Faujasiidae

Lambert, 1905

nomen corr. Kier, 1966, p.508 (pro Faujasidae Lambert, 1905, p.13)

Genre type : Faujasia, d'Orbigny, 1856, p.290

Description succincte de la famille :  Système apical monobasal ou tétrabasal, en position plus ou moins antérieure. Périprocte supra ou inframarginal. Bourrelets très développés, phyllodes très larges. Présence de pores buccaux. Pétales égaux, larges et fermés distalement (excepté chez Australanthus). Interambulacre 5 présentant une zone granulaire nue.

 

 

 

Genre Ochetus  Pomel,1883

Classification méthodique et genera des échinides vivants et fossiles, p.57

Espèce type  Nucleolites morrisi Forbes,1849 (désignation subséquente de Kier (1962) Revision of the Cassiduloid echinoids, p.170)

Memoirs of the geological survey of the United Kingdom, decade I, p.8

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : ? Albien - Cénomanien

Syn. 

  • Ochetes Kier, 1962, p.170 ; orthographe subséquente incorrecte.

 
Diagnose originale du genre par Pomel
Classification méthodique et genera des échinides vivants et fossiles, 1883, p.57

    

     Ochetus. Ovale, à bords pulvinés sous les interambulacres pairs postérieurs ; face inférieure concave un peu en forme de dessous de bat, à bord sublobé ; apex et ambulacre de nucléolite. Péristome excentrique en avant, pentagonal, subétoilé, entouré d'un floscelle très net, quoique peu excavé avec de petits bourrelets évidents ; périprocte dans un sillon dorsal qui reste toujours assez loin de l'apex. Espèces crétacées : N. lacunosus, Morrisii, Bourgeoisi et probablement similis et Collegni.

 
 

Ochetus morrisii (Forbes, 1849)

 
 
Description de l'espèce par d'Orbigny
Paléontologie française, terrains crétacés, 1854, p.407
 

N° 2274. Echinobrissus Morrisii, d'Orb., 1855.

Pl. 959, fig.1-6.

     Cassidulus lapiscancri, Morris, Cat. brit. foss., p.49. (Non Lam., 1846 ; non Goldf., 1829.)

     Nucleolites Morrisii, Forbes, 1849. Brit. foss. Géol. Surv. Déc., 1, p.8.

     Dimensions. Longueur, 26 millimètres. Par rapport à la longueur : largeur, 85 centièmes ; hauteur, 44 centièmes.

     Coquille ovale, déprimée, arrondie en avant, un peu anguleuse, subrostrée et échancrée en arrière, dont le grand diamètre transversal est au tiers postérieur, et dont la hauteur à 44 centièmes de la longueur. Dessus, profil longitudinal, arrondi et déprimé aux deux extrémités, formant un arc légèrement bossu au sommet, qui est un peu excentrique en avant. Anus ovale, placé au quart postérieur, au sommet d'un sillon prononcé qui se continue jusqu'au bord, et échancre cette partie. Ambulacres étroits, larges, offrant des zones de moitié moins larges que l'intervalle qui les sépare, formées de pores petits, longs en dehors, simples en dedans. Tubercules petits.

     Rapports et différences. Cette espèce se rapproche un peu de l'E. Bourguignati, mais s'en distingue, à tous égards, par sa coquille bien plus déprimée, subrostrée en arrière, comprimée aux extrémités, bossue au sommet et bien plus concave et ondulée en dessous.

 

     Localité. Elle a été recueillie par M. d'Archiac, à Brunswick et à Warminster en Angleterre, dans l'étage cénomanien.

     Explication des figures. Pl. 959, fig. 1, grandeur naturelle ; fig. 2, coquille grossie, vue en dessus ; fig. 3, dessous ; fig. 4, profil longitudinal ; fig. 5, profil transversal, vu du côté de l'anus ; fig. 6, une partie de zone ambulacraire plus grossie. De la collection de M. d'Archiac.

 

Planche 959, d'après d'Orbigny

   
 
Description de l'espèce par Kier
Revision of the Cassiduloid echinoids, 1962, p.170
 

 ochetes morrisii (Forbes)

Plate 25, figures 5-7 ; text figures 144-146

Nucleolites morrisii Forbes, 1849. Mem. Geol. Surv. United Kingdom, dec. 1, p.8.

     Material. - I studied 11 specimens of this species in the British Museum (Natural History) including the specimen figured by Wright (1882, pl.78, fig.4). All the specimens came from the same two localities mentioned by Forbes in his original description of the species. The single specimen from Blackdown, Devon, is silicified, but the other specimens, all from Wrminster, Wiltshire, are calcareous.

     Shape. - Small, largest specimen 16.5 mm. long, elongate, angular marginal outline, posterior pointed except where blunted by anal groove, sides straight, parallel, very depressed, with greatest height posterior to center ; adorally depressed, interambulacrum 5 slightly inflated along median suture.

     Apical system. - Central, tetrabasal, most sutures not visible, genital plate 2 small (text fig. 144) not extending posteriorly between posterior genital plates ; four genital pores, right posterior pore slightly dispoace laterally and posteriorly ; ocular plates narrow, long.

     Ambulacra. - Petals only slightly developed, very narrow, not closing, extending almost to margin, petals, II, III, and IV straight, petals V et I flexuous, curving distally away from each other. Interporiferous zones expanding distally ; poriferous zones narrow, pores oblique to each other, inner pore distal to outer, not conjugate, slightly elongated obliquely, inner round (text fig.144) ; pores beyond petals minute.

     Adoral interambulacra. - Plates large, not alternating, single plate at peristome.

     Periproct. - Supramarginal, midway beween apical system and posterior margin ; circular to oval, in deep, flat-bottomed, triangular groove extending to posterior margin.

     Peristome. - Anterior, higher than wide, pentagonal.

     Floscelle. - Bourrelets well developed, triangular, not vertical. Phyllodes very broad, double pored (text figs. 145, 146), two series of pore pairs in each half-ambulacrum ; few in inner series, one in ambulacrum III, one or two in ambulacra II and IV, one to three in ambulacra V and I : five to eight in each outer series, all pores widely separated from peristome. Sphaeridia very large, approximately eight in each ambulacrum, arranged in double alternating series ; no buccal pores.

 

     Tuberculation. - Tubercles, perforate, very small adapically, adorally much large, with deep, large, longitudinally oriented scrobicules, with bosses anteriorly situated in each scrobicule ; tubercles largest in paired interambulacra midway between peristome and margin, no tubercles in ambulacrum III, or in anterior portion of interambulacrum 5. All adoral areas devoid of tubercles, profusely pitted.

     Location of type specimen. - Unknown ; not in the British Museum (Natural History). According to Wright (1875, Cretaceous, p.251), Forbes "detected" the type in Professor Tennant's Collection.

     Remarks. - d'Orbigny (1858, p.407) described and figured a French specimen that he referred to this species. I have not seen his specimen, but from a study of his figures and his description of it, it does not belong to this species. d'Orbigny's specimen is much larger and has a very different shape, with its greatest width posterior to the center, whereas in the English specimens of Ochetes morrisii the sides are parallel. The test is much higher in the French specimen, and the margin much smoother, with an anteriorly eccentric instead o central apical system, much more developed petals, with petals V and I straight instead of curved marginally. Adorally, the French specimen lacks the well-developed floscelle, naked, pitted areas in interambulacrum 5 and ambulacrum III, and the large, deeply scrobiculated tubercles. This specimen is certainly not conspecific or even congeneric with the English specimens. Although it may represent a new species, I do not erect one myself, as I have not seen any specimens.

     Morphological note. - Owing to the severe weathering of some of the specimens of O. morrisii, the phyllodes appear at first glance to be single pored. The pores have been so enlarged that the calcite separating the two pores of a pore pair is usually absent.

