Cardiasteridae

Lambert, 1917

Genre type : Cardiaster Forbes, 1850

Description succinte de la famille : Test cordiforme, sillon profond au niveau de l'ambulacre III. Système apical en position centrale, allongé avec 4 gonopores.Plastron métasterne. Fasciole latéral (passe sous le périprocte).

 

 


Genre Cardiaster  Forbes, 1850

Ann. and Mag. of nat. Hist., VI (genre Cardiaster), p.443

Espèce type  Spatangus cordiformis Woodward,1833

(désignation subséquente par Wagner & Durham (1966), p.U528)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Turonien - Maastrichtien

 
 

Cardiaster integer (Ag. in Ag & Desor,1847)

 
description de l'espèce par Agassiz & Desor
Catalogue raisonné des échinides vivans et fossiles, 1847, p.28
Integer Agass. - P 96. - Cat. syst. p. 1 - Grande espèce très dilatée, à peu près aussi large que longue, à bords tranchants.

Cr. à Hippurites des bains de Rennes, Pyrénées. - Deshayes.

 

Cardiaster integer (Ag. in Ag & Desor,1847) - Santonien, Olazagutia, Navarre, Espagne, 84 mm

 
 

Cardiaster integer (Ag. in Ag & Desor,1847) - Santonien, Espagne, 75 mm

 
 
 
 

Cardiaster tercensis (Cotteau,1863)

 
 
diagnose de l'espèce par Cotteau
Echinides fossiles des Pyrénées, 1863, p.48
 

48. Holaster Tercensis, Cotteau, 1863.

     Espèce de très-grande taille, allongée, cordiforme, sub-convexe en dessus, médiocrement renflée en dessous. Sillon antérieur très-atténué près de l'appareil apicial, échancrant fortement l'ambitus et se prolongeant en un canal étroit jusqu'au péristome. Sommet ambulacraire sub-central. Zones porifères larges, à-peu-près égales. Péristome petit, arrondi. - Nous ne connaissons cette belle espèce que par un échantillon écrasé recueilli par M. Noguès. Nous la plaçons provisoirement dans le genre Holaster, en attendant qu'un exemplaire mieux conservé permette de s'assurer si l'ambitus est ou non muni d'un fasciole.

     L'Holaster Tercensis se rapproche beaucoup du Cardiaster Heberti, de la craie blanche de Meudon ; cette dernière espèce cependant paraît plus acuminée en arrière, plus renflée ; son sommet semble plus excentrique en avant et son sillon antérieur plus profond.

 

     Quatre grandes espèces de Cardiaster ou d'Holaster sont mentionnées dans la craie blanche : l'Hol. cordiformis, Sorignet (1850) de la craie blanche des environs de Louviers, le Cardiaster grandis, Woodward (1856), (Spat. grandis, Benett, 1831), de la craie supérieure de Norwich et d'Hegslesburg ; le Card. Heberti, Cotteau, de la craie de Meudon et notre Hol. Tercensis. Peut-être devra-t-on un jour réunir ces différentes espèces dont on ne connaît que des exemplaires isolés ? ... Mais dans l'état actuel de la science, elles sont trop imparfaitement connues pour que nous puissions nous prononcer sur leur identité.

     Localité. - Tercis (Landes.) Très-rare. Craie blanche sup., associé à l'Echinoc. vulgaris, var. gibba. - Ma collection.

 

 
 

Cardiaster tercensis (Cotteau,1863) - Campanien, Landes, 55 mm

 

 

 

Genre Hagenowia  Duncan, 1889

A revision of the genera and great groups of the Echinoidea, p.210

Espèce type  Spatangus cordiformis Woodward,1833

(désignation subséquente par Wagner & Durham (1966), p.U528)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Turonien - Maastrichtien

syn.

  • Hagenovia Gregory, 1900, p. 321 (nomen null.) ;

  • Martinosigra Nielsen, 1942, p. 163, espèce type : Cardiaster rostratus Forbes ; synonyme objectif plus récent.

 
 
 

Hagenowia anterior Ernst & Schulz,1971 - Santonien inférieur, Grande Bretagne, Yorshire, 26 mm

 
 
 

 
 

 
 

Genre Infulaster  Desor, 1858

Synopsis des échinides fossiles, p.347

Espèce type  Cardiaster hagenowi d'Orbigny,1853

par désignation originale

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Turonien - Coniacien

 
 
diagnose originale du genre par Desor
Synopsis des échinides fossiles, 1858, p.347
 

CXXXIVe Genre. - INFULASTER Hagenow

Tab. XXXIX. fig. 1-6.

