair No. 1 has become obsolete.

     How far the above rule as to the position of the pairs of pores on each ambu­lacral plate and their arrangement into groups applies to the other genera of the 0/igopori, I am unable say for the present, but to judge from Stomechinus denuda­tus, Cott. (Pal. franc., pl. 1204, fig. 4), this genus differs from the above two genera by a different arrangement oFthe pores, which are arranged in pairs inclined towards the peristome, in the order of 3, 1, 2, so that pairs No. 2 form the internai, 3 the external, and I the median row.

 

 
 

Protechinus emiratescu (Ali,1992)

 
 
 

Protechinus emiratescu (Ali,1992) - Maastrichtien, Jebel Rawdah, Sultanat d'Oman, 76 mm

coll. Joaquín Espílez