 

text figs. 144-146 d'après Kier

 

 

 

 
Description de l'espèce par Wright
Monograph of the british fossil echinodermata from the cretaceous formations, vol.1, echinoidea, 1878, p.250
 
Echinobrissus Morrisii, Forbes, 1849.

    Cassidulus lapis-cancri, Morris. Cat. Brit. Foss., p.49, 1843.

    Nucleolites morrisii, Forbes. Mem. Geol. Surv., decade i, p.8, 1849

           -            -        Morris. Cat. Brit. foss., 2ed., p.84, 1854

    Echinobrissus   -      d'Orbigny Pal. Franç. Ter. Crétacés, pl.959, 1854.

     Diagnosis. - Test oblong, anterior and posterior borders obtusely rounded ; sides compressed, dorsal surface convex ; ambulacra lanceolate, subpetaloidal ; apical disc excentral and forwards ; vertex central, anal sulcus short, deep, and subtrianbular ; base concave ; mouth-opening pentagonal, slightly excentral, and forwards.

     Dimensions. - Antero-posterior diameter half an inch ; height three tenths of an inch.

     Description. - The test is oval and depressed, obtusely rounded before, a little angular, subrostrated, and sloped out behind, and the greatest diameter is at the posterior third. The upper surface is convex ; the longitudinal profile shows it to be rounded and depressed at both extremities, with a slight excentral elevation nearer the anterior than the posterior border. The ambulacra are long, lanceolate, and subpetaloidal on the dorsum, narrower at the ambitus, and enlarged in the base ; the poriferous zones have the pores unequal, and a little apart above where they form the petals ; they are close together and microscopic at the ambitus, and are larger and more numerous near the mouth, where they form a pentagonal star around the peristome. The anal sulcus occupies the lower fourth of the single inter-ambulacrum ; it is short, deep, and triangular, and its two lateral walls form prominent carinae, the sulcus making an excavation in the posterior border ; the vent is oval and opens at the summit of the valley.

     The apical disc is small, quadrate, with four perforated genital pores ; it is slightly excentral and placed a little forwards, and forms the vertex of the test.

 

     The base is very concave, always near the mouth, and greatly undulated at the sides, the single inter-ambulacrum being slightly subrostrated and recurved.

     The mouth-opening is excentral, the peristome pentagonal, with one angle directed forwards, and the pores increase in size and number in the ten zones around this aperture.

     The scrobiculated tubercles closely cover all the upper surface ; beneath they are larger and not so numerous.

     Affinities and Differences. - This species, which is very rare in Encland, was said by the late Professor A. d'Orbigny to resemble E. Bourguignati, but to be distinguished from it by having the test much more depressed, subrostrated behind, compressed at the sides, humped at the vertex, and more concave and undulated on the under surface.

     Locality and Stratigraphical Position. - According to the late Professor Forbes, who first separated the species from E. lacunosus, and gave only an imperfect diagnosis without any figure or the sae, this Urchin is found in the Upper Greensans of Warminster and Blackdown, and the type was detected in Professor Tennant's collection. On the continent it was collected by the late Vicomte d'Archiac from "l'Etage Cénomanien" at Brunswick. Unfortunately the figure of this species was not drawn by my late lamented friend Mr. Bone, as he was waiting to procure a good specimen to draw, and had not obtained one when it was required.

 

 
  Ochetus morrisii (Forbes, 1849) - Cénomanien inférieur, Sarthe (72), 21 mm  

sous-famille Faujasiinae

 Lambert, 1905, p.13

Genre type : Faujasia, d'Orbigny, 1856

 

 

Genre Faujasia  d'Orbigny,1856

Paléontologie française, terrains crétacés, tome VI, échinoides irréguliers, p.314

Espèce type  Pygurus apicalis Desor in Agassiz & Desor, 1847, p.162 (désignation originale de Lambert &Thiery, 1921, p.373)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Campanien - Maastrichtien.

Syn. 

  • Pygidiolampas Clark, 1923, p.345 ; espèce type :  Pygidiolampas eurynota Clark, 1923, synonyme subjectif plus récent

 
Diagnose originale du genre par d'Orbigny,1856
Paléontologie française, terrains crétacés, tome VI, échinoides irréguliers, p.314

3e Genre, Faujasia, d'Orb., 1855.

     Pygurus (pars), Agassiz, 1847.

     Caractères. Appareil génital et ocellaire peu distinct, montrant cependant les orifices propres à la famille. Coquille assez convexe, ovale ou arrondie, convexe ou conique en dessus, à sommet un peu excentrique en avant, plane en dessous. Bouche pentagonale, placée un peu en avant, d'une surface entièrement plane, et pourvue de cinq bourrelets saillants, entre chacun desquels est une rosette de pores circonscrite. On ne voit en dessous ni sillons rayonnants partant des rosettes de pores, ni saillies interambulacraires inférieures correspondant aux bourrelets buccaux. Anus ovale transversalement, placé tout à fait en dessous et près du bord externe du rostre, sans être entouré d'une aréa. Les ambulacres sont pétaloides, petits, s'achevant brusquement loin du bord. Les zones dont ces ambulacres sont formés sont inégales : une large en dehors, formée de pores transverses longs ; une étroite en dedans, formée de pores simples ; les deux conjuguées. Tubercules très-petits, très-serrés et égaux en dessus ; plus gros et très-inégaux en dessous.

     Rapports et différences. Ce genre, confondu par M. Agassiz avec les Pygurus, s'en distingue nettement par un grand nombre de caractères : par sa coquille, plus convexe en dessus ; par son dessous, entièrement plan, non concave, et par la bouche à fleur de test en dessous ; par le manque complet de sillons et de saillies rayonnantes autour des rosettes et des bourrelets buccaux ; par son anus constamment transverse et sans area ; enfin par ses ambulacres

 

petits, courts, s'achevant brusquement loin du bord. Comme on le voit, le nombre et l'importance des caractères différentiels ne permettent pas de laisser le genre Faujasia parmi les Pygurus.

     Histoire. Des espèces dont nous formons le genre, trois étaient connues avant nous. Non citées dans le genre Pygurus, tel que l'avait formé M. Agassiz, en 1839, elles n'y furent ajoutées qu'en 1847, dans le Catalogue raisonné rédigé par MM. Agassiz et Desor. Nous y ajoutons aujourd'hui une nouvelle espèce, ce qui élève le nombre à quatre. Toutes sont, jusqu'à présent, propres aux terrains crétacés, et spécialement à notre étage sénonien, comme on pourra s'en assurer par la distribution géologique suivante. En effet, les Faujasia apicalis et Delaunayi sont jusqu'à présent de l'étage sénonien, et spéciales au bassin anglo-parisien de Maestricht, de Ciply et du Loir-et-Cher, en France. Le Faujasia Faujasii est spécial à l'éTage sénonien du bassin pyrénéen en France, et se trouve à Lanquais (Dordogne) ; et le Faujasia florealis est du même étage du New-Jersey, dans les Etats-Unis. C'est donc un genre propre, jusqu'à présent, à un seul étage géologique.

 

 

 Faujasia apicalis (Desor in Agasiz & Desor,1847)

 
Description de l'espèce type par d'Orbigny, 1856
Paléontologie française, terrains crétacés, tome VI, échinoides irréguliers, p.315

N° 2218. Faujasia apicalis, d'Orb., 1855.

Pl. 922.

     Echinites, Faujas, 1799. Maëstricht, pl. 30, fig. 3.

    Pygurus apicalis, Desor, 1847., Cat. rais., p. 104 (modèles R, 39).

     Id. d'Orb., 1847. Prod., 2, p. 270 ; étage 22e, n° 1183.

     Dimensions. Loneurue totale, 36 millimètres. Par rapport à la longueur : 92 centièmes ; hauteur, 61 centièmes.