     Oursin de forme bizarre, par suite du développement exagéré du sommet qui est excentrique en avant, beaucoup plus haut que le dos et dans certains cas surplombe même la base. Sillon antérieur très profond, flanqué de deux fortes carènes qui se prolongent du péristome au sommet. Ambulacres à fleur de test, comme dans les genres précédents. Pores très frustes et petits, mais cependant légèrement alongés et obliques. Un fasciole sous-anal, qui s'étend le long des flancs et passe sous le périprocte.

     Les espèces connues jusqu'ici proviennent toutes de la craie blanche.

     Nota. Avant qu'on ne connut les détails du test, on pouvait avoir des doutes sérieux sur la place qu'il convient d'assigner à ces curieux oursins. Maintenant que nous savons qu'ils sont doués d'un fasciole latéral semblable à celui des Cardiaster et que, d'un autre côté, leurs pores ambulacraires, quoique petits, sont cependant un peu allongés, leur position ne saurait plus être

 

douteuse. Ils se rapprochent évidemment des Cardiaster, dont ils sont en quelque sorte une exagération. Mais cette exagération est si prononcée, elle imprime une physionomie si particulière aux espèces,que nous avons cru utile de maintenir le genre Infulaster, contrairement à l'opinion de d'Orbigny et de Forbes, qui le rangent dans le genre Cardiaster.

     C'est M. de Hagenow, à qui la géologie doit d'éminents services,qui le premier nous a fait connaître ce curieux type dont il fit executer des moules qui ont été distribués dans différentes collections sous le nom d'Infulaster ( et non Insuflaster comme l'imprime à tort d'Orbigny) Borchardi Hagenow. Une seconde espèce que M. de Hagenow appelle I. Krausei, mais sur laquelle nous ne possédons aucun détail, se trouve dans le Plaener de Halberstadt, ce, qui avec les deux espèces d'Angleterre, porte le nombre des espèces à quatre.

 

 
 

Infulaster excentricus (Woodward,1833)

 
 
description de l'espèce par Desor
Synopsis des échinides fossiles, 1858, p.348
 

     excentricus Syn. Cardiaster excentricus Forbes Geol. Survey Decad. IV. Tab. X. fig. 1 - 18. De même forme que la précédente, haute et triangulaire ; mais, autant qu'on peut en juger par les dessins des mauvais exemplaires de M. Forbes, l'aire anale est moins anguleuse et le sillon antérieur ne monte pas tout-à-fait aussi haut. Pores très petits ; cependant ceux des rangées externes sont un peu plus longs que ceux des rangées internes. Fasciole distinct, longeant l'ambitus.

 

     Craie supérieure et moyenne de Norfolk

     Craie blanche de Douvres.

     Mus. géol. pratique de Londres, Coll. Rose, Bowerbank.

 

 
 

Infulaster excentricus (Woodward,1833) - Turonien, Nordrhein Westfalen, Allemagne, 40 mm

 
 
 
 

Infulaster excentricus (Woodward,1833) - Turonien, Ahaus-Wüllen, Nordrhein westfalen, Allemagne, 46 mm

 
 
 

 
 

Genre/Sous-genre Plesiocorys  Pomel, 1883

Classification méthodique et genera des échinides vivants et fossiles, p.45

Espèce type  Holaster placenta ,Agassiz in Agassiz & Desor, 1847

par désignation subséquente de Wagner & Durham, 1966 (Treatise of invertebrate palaeontology), p.U533

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Turonien - Santonien

 
 
diagnose originale du genre par Pomel
Classification méthodique et genera des échinides vivants et fossiles, 1883, p.45
 

     Plesiocorys. Le sillon antérieur presque obsolète ; les pores ambulacraires antérieurs très petits ; le périprocte très bas touchant presque à la marge : H. placenta et Toucasii. Des terrains crétacés.

 
 

Sous-genre Plesiocorys (Plesiocorys)  Pomel, 1883

confer supra.

 
 
 

Plesiocorys (Plesiocorys) placenta (Agassiz in Ag. & Desor,1847)

 
 
diagnose originale de l'espèce par Agassiz
Catalogue raisonné des familles, des genres et des espèces de la classe des échinodermes, 1847
 

Agass. - M 2. - Cat. syst. p. 2. - Très grande espèce, déprimée et élargie.