     Coquille convexe, conique, suborbiculaire, un peu plus longue que large, arrondie en avant, un peu plus anguleuse et rostrée en arrière, dont la hauteur a les 61 centièmes de la longueur, et dont le grand diamètre transversal est en arrière de la moitié de la longueur, à une partie anguleuse. Dessus convexe, conique, s'élevant en arc jusqu'au sommet un peu pointu, placé un peu en avant, et de là s'abaissant en s'évidant près de ce sommet, mais s'arquant en sens inverse avant d'arriver au bord postérieur. Le pourtour est anguleux, placé tout à fait à la base. Dessous plan ou même un peu convexe, au pourtour. Bouche pentagone, petite, placée un peu en avant et superficielle, entourée de cinq bourrelets et de cinq rosettes de pores, lancéolées, peu excavées. Anus petit, ovale, transverse, placé tout à fait au bord inférieur, sous le rostre anal. - Ambulacres pétaloides, peu visibles, petits, occupant la moitié du diamètre supérieur, ouverts à leur extrémité, formés de deux zones étroites, dont l'intérieure est composée de pores transverses. Tubercules très-petits et serrés en dessus, inégaux et plus grands en dessous, formant des bandes transverses en arrière.

 

     Histoire. Figurée en 1799 par Faujas, sous le nom d'Echinites, cette espèce est restée sans être citée jusqu'en 1847, époque à laquelle M. Desor la fit entrer dans le genre Pygurus. Nous avons démontré à l'histoire de ce genre que, par ses caractères tout différents, elle ne pouvait être placée parmi les Pygurus.

     Localité. Elle est propre à l'étage sénonien, et a été recueillie à Maëstricht, par M. de Koninck, à qui nous en devons la communication.

     Explication des figures. Pl. 922, fig. 1, coquille de grandeur naturelle, vue en dessus ; fig. 2, dessous ; fig. 3, profil longitudinal ; fig. 4, profil transversal, du côté de l'anus ; fig. 5, ambulacres grossis ; fig. 6, rosette de pores buccaux grossis. De notre collection.

Planche 922 (extrait)

   

 

 

Faujasia apicalis (Desor in Agasiz & Desor,1847) - Maastrichtien, Eben Emael, Belgique, 26 mm

 
 

Faujasia eccentripora Lees,1928

 
 

Faujasia eccentripora Lees,1928 - Maastrichtien, Jebel Rawdah, , Hatta, Oman, 15 mm

 

 

Genre Pygurostoma  Cotteau & Gauthier, 1895

Mission scientifique en Perse par J. de Morgan ; études géologiques des échinides fossiles. Volume 3, p.51

Espèce type  Pygurostoma morgani Cotteau & Gauthier, 1895 (par monotypie)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Sénonien - Maastrichtien.

 
Diagnose originale du genre par Cotteau & Gauthier,1895

Mission scientifique en Perse par J. de Morgan ; études géologiques des échinides fossiles. Volume 3, p.51

Genre Pygurostoma Cotteau et Gauthier, 1895.

     Test d'assez grande taille, généralement ovoïde, renflé à la partie supérieure, uni et déprimé en dessous, à bord arrondi. Apex plus ou moins central ; appareil apical médiocrement développé, couvert tout entier par les hydrotrèmes du corps madréporiforme, montrant quatre pores génitaux en trapèze, et cinq pores ocellaires portés par des plaques extrêmement petites, enveloppées par les ponctuations marginales du corps madréporiforme.

     Aires ambulacraires toutes semblables, pétaloïdes ; pétales en fer de lance se fermant presque entièrement à l'"e'xtrémité. Zones porifères égales, formées de paires de pores allongées et serrées ; pores en fente étroite, les externes plus longs que les internes.

     Péristome plus ou moins central, pentagonal, entouré, dans les interambulacres, de protubérances très développées et portant des tubercules et, dans les aires ambulacraires, de phyllodes en forme de feuilles, dont l'ensemble forme un large floscelle. Périprocte étroit, allongé en petite fossette, inframarginal, mais dont la pointe supérieure s'étend assez pour être visible d'en haut. Une longue et large bande granuleuse s'étend au milieu des tubercules de la face inférieure, depuis le bord antérieur jusqu'au périprocte.

     Rapports et différences. - La forme ovoïde de notre nouveau genre, son périprocte en fossette, le feraient rapprocher des grands Bothriopygus (Parapygus), si tout d'abord le périprocte ne se trouvait au-dessous du bord, au lieu d'être au milieu de la face postérieure ; les protubérances du péristome et les phyllodes sont, en outre, beaucoup plus développés que chez les Bothriopygus, même le B. Cotteauanus d'Orbigny, dont noujs avons de bons exemplaires sous les yeux. Ses pétales

 

 ambulacraires en fer de lance, et les ornements de son péristome le rapprochent des vrais Pygurus, dont il s'éloigne par sa forme, par la position moins inférieure de son périprocte, et par sa face inférieure plane, sans ondulations ni sillons. Il se distingue des Astrolampas Pomel par la position de son périprocte, par son péristome, par ses pétales ambulacraires moins développés ; des Hypopygurus Gauthier qui n'ont également point de sillons à la face inférieure, par son péristome de vrai Pygurus, par ses pétales en fer de lance et tendant à se fermer, au lieu d'être presque droits et très ouverts ; des Plesiolampas Duncan et Sladen par la position plus relevée de son périprocte, par la présence d'une bande granuleuse longitudinale à la face inférieure, par la forme de ses pétales ambulacraires, par son péristome enfin, tellement différent que ce seul caractère suffirait pour empêcher de réunir les deux genres. Notre Pygurostoma présente un type particulier, très constant, facile à distinguer de tous ceux auxquels nous venons de le comparer ; prenant naturellement place à côté d'eux dans la grande famille des Cassidulidae. Par sa taille et par sa forme, c'est des Hypopygurus de Cénomanien de Tunisie qu'il se rapproche le plus ; mais il ne nous paraît pas possible de les assimiler.

 

Pygurostoma morgani Cotteau & Gauthier, 1895

 
Diagnose originale de l'espèce par Cotteau & Gauthier,1895

Mission scientifique en Perse par J. de Morgan ; études géologiques des échinides fossiles. Volume 3, p.52

Pygurostome Morgani Cotteau et Gauthier, 1895.

Pl. VIII, fig. 1-5.

Longueur  47 millimètres Largeur  38 millimètres Hauteur  20 millimètres
-  54         - -  43         - -  20        -
-  60         - -  50         - -  26        -

     Espèce de forme ovoïde, arrondie et un peu rétrécie à la partie antérieure, élargie en arrière, la plus grande largeur étant aux deux tiers de la longueur totale ; face supérieure renflée, bord arrondi et épais ; face inférieure déprimée autour du péristome, convexe dans la région marginale. Apex légèrement excentrique en avant, 28/60.

     Appareil apical en trapèze, à plaques non distinctes, les pores génitaux postérieurs un peu plus écartés que les antérieurs; toute la surface est occupée par les ponctuations du corps madréporiforme les plaques ocellaires elles-mêmes sont très difficiles à distinguer.

     Aires ambulacraires toutes semblables, superficielles, les antérieures paires plus divergentes que les autres. Pétales en fer de lance, presque entièrement fermés à l'extrémité, bien développés surtout chez les individus de forte taille, inégaux, l'impair et les deux postérieurs étant à peu près de même longueur, les deux antérieurs pairs plus courts et plus élargis ; dans quelques grands exemplaires les postérieurs sont plus longs que tous les autres. Zones porifères courbées, égales, formées de paires de pores très rapprochées, longues. Pores en fente, obliques, acuminés à la partie interne, les externes beaucoup plus longs que les autres. L'espace interzonaire est plus relevé que les zones qui sont légèrement déprimées, et il est couvert de tubercules semblables à ceux des aires interambulacraires. Au delà des pétales les aires ambulacraires s'élargissent médiocrement, et les petites paires de pores qu'elles portent à la face supérieure ne sont visibles que sur les exemplaires usés ; les plaques sont larges et peu élevées ; à la face inférieure les plaques sont plus hautes que larges, et par conséquent les paires de pores sont plus distantes, jusqu'au floscelle dont nous parle­rons bientôt.

     Péristome placé directement sous l'apex, pentagonal, entouré, à l'extrémité des aires interambulacraires de cinq grosses protubérances allongées, très rapprochées, et ne laissant qu'un étroit intervalle pour le passage des aires ambulacraires. Ces protubérances sont granuleuses comme le reste du test, et portent même deux rangées de tubercules semblables à ceux de la face inférieure, scrobiculés ; les deux rangées convergent et se terminent par un seul tubercule. Floscelle très développé : les phyllodes, en forme de feuilles, sont longs et larges; de chaque 

 

côté ils sont bordés par une ligne serrée de petites fossettes porifères ; à l'intérieur se trouvent encore deux autres rangées courbes, régulières; puis, au milieu de celles-ci, deux rangées droites allant jusqu'à l'extrémité du phyllode ; on aperçoit encore quelques fossettes moins régulièrement alignées, entre les rangées externes et le premier rang des internes. Le phyllode impair est un peu plus étroit que les autres et renferme quelques fossettes éparses de moins. Périprocte longitudinal, étroit, en fossette comme celui des Bothriopygus, infra-marginal, remontant assez sur le bord pour qu'on en aperçoive l'extrémité quand l'oursin est placé sur une table. Au-dessus du périprocte, il y a une courte et très légère dépression, formant comme un vague sillon de 10 millimètres. Une raie granuleuse, assez large, bien visible, s'étend du bord antérieur jusqu'au périprocte, interrompue seulement par le péristome.

     Tubercules de la face supérieure très fins, scrobiculés, comme chez tous les oursins de la famille des Cassidulidae; à la partie inférieure ils sont sensiblement plus gros, placés dans un scrobicule plus profond, dont ils n'occupent pas exactement le centre.

     Rapports et différences. - Le P. Morgani reproduit d'assez près la forme de l'Hypopygurus Gaudryi Gauthier et du Plesiolampas rostrata Duncan et Sladen; mais il nous paraît inutile d'insister sur des rapports spécifiques, alors que la diagnose générique, comme nous l'avons montré, sépare ces différents types. Nous possédons un assez grand nombre d'exemplaires, dont beaucoup sont malheureusement écrasés ou empâtés; quelques-uns ont les pétales ambulacraires plus larges; mais ils ne sont pas assez bien conservés pour que nous puissions affirmer qu'ils n'appartiennent pas au même type spécifique ; nous croyons plus volontiers que ces variations sont dues à l'âge de l'individu.

     Localité. - Aftâb (Louristan).

Planche VIII, d'après Cotteau & Gauchier (extraits)

 

   
 

Pygurostoma morgani Cotteau & Gauthier, 1895 - Maastrichtien, Jebel Buhays, , Emirats Arabes Unis, 93 mm

coll. Joaquín Espílez

 

 

Genre Zuffardia  Checchia-Rispoli, 1917

"Zuffardia", nuovo genere di Echinide del Senoniano della Tripolitania, p. 492

Espèce type  Pseudocatopygus sanfilippoi Checchia-Rispoli, 1914 (désignation originale)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Campanien - Maastrichtien.

 
 

Zuffardia morgani (de Loriol, 1884)

 

Catopygus Morgani Cotteau et Gauthier, 1895.

Pl. IX, fig. 6-9.

Longueur, 31 millimètres. Largeur, 26 millimètres. Hauteur, 22 millimètres.

     Espèce d'assez grande taille, ovoïde, haute, épaisse, un peu moins large en avant qu'en arrière. Face supérieure convexe, ayant son point culminant à l'apex ; bord arrondi ; face inférieure plate. Apex excentrique en avant, 12/31.

     Appareil apical en trapèze allongé ; la plaque génitale antérieure de droite est reliée au corps madréporiforme ; les deux postérieures, plus écartées que les antérieures, sont bien distinctes ; le pore génital antérieur de gauche sort de l'alignement et se trouve projeté sur l'interambulacre. Les cinq plaques ocellaires sont très petites.

     Aires ambulacraires superficielles, se continuant, après la partie pétaloïde, sans s'élargir, jusqu'au pourtour. Pétales en fer de lance, presque fermés à l'extrémité, assez larges, à peu près égaux, les deux antérieurs pairs étant un peu plus courts que les autres. Zones porifères bien développées, présentant des paires serrées de pores inégaux, les externes en fente et acuminés, les internes ronds ; les paires sont séparées par des lignes parallèles de trois à quatre granules. L'espace interzonaire est renflé, un peu moins large que les deux zones réunies.

     Péristome à fleur de test, sans aucune dépression, excentrique en avant, mais moins que l'apex, pentagonal, entouré, dans les aires interambulacraires, de grosses protubérances très saillantes et très rapprochées, granuleuses à la partie externe, et portant deux rangées divergentes de tubercules ; les aires ambulacraires se terminent par un floscelle dont les phyllodes, en forme de feuilles, sont larges et très développés : outre les deux rangées externes de fossettes porifères, il y en a encore quatre à l'intérieur : de petites

 

lignes de granules, semblables à celles des pétales supérieurs, séparent les fossettes. Périprocte petit, ovale, placé au sommet de la face postérieure qui est élevée, entouré d'un rebord saillant.

     Rapports et différences. - Le C. Morgani, par sa grande taille, par sa forme élevée et peu allongée, présente une physionomie particulière, qui le distingue des types européens. L'espèce qui s'en rapproche le plus est peut-être le Catopygus gibbus Gauthier, du Sénonien de Tunisie ; il est facile cependant de les reconnaître, ce dernier ayant les pétales ambulacraires beaucoup plus allongés et la partie antérieure plus rétrécie. Le C. Ebrayanus d'Orbigny, qui atteint une grande taille, a l'apex moins excentrique, les pétales postérieurs plus longs, lar partie antérieure du test plus resserrée ; le C. Arnaudi Cotteau est beaucoup plus court et plus gibbeux. Il nous paraît inutile de pousser plus loin la comparaison, les autres types s'éloignant encore davantage de l'espèce recueillie en Perse.

     Localité. - Dèrrè-i-Chahr.

 

Zuffardia morgani (Cotteau & Gauthier,1895) - Maastrichtien, Jebel Rawdah, , Sultanat d'Oman, 24 mm

coll. Joaquín Espílez

 
 

Zuffardia morgani (Cotteau & Gauthier,1895) - Maastrichtien, Jebel Rawdah, , Hatta, Oman, 15 mm

 
 

Zuffardia morgani (Cotteau & Gauthier,1895) - Maastrichtien, Jebel Rawdah, , Hatta, Oman, 17 mm

 
 

Zuffardia morgani (Cotteau & Gauthier,1895) - Maastrichtien, Jebel Rawdah, , Hatta, Oman, 28 mm

 
 

Zuffardia morgani (Cotteau & Gauthier,1895) - Maastrichtien, Jebel Rawdah, , Hatta, Oman, 26 mm

 

sous-famille Stigmatopyginae

Smith & Wright, 2000, p.435

Genre type : Stigmatopygus, d'Orbigny, 1856

 

Genre Actapericulum  Holmes,1995

Australian Tertiary Neolampadidae (Echinoidea) : a review and description of two new species. Proceed. Roy. Soc of victoria 107 (2), p.113

Espèce type  Actapericulum bicarinatum Holmes,1995 (désignation originale)

idem

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Miocène inf.

 

diagnose originale du genre par Holmes, 1995 (courtesy State library of Victoria)

Australian Tertiary Neolampadidae (Echinoidea) : a review and description of two new species. Proceed. Roy. Soc of victoria 107 (2), p.113

Genus Actapericulum nov.