          Cr. de France. - Michelin

 
description de l'espèce par Sorignet
Oursins fossiles de deux arrondissements du département de l'Eure (Louviers et Andelys), 1850, p.68
 

85. Placenta  ? Agas. - Diamètre antéro-postérieur 94 millim., diam. transv. 82 millim., hauteur..... - Très-grande espèce, allongée en arrière, ayant l'ambitus circulaire en avant. Test très-mince. Le pourtour n'est pas échancré par un sillon antérieur dont il n'offre aucune trace. La face inférieure paraît plate ; la bouche, très-excentrique en avant, est large, réniforme, entourée d'une large étoile de pores buccaux. La côte sternale est un peu saillante et resserrée entre deux larges bandes lisses, couvertes de tubercules miliaires très-fins. Les tubercules principaux sont gros, saillants, mamelonnés, non -scrobiculés, mais seulement entourés d'une zone lisse, circonscrite par des cercles de tubercules miliaires ; cette disposition des tubercules principaux s'observe à la face inférieure et à l'ambitus. La face supérieure est très-déformée, et n'existe presque plus qu'à l'état de moule intérieur. On y voit seulement que les ambulacres n'ont rien de pétaloïde, qu'ils sont peu disjoints, mais beaucoup plus divergents par devant que par derrière.

     Craie blanche : Vernonnet. - Très-rare.

 
 

Plesiocorys (Plesiocorys) placenta (Agassiz in Ag. & Desor,1847) - Coniacien, Ault, Somme, 45 mm

 
 
 
 

Plesiocorys (Plesiocorys) placenta (Agassiz in Ag. & Desor,1847) - Turonien supérieur, Seine Maritime, 67 mm

 
 
 
 

Sous-genre Plesiocorys (Sternotaxis)  Lambert, 1893

Études morphologiques sur le plastron des Spatangides, p.95

Espèce type  Spatangus planus, Mantell, 1822

par désignation originale

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Turonien - Maastrichtien

syn.

  • Aurelianaster Lambert & Thiery, 1925, p. 589, espèce type : Leiocorys valettei Lambert,1913 ; synonyme subjectif plus récent.

  • Leiocorys Lambert, 1913, p. 10, espèce type : Leiocorys valettei Lambert,1913 ; synonyme subjectif plus récent.

  • Cardiotaxis Lambert, 1917, p. 212, espèce type : Cardiotaxis peroni Lambert in Peron, 1887 ; synonyme subjectif plus récent

  • Cardiataxis Lambert, 1917, p. 215, pro errore.

  • Valettaster Lambert & Thiery, 1920, non Lambert, 1914, espèce type : Leiocorys valettei Lambert,1913 ; synonyme objectif plus récent.

 
 
diagnose originale de l'espèce par Lambert, 1893

Études morphologiques sur le plastron des Spatangides, p.95

 

3.      STERNOTAXIS.— Genus Ananchilidarum ambulacro III espari,adetarum. Testa obionga, sucordiformi, antice rotundata, postice subtruncata et acuminata, super inflata, prope apicem depressa, inferne plana. Vertice subantico. Szaco anteriore ad maryinem hala profundo, ad apicem attenuato, lateralibus cariais destituto. Ambulacris paribus zonis poriferis fere cequalibus, zona anteriore Dix minore prceditis. Ore antico. Ano postico. Sterno umica assularum serie constituto.

J'ai cru devoir établir ce nouveau genre pour les espèces d'Holaster dont le plastron n'est composé que d'une série unique d'assules. Le type est H. planus Mantell, laissé par M. Pomel dans ses vrais Holaster.

 
 

Plesiocorys (Sternotaxis) plana (Mantell,1822)

 
 
diagnose originale de l'espèce par Mantell, 1822
The fossils of the South Downs : or, Illustrations of the geology of Sussex, p.
 

     42.  Spatangus planes. Tab. xvii. figs. 9. 21.

     Ovate, vertex rather depressed ; surface nearly smooth, with eight ( ?) biporous ambulacra, diverging in pairs on each side the back and front ; dorsal groove superficial, smooth, extending to the mouth; base slightly convex; mouth transversely reniform ; vent placed in the upper part of the side.

     This species is a rare production of the chalk, and is distinguished by its ovate form, and by the ambulacra not being grooved as in the two former species. Its surface, in some instances, is covered with minute and indistinct papillœ, but generally appears perfectly smooth ; even the ambulacra are scarcely perceptible. It is therefore possible, that a pair may extend to the dorsal groove, although none can be detected in that situa­tion, in the specimens in my possession.

     Figs. 9, 21, are different views of the same specimen.