Etymology. Latin acta, meaning ‘headland’, and periculum, meaning ‘danger’, referring to the locality Point Danger, Victoria, from which the majority of specimens originate. Gender neuter.

Type and only known species. Actapericulum bicarinatum sp. nov.

Diagnosis. Small, mildly inflated, subcircular to ovoid neolampadids, with concave adoral surface and greatest width and height posterior to centre. Apical system monobasal, with four gonopores and small to moderately sized pierced oculars. Ambulacra with row of single pores in each column from phyllode to ocular. Elongated supramarginal periproct at anterior end of long deep anal groove extending to posterior margin. Peristome longitudinally orientated, anterior of centre with well developed floscelle having clearly defined bourrelets and expanded phyllodes.

 

Remarks. The combination of four gonopores and an elongated supramarginal periproct easily distinguishes this genus from other neolampadids. Tropholampas H. L. Clark 1923, the only other neolampadid genus to have four gonopores, is very much smaller and has a highly inflated test, a marginal periproct and, in females, an adapical marsupium. Two other neolampadid genera are recorded as  having elongated supramarginal periprocts, Anochanus Grube 1868 and Aphanopora de Meijere 1903; the former, although known only from a single specimen, can be distinguished from Actapericulum gen. nov. by the presence of an adapical marsupium; and the latter can be distinguished by the presence of only two gonopores, a transversely orientated peristome, rudimentary bourrelets and the lack of phyllodes. The presence of a well developed floscelle in Actapericulum could be taken as evidence of a closer affinity with the cassiduloids rather than with other genera of neolampadids. However, the similarity between Actapericulum and the Late Eocene Pisolampas, the Early Miocene Notolampas, and the extant Neolampas in other characters (see Discussion on p. 126) necessitate placement in the Neolampadidae.

 

Actapericulum bicarinatum sp. nov. HOLMES,1995

 

diagnose originale de l'espèce par Holmes, 1995 (courtesy State library of Victoria)

Australian Tertiary Neolampadidae (Echinoidea) : a review and description of two new species. Proceed. Roy. Soc of victoria 107 (2), p.113

Actapericulum bicarinatum sp. nov.

Figures 6A-M, 8I-L

Etymology. Latin bi, meaning ‘two’, and carinatus, meaning ‘keeled’, referring to the pronounced adoral swelling of interambulacra 1 and 4 .

Holotype. NMV P 140924 from the late Early Miocene (Longfordian - ? Batesfordian, Burdigalian - Langhian) Zeally Limestone Member, Puebla Formation, Point Danger, Torquay, Victoria; collected E. Holmes, September 1994.

Paratypes. NMV P73689-P73703, P73710-P73724, PI40925, PI40926 and PI40929 from the same member/horizon and locality as the holotype; NMV P73683 from the Early Miocene? of the Early Oligocene-early Middle Miocene Gambier Limestone, Mt Gambier, South Australia; NMV P73684-P73688 from the Early Miocene (Longfordian-?Batesfordian) Gambier Limestone, near Nelson, Victoria; and NMV P73704-P73709 from the Early Miocene (Longfordian) Mannum Formation, near Bow Hill, South Australia.

Other material. Two specimens (FCH1 and FCH2) from the Early Miocene (Longfordian) Mannum Formation, near Bow Hill, South Australia, in the author’s private collection.

Diagnosis. As for genus.

 

 

Fig. 5. Comparative drawings of Late Eocene neolampadids in adapical (A, E, I), adoral (B, F, J), posterior (C, G, K) and lateral (D, H, L) views; x 3 . Pisolampas concinna Philip, A -C , NMV P140927 (9 ) from the Kingscote Limestone, Kingscote, Kangaroo Island, South Australia; and E-H , NMV P73839 (?9 ) from the Muloowurtie Formation, Muloowurtie Point, Yorke Peninsula, South Australia. Aphanopora? bassoris sp. nov., I-L, NMV P 140922 (9 ) from the Kingscote Limestone, Kingscote, Kangaroo Island, South Australia. Broken lines and arrows on lateral views indicate centre of apical disk (ad), periproctal recess (pp) and peristomal recess (ps).

 

 

Fig 6 Actapericulum bicarinatum gen. et sp. nov. All figures x 3.2 unless otherwise stated. A, L, M, NMV P I40925 (?o*), adapical view; detail of primary tubercles (x30); detail of adapical interambulacrum ( x l 2). B C I holotype NMV P140924 (a ), adapical and adoral views; detail of apical system (x 12). D, E, NMV P73685'(o*) posterior and lateral views. F, NMV P140929 (9 ), detail of apical system (xlO ). G, NMV P73691 (9 ) ’adapical view. H, K, NMV P73689 (?), adoral view; detail of floscelle ( x 8). J, NMV P140926 (o-) detail of apical system plate structure (x 12). NMV P73685 from the Early Miocene Gambier Limestone, Nelson, Victoria; all others from the Early Miocene Zeally Limestone Member, Puebla Formation, Torquay, Victoria.

 

Description. Test small, specimens ranging from 9.6 to 16.4 mm in length (mean = 13.5 mm, SD = 1.9, N = 31), subcircular to ovoid in outline at the ambitus with slightly truncated posterior margin indented at base of anal groove. Maximum width 80-93% TL (mean 87.2%, SD = 2.7, N = 27) occurs 50-57% TL from anterior ambitus (mean = 53.4%, SD = 1.7, N = 27). Aboral surface mildly inflated, gently curving upwards from a well rounded anterior margin to reach a maximum height of 42-53% TL (mean = 48.6%, SD = 3.4, N = 17) between 51-59% TL from anterior ambitus (mean = 54.9%, SD = 2.8, N = 15). Posterior of the apex the aboral surface is more steeply curved, some specimens tending to be obliquely truncated in the vicinity of the anal groove. Transversely the aboral surface is evenly convex. Adoral surface flat or mildly depressed centrally with interambulacra 1 and 4 swollen below the ambitus to display a concave profile viewed anteriorly or posteriorly and a convex profile viewed laterally. The ambitus, anteriorly and laterally, is situated at about 30% of the test height (TH) above the lowest point (base of swollen interambulacra) rising to about 38% TH posteriorly. Both aboral and adoral surfaces of test covered with small closely spaced sunken crenulate and perforate primary tubercles (Fig. 6L).

     Apical system slightly anterior of centre, 43-50% TL from anterior ambitus to centre (mean = 47.0%, SD = 2.1, N = 22), monobasal with four variably situated gonopores, anterior pair closer together than posterior pair. In the few male specimens where the plate structure can be observed, the four gonopores occur within the interambulacra on or close to the interradial sutures but generally in contact with the apical disk. However, in at least two specimens, two or more of the gonopores have migrated to the distal suture of one or other of the first pair of interambulacral plates and in another even into the second pair. Distinct dimorphism is present, female gonopores being very much larger than those of male specimens of similar size. Ocular plates variable in size, perforated by a single pore and generally in contact with the genital disk. Hydropores centrally located, usually between seven and ten in number but as many as fifteen may be present. Ambulacra simple adapically, narrow, with row of small single pores in each column extending from phyllode to ocular, each pore situated adradially on, or immediately adjacent to the transverse suture between adjoining plates (Fig. 6M). Primary tubercles on ambulacral plates increase progressively in number from one in plates close to oculars to about six in plates at ambitus of large specimens.

 

  Actapericulum bicarinatum sp. nov. HOLMES,1995, Australie du Sud, Miocène, 13 mm  
 

 

Genre Australanthus  Bittner, 1892

Ueber Echiniden des Tertiärs von Australien, p.350

Espèce type  Cassidulus longianus Gregory,1890 (désignation originale)

Some additions to the australian tertiary echinoidea, p.482

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Eocène supérieur

 
 

Description du genre par Kier

Revision of the Cassiduloid echinoids, 1962, p.151

 

Genus AUSTRALANTHUS Bittner

Australanthus Bittner, 1892. Sitzungsb. Kais. Akad. Wiss., vol. 101, p.350.

     Type species by original designation, Cassidulus longianus Gregory.

     Medium size, oval, mederately inflated ; apical system monobasal ; petals short, broad, open, strongly conjugate, with equal poriferous zones, ambulacral plates beyond petals single pored ; periproct supramarginal, longitudinal, narrow ; peristome pentagonal ; bourrelets very prominent, sharply inflated ; phyllodes single pored with few pores ; buccal pores present ; adorally tubercles much larger, except for wide naked zone in interambulacrum 5.

     Comparison with other genera. - Australanthus is similar to Hardouinia in having an inflated test, a supramarginal periproct, prominent, pointed bourrelets, and phyllodes with few pores. It differs in having a monobasal apical system.

     Mortensen (1948, p222) considered Australanthus congeneric with Procassidulus and maintained Procassidulus even though it is junior. Mortensen was not aware tha Rhynchopygus lapiscancri, the type species of Procassiculus has a tetrabasal apical system which immediately distinguishes it from A. longianus. Furthermore, its test is much smaller, and its petals and bourrelets much less developed.

 

 Lambert and Thiéry (1921, p.363) refer four other species to Australanthus, all from the Senonian. One of them, Gabb's Cassidulus micrococcus, is a Hardouinia. I have not seen any specimens of the other three species, but according to Stoliczka's (1873, pp.31, 32) descriptions of his Cassidulus crassus and C. emys their apical systems are tetrabasal, and therefore these two species should not be referred to Australanthus. The fourth species, Cotteau's Cassidulus munieri, is supposed to be Senonian according to Lambert and Thiéry, although Cotteau (1887, p.515) says it is from the Lower Eocene. It resembles Austalanthus, but without seeing specimens of it and without knowing the structure of its phyllodes, I hesitate to refer it to this genus.

     Range and distribution. - Upper Eocene of Australia.

 

 

Australanthus longianus (Gregory, 1890)

 

Description de l'espèce type par Kier

Revision of the Cassiduloid echinoids, 1962, p.151

 

DESCRIPTION OF TYPE SPECIES

AUSTRALANTHUS LONGIANUS (Gregory)

Plate 27, figures 1-4

Cassidulus longianus Gregory, 1890. Geol. Mag., n.s., dec. 3, vol. 7, No. 11, p.482, pl. 13, fig. 1-3.

     Material. - Four specimens studied in the British Museum (Natural Histoy), two in the Lambert Collection, Sorbonne, Paris, and eight in the U.S. National Museum.

     Shape. - Medium size, up to 50 mm. long, oval with smoothly rounded marginal outline, steep sides, slightly flattened adapical surface, with greatest width and height posterior to center.

     Apical system. - Anterior, monobasal, large central area perforated with madreporic pores, oculars small.

     Ambulacra. - Petals open, short, extending between one-half and two-thirds distance to margin ; petal III longer than paired petals ; interporiferous zones slightly narrower than poriferous zones ; pores strongly conjugate, outer pore very elongate transversely, inner pore slightly elongated. All petals flush with test. Suture between ambulacra plates passing through pores. Poriferous zones of same petal of equal length.

 

Adoral interambulacra. - Single large plate in each interambulacrum at peristome, preceded by pairs of slightly alternating plates of nearly equal size.

     Periproct. - Supramarginal, midway between apical system and margin, opening very narrow, longitudinal, in a long narrow groove extending to posterior margin.

     Peristome. - Anterior, pentagonal, width equaling height.

     Floscelle. - Bourrelets very prominent, sharply inflated, toothlike. Phyllodes depressed, widened, single pored, very few pores, four in each outer series, only one occluded pore in each phyllode, occurring in right half-area in ambulacrum III, anterior in ambulacrum II and IV, and posterior in I and V ; buccal pores present.

     Tuberculation. - Tubercles much larger adorally, with bosses eccentric anteriorly in large, dep scrobicules ; naked area in interambulacrum 5, ambulacrum III.

     Occurence. - Upper Eocene of Australia.

     Location of type specimen. - British Museum (Natural History).

 

 
  Australanthus longianus (Gregory, 1890), Eocène supérieur, Victoria, Australie, 23mm  
 
 
 

Australanthus florescens (Gregory, 1892)

 
 
  Australanthus florescens (Gregory, 1892) -  Eocène supérieur, Aldingan (Bartonien - Priabonien), Point Addis formation, Victoria, Australie, 29mm  
 
 

 

Genre Gongrochanus  Kier,  1962

Revision of the Cassiduloid Echinoids, p.131

Espèce type  Cyrtoma herscheliana M'Clelland,1840 (monotypie)

On Cyrtoma a new genus of fossil Echinida

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Senonien - Maastrichtien

Syn. 

  • Cyrtoma M'Clelland, 1840, p.185 ;

  • Progongrochanus Aziz & Badve, 2001, p.45 ; espèce type : Progongrochanus ariyalurensis Aziz & Badve, 2001, p.45 ; synonyme subjectif plus récent, peut-être un Stygmatopygus.

  • Limpasiaster Aziz & Badve, 2001, p.49 ; espèce type : Limpasiaster ariyalurensis Aziz & Badve, 2001, p.49 ; synonyme subjectif plus récent.

  • ? Tamililampus Aziz & Badve, 2001, p.52 ; espèce type : Tamililampus tumidus Aziz & Badve, 2001, p.52 ; synonyme subjectif plus récent.

 
 
Diagnose originale du genre par Kier
Revision of the Cassiduloid echinoids, 1962, p.131
 

GONGROCHANUS Kier, new name

pro Cyrtoma M'Clelland. 1840. Calcutta Journ. Nat. Hist., vol. I, No. 2, p. 185 ; non Cyrtoma Meigen. 1824. a dipter. Type species. Cyrtoma herscheliana M'Clelland.

GENERIC DESCRIPTION

     Large, broad, adapical surface highly inflated with posterior region obliquely truncated ; adoral surface flat to slightly depressed ; apical system tetrabasal, three genital pores in the type species ; petals broad, approximately equal, in type species petal III is slightly longer than the others ; interporiferous zones broad, tapering distally, pore pairs conjugate, outer pore slitlike, inner round to slightly elongated transversely ambulacral plates beyond petals single pored ; periproct supramarginal, longitudinal, in notch with groove extending ventrally to margin ; peristome central, wider than high ; bourrelets strongly developed jutting into peristome, toothlike ; phyllodes very broad, single pored, with many pores arranged in each half-ambulacrum in two regular series with many pores irregularly scattered between these two series ; prominent bulge occurring in median area of each ambulacrum ; buccal pores near edge of peristome.

 

     Comparison with other genera. - This genus is very similar to Stigmatopygus. Both Lambert and Thiéry (1921, p. 364) and Mortensen (1948, p.217) considered it a synonym of the latter. It is similar in its general shape, petal arrangement, and position of periproct, but its floscelle is sufficiently different to warrant generic distinction. In the phyllodes in Gongrochanus herschelianus there are almost 70 pores in a half-ambulacrum, arranged in two regular series with many pores scattered irregularly between these two series, whereas in S. lamberti and S. galeatus there are one-quarter as many pores and all of them are in two regular series. An even more striking feature in Gongrochanus herschelianus is the prominent bulge in the median area oa each phyllode. This feature is not present on any of the species of Stigmatopygus, of as fac as I know, in any other echinoid.

     Range and distribution. - Upper Cretaceous (Senonian) of India

 

 
 

Gongrochanus herschelianus (M'Clelland, 1840)

 
 

DESCRIPTION OF TYPE SPECIES

GONGROCHANUS HERSCHELLIANUS (M'Clelland)

Plate 19, figures 4-6 ; plate 20, figure I ; text figures 118

Cyrtoma herscheliana M'Clelland, 1840. Calcutta Journ. Nat. Hist., vol. I, No. 2, pp. 185-187, pl. 5, figs. 1-3.

     Material. - I studied the three syntypes of Forbes' (1846, p. 162, pl. 19, fig. 1, published in 1856) Nucleolites elatus, a junior subjective synonym of Gongrochanus herschelianus. These specimens are in the British Museum (Natural History). Specimen No. E 42324 is herein designated the lectotype of Forbes' species. His figures are a reconstruction, as none of the three specimens shows all the characters depicted on one of his figures. All the specimens are poorly preserved, being badly weathered and fractured.

     Shape. - Large, elongate to broad, highly inflated, with flat of slightly depressed adoral surface.

     Apical system. - Slightly posterior to slightly anterior to center, tetrabasal, according to Stoliczka (1873, p. 28) only three genital pores, no pore in genital 2.

     Ambulacra. - Petals broad, closed, petal III longer than others. Interporiferous zones broad, tapering distally ; pores conjugate, outer pore slitlike, inner round to slightly elongated transversely.

     Periproct. - Supramarginal, in groove forming notch, extending to posterior margin, opening longitudinal to circular.

     Peristome. - Central, wider than high.

     Floscelle. - Bourrelets strongly developed, jutting into peristome, toothlike. Phyllodes very broad, with marny single pores arranged regularly in two series in each half-ambulacrum with many pores scattered irregularly between these series : approximately 26 pores in each outer series, 15 in each inner (text fig. 118) and 26 irregularly scattered between ; pores widely separated from edge of peristome. Buccal pores near peristome. Prominent bulge occurring longitudinally in median area of each phyllode (pl. 20, fig. 1).

 

     Tuberculation. - Tubercles on adoral surface much larger than those on adapical ; notubercles in median area of interambulacrum 5 adorally.

     Occurence. - Upper Cretaceous (Senonian), Arrialoor group, in southern India.

     Location of type specimen. - Unknown.

     Remarks. - Forbes (1846), d'Orbigny (1856, p. 333), and Stoliczka (1873) apparently were unaware of M'Clelland's description of Gongrochanus herschelianus when they described or referred to Gongrochanus elatus, a species which is certainly conspecific with it. According to Stoliczka, the species is very variable, with smaller specimens being more elongate and lower than large specimens. It was this variability that caused M'Clelland to erect seven species for specimens which probably belong to the same species (see Das-Gupta, 1921, p. 297).

     Mortensen (1948, text fig. 195) shows a posterior view of Gongrochanus herschelianus which he cites as being copied from d'Orbigny (1856, pl. 929). d'Orbigny in his text says that the species is figured on his plate 929, but this is an error, for Pygorhynchus obovatus is figured there. Mortensen's figure must have been copied from Forbes (1846, pl. 19, fig. 1b, published in 1856).

 

 text-fig 118 & planches 19, 20, d'après Kier (extraits)

 

 
  Gongrochanus herschelianus (M'Clelland, 1840) - Sénonien, Arialur, Prov. Tamil Nadu, Inde, 67 mm  
 
 
  Gongrochanus herschelianus (M'Clelland, 1840) - Sénonien, Arialur, Prov. Tamil Nadu, Inde, 63 mm  
 
 
  Gongrochanus herschelianus (M'Clelland, 1840) - Sénonien, Arialur, Prov. Tamil Nadu, Inde, 75 mm  
 
 
  Gongrochanus herschelianus (M'Clelland, 1840) - Sénonien, Arialur, Prov. Tamil Nadu, Inde, 52 mm  
 
 

 

Genre Hardouinia  Haime in d'Archiac & Haime, 1853

Description des animaux fossiles du groupe nummulitique, p.214

Espèce type  Pygorhynchus mortonis Michelin,1850 (monotypie)

Note sur deux espèces d'échinides fossiles, p.3 (non figuré)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Turonien - Maastrichtien

Syn. 

  • Gonioclypeus Emmons, 1858, p.309 ; espèce type : Gonioclypeus subangulatus Emmons, 1858 (= Pygorhynchus mortonis Michelin, 1850, p.240) ; synonyme objectif plus récent.

  • Cossmannaster Lambert, 1920, p.138 ; espèce type : C. conoideus Clarck, 1916, p.169 ; synonyme subjectif plus récent.

 
 

Diagnose originale du genre par Haime in d'Archiac & Haime

Description des animaux fossiles du groupe nummulitique de l'Inde, 1853, p.214

 

     Hardouinia : Pétales supérieurs grands, rétrécis vers leurs extrémités, mais bien ouverts, pétales buccaux bien marqués, fermés, inégaux ; l'antérieur et les deux postérieurs larges, arrondis et n'ayant que leurs pores extérieurs distincts, les latéraux un peu plus grands et anguleux ; péristome très-petit, rond, entouré de tubérosités très-saillantes. Périprocte supra-marginal, ouvert dans une dépression, médiocre, circulaire. Un espace nu à la face inférieure, sur l'aire interambulacraire postérieure. - Pygorhynchus Mortoni, Michelin, loc. cit.

       Par ses pétales supérieurs et la forme de son périprocte, l'Hardouine ressemble beaucoup aux Pygurus.
 
 

Hardouinia mortonis (Michelin, 1850)

 
 

Description de l'espèce type par Kier

Revision of the Cassiduloid echinoids, 1962, p.147

 

DESCRIPTION OF TYPE SPECIES

HARDOUINIA MORTONIS (Michelin)

Plate 21, figures 1-4 ; text figures 121, 124, chart 7, fig e

Pygorhynchus mortonis Michelin, 1850. Rev. Mag. Zool., ser. 2, vol. 2, p.240.

     Material. - Seventy-five specimens sutdied in the U.S. National Museum.

     Shape. - Medium to large, average specimen 50 to 55 mm. long ; circular in outline except for pointed posterior ; highly inflated ; adorally depressed of flat.

     Apical system. - Slightly anterior, tetrabasal, (text fig. 121) sutures difficult to see ; madreporite very large, posteriorly extending between ocular plates V and I, other genital plates very small.

     Ambulacra. - Petals very well developed, broad, equal length, closing distally ; interporiferous zones three to four times width poriferous zones ; pores conjugate, connected by deep groove, outer pore slitlike, inner pore slightly elongated transversely.

     Adoral interambulacra. - Single plate at peristom, preceded by two series of alternating plates (text fig. 124), second plate in this series greatly enlarged.

     Periproct. - Supramarginal, slightly elongated longitudinally, groove originating at periproct continuing to posterior margin of test.

     Peristome. - Central to slightly anterior, circular opening.

     Floscelle. - Bourrelets (pl. 21, fig. 4) very strongly developed, toothlike ; phyllodes broad, single pored, with pores arranged in arc, ambulacrum deeply depressed near peristome ; phyllode of ambulacrum III shorter than others ; approximately 18 pores in phyllode III, 22 in phyllodes II and IV, 16 in phyllodes V and I (chart 7, fig. e).

 

     Tuberculation. - Adorally tubercles much larger than adapically ; naked granular zone in terambulacrum 5.

     Occurence. - Upper Cretaceous (Middle Maestrichtian) of south-eastern United States.

     Location of type specimen. - Verneuil Collection, which according to Sherborn (1940, p.137) is in the Ecole des mines, Paris.

 

 text figs 121 & 124 d'après Kier

 

   
 
  Hardouinia mortonis (Michelin, 1850), Maastrichtien supérieur, Caroline du Nord, USA, 36 mm  
 
 
 

Hardouinia mortonis emmonsi (Stephenson,1927)

 
 

diagnose originale de l'espèce par Stephenson, 1927

Proceedings of the U.S.  natural museum, vol.47, p.7

 

CASSIDULUS EMMONSI, new species

Plate 3, figs. 3-8; plate 4

     Description.—Test broadly subovate in basal outline, only moderately high and broadly domed; the slightly conical shape of the type is due to slight crushing on the sides; other specimens are broadly and evenly rounded. Base moderately concave with two pronounced broad radiating depressions extending from the peristome to the ambitus, one on either side of the posterior center ; these depressions are separated from each other by a broad ridge and they produce slight truncations on the margin; a marked angulation on the ambitus marks the outer corners of each of the depressions at equal distances from the posterior center, and each angulation is continued in a very faint ridge up over the test. Dimensions of the holotype Length, 41 mm. ( ?) ; width, 38 mm.; height, 20 mm. Dimensions of the paratype shown in figure 6: Length, 39 mm. ; width, 37 mm.; height, 18 mm.

     The petaloid portions of the ambulacra are rather narrow and the areas between the pore bands are slightly upraised ; the petals are broadest apicaly and become narrow lanceolate toward the lower extremity where the pore bands almost touch ; below the ends of the petals the ambulacra are very narrow, but they broaden out gradually to the ambitus, beyond which on the base they gradually narrow clown again to the floscelles which broaden out conspicuously. In the petals the pores are small, and the pairs are connected by very narrow fur­rows, narrower than the intervening ridges; the outer pore of each pair is only slightly more elongated than the inner one; the furrovvs are very closely spaced and trend obliquely downward a way from the centers of the petals. Below the petals a single row of pores can be faintly seen on each side of the ambulacral areas near the outer borders, these pores being situated on or near the sutures separating the plates, and the pores can be traced all the way to the floscelles. Each floscelle consists of a pair of large triangular plates next to the oral opening, followed outwardly by two series of five to nine narrow plates, one series on either side of the median line, followed by several broader plates of irregular shape and size, which form the transition into the plates of the narrow ambulacral area. As in other nearly related species all the plates of the floscelles above the triangu­lar plates bear pores at their outer ends which are arranged roughly in the form of an arch convex outward ; on the two postero-lateral and the anterior floscelles the arched arrangement includes 6 to 8 pores on each side of each floscelle with a group of 3 to 5 pores somewhat sunken below the crest of the arch ; the two antero-lateral floscelles are narrower and include 10 or 11 pores on each side of the arch, with no central group of pores above, leaving the arch open and slightly flaring at the top. Some of the long narrow plates bear pores near their inner ends, and a pair of pores occurs one pore on each of the large triangulai plates next to the oral opening.

     The ambulacral plates in the petals are long horizontally, very narrow and numerous. Below the petals the ambulacral plates are broader and vary in shape and size on different parts of the area. The interambulacral plates are much larger, the largest ones being about two and one-half times as long horizontally as they are wide. The whole upper surface with the exception of the madreporite is densely packed with small tubercles set in deep small areolas; a

tiny mamelon can be detected on some of the tubercles; the base is covered with larger tubercles which vary considerably in size on different parts of the surface.

The apical system is situated slightly forward from the center ; the madreporite is large and somewhat elongated; the other genital plates are small and close to the madreporite and bear pores. The ocular plates are minute and can not be clearly seen.

     The peristome. is situated slightly in front of the center of the broadly concave base, and includes five prominent, rather narrow oral lobes whose tips do not approach so close to the center as in the preceding species and. whose separating ambulacral furrows are not so narrow ; the mouth is therefore somewhat more open. Tiny tubercles can be detected on the walls of the ambulacral furrows of the better preserved specimens.

     The periproct is circular, moderately large, and is situated well above the base at the anterior end of a broad shallow sulcus which extends downward without change of width to the ambitus.

 

     Remarks.—This species may be the same as the one described by Emmons  under the name Gonioclypeus subangulatus, but the type of that species is probably lost, and the description and figures are inadequate for identification. Clark referred Emmons's species questionably to Cassidulus and expressed the opinion that it was a Cretaceous species. The type was obtained by Emmons from a sample of mari from Craven County, N. C., sent to him by W. B. Wadsworth, whose address was Core Creek post office (now aban­doned). This mari was regarded as of Eocene age. Core Creek is a small tributary of Neuse River in the northwestern part of Craven County, in an area now mapped as Eocene, but the mari pit from which the sample was taken may have been sunk deep enough to cut through the Eocene into the upper part of the underlying Peedee formation of the Cretaceous.

     This species is closely allied to Cassidulus subquadratus Conrad, the type of which was found by Dr. W. Spillman in the Ripley formation, Exogyra costata zone (Upper Cretaceous), in Tippah County, Miss., and is now in the Academy of Natural Sciences of Philadelphia. Compared with Conrad's species, the North Carolina species is smaller, flatter, and less broadly domed, the pore pairs are a little more closely spaced, and the madreporite is more elongated.

The specimen figured by Clark 8 as typical of C. subquadratus Gabb, compared with the type, is not a strictly typical specimen; the periproct is a little smaller and is situated in a shallower, nar­rower sulcus, and the apical system is markedly smaller. However, it is very closely related and might appropriately be regarded as a varietal form. Clark's specimen, according to the record, was found by W J McGee near Holly Springs, Miss., but this is obviously an error, as this town is located on the outcrop of nonmarine Wilcox Eocene strata, at least 25 miles west of the nearest surface occurrence of the marine Ripley formation.

     Locality.—From the new Rocky Point quarries, a mile northeast of Rocky Point station, Pender County, N. C. Collected by L. B. Kellum in 1923 and by L. W. Stephenson in 1926.

     Geologic position.—Upper Cretaceous, upper part of Peedee formation, upper part of Exogyra costata zone. European equivalent, upper Senonian (Maestrichtian).

     Type material.—The material from the new Rocky Point quarries in the National Museum collections includes seven specimens, none of which is perfectly preserved. The specimen shown in Plate 3, Figures 3-5, is named the type (Cat. No. 73423), but this specimen needs to be supplemented by some of the other material (Cat. No. 73424). There is also one specimen of this species in the National Museum collections (Cat. No. 28930) from the Cretaceous in a well at the waterworks at Wilmington, which is incorrectly labeled Cassidulus aequoreus Morton. The depth at which the specimen was taken is net indicated on the label, but the upper part of the Peedee forma­tion crops out in the bank of Northeast Cape Fear River, a short distance below the waterworks where the well is located, and the specimen probably came from a very shallow depth.

planches 3 & 4 (extrait)

 

 
 
  Hardouinia mortonis emmonsi (Stephenson,1927) - Caroline du Nord, USA, Maastrichtien, 43 mm  
 
 
 

Hardouinia aequorea (Morton,1834)

 
 

diagnose originale de l'espèce par Morton, 1834

Synopsis of the organic remains of the Cretaceous group of the United States, p.76

 

Cassidulus, Lam.

     C. aequoreus, (S. G. M.)  Pl. iii, fig. 14.

     Specific character. Compressed, suboval, with five ambulacra consisting of two pairs of dotted lines arranged elliptically ; anus large, above the margin ; base concave, delicately dotted or tuberculated ; mouth nearly central, pentagular.

     Long diameter, once inch.

     From the Ferruginous sand of Praie Bluff, Alabama. Mr. T. A. Conrad.

     The differences between Nucleolites and Cassidulus are scarcely sufficient to warrant generic distinctions ; but I place this fossil with the latter, in accordance with the views of Lamark and others.

 

 

planche iii (extrait)

 

   
 
  Hardouinia aequorea (Morton,1834) - Maastrichtien, Prairie Bluff formation, Nixon Sand member, Pontotoc, Mississippi, USA, 19 mm  
 
 
 

Hardouinia kellumi (stephenson,1927)

 
 

Description de l'espèce type par Cooke, 1953

American Upper Cretaceous echinoids, p.21

 

Hardouinia kellumi (Stephenson)

 Cassidulus kellumi Stephenson, 1927, U. S. Natl. Mus. Proc. n°. 2706, vol. 72, art. 10 (n°. 2706), p. 5, pl. 1, figs