     A spatangus nearly related to this species, has very recently been dis­covered in the grey mari, at Hamsey ; the summit is depressed, the base slightly concave, and the dorsal groove rather more distinct than in S. planus.

     Locality. Lower chalk, near Lewes.

planche xvii (extrait)

   

 

 
 

Plesiocorys (Plesiocorys) plana (Mantell,1822) -  Ahaus Wüllen, Nordrheinwestfalen, 44 mm

 
 
 

 
 

Genre Protocardiaster  Smith & Wright, 2003

British Cretaceous echinoids, part 7, Atelostomata, 1. Holasteroida, p.476

Espèce type  Spatangus truncatus Goldfuss,1829

(désignation originale)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Cénomanien - Coniacien

 
 

Test cordiforme présentant un sulcus antérieur prononcé avec des marges bien nettes. Plastron protosterne présentant la plaque labrale s'étend comme une trompe pour aller toucher la seconde plaque labrale (5.a.2). Ambulacres pairs avec une plaque basicoronale en contact avec les deux colonnes de plaques ambulacraires. Fasciole marginal visible sur la moitié postérieure du test. Appareil apical positionné antérieurement par rapport au centre de l'oursin.

 
 

Protocardiaster cotteauanus (d'Orbigny,1855)

 
 
diagnose originale de l'espèce par d'Orbigny
Paléontologie française, terrains crétacés, échinoides irréguliers, p.140
 

N°2134. Cardiaster Cotteauanus, d'Orb.,1853.

Pl. 830.

     Dimensions. Longueur totale, 41 millimètres. Par rapport à la longueur : largeur, 89 centièmes ; hauteur, 60 centièmes.

     Coquille cordiforme, déprimée, plus longue que large, très-élargie et échancrée fortement en avant ; rétrécie et un peu échancrée en arrière, dont la hauteur a les 60 centièmes de la longueur, et dont le grand diamètre transversal est en avant du tiers antérieur. Dessus un peu convexe, relevé et comme gibbeux en avant, presque horizontal en dessus, puis arrondi et évidé en arrière par l'aréa anale. La plus grande hauteur est au tiers antérieur, en avant du sommet ambulacraire ; la partie la plus convexe du pourtour est arrondie et près de la base. Dessous un peu convexe, surtout à la région médiane, en toit très-surbaissé, sur laquelle sont plusieurs protubérances en zigzag. Sillon ambulacraire impair large, très-creusé en partant de la bouche et s'élevant jusqu'au sommet en étant bordé d'un très-fort bourrelet, saillant au-dessus de la surface environnante. Bouche ovale, transverse, placée en avant du quart antérieur de la longueur. Anus oval, comprimé, acuminé à ses extrémités, placé loin du bord inférieur, au sommet d'une aréa assez distincte. Ambulacres visibles seulement près du sommet. Ambulacres pairs formés par des zones très-inégales : une ligne double plus large en arrière, composée de pores également inégaux, les postérieurs très-allongés et les plus grands, tous deux presque transverses, pourvus au-dessus d'une ligne transverse de granules. La zone antérieure composée de pores presque égaux. Tubercules petits, égaux, épars au milieu de fins granules. Le fasciole passe au-dessus de l'anus et se continue à une grande distance des deux côtés.

     Rapports et différences. La forme déprimée et les forts bourrelets qui circonscrivent le sillon ambulacraire impair, suffisent pour bien distinguer cette espèce des autres ; elle est voisine, mais plus déprimée que le C. truncatus.

 

     Localité. Elle a été découverte par M. Cotteau dans le 22e étage sénonien ou de la craie blanche de Dieppe (Seine-Inférieure), où elle paraît très-rare. Nous nous empressons de la dédier à M. Cotteau comme un témoignage de reconnaissance pour ses importantes communications.

     La collection géologique du Museum la possède de Rouen (Seine-Inférieure). M. D'Archiac, des environs de Vierson.

     Explication des figures. Pl. 830, fig.1, coquille de grandeur naturelle, vue en dessus ; fig.2, la même, vue en dessous ; fig. 3, profil longitudinal ; fig. 4, profil transversal, vu du côté de la bouche ; fig. 5, le même, vu du côté de l'anue ; fig. 6, une partie de l'ambulacre pair antérieur grossi, montrant : a, la petite zone antérieure ; b, la grande zone porifère postérieure ; fig. 7, fasciole grossie a, avec les tubercules qui le circonscrivent. De la collection de M. Cotteau.

planche 830 (extraits)

   
 
 

Protocardiaster cotteauanus (d'Orbigny,1855) - Turonien supérieur, Seine Maritime, 55 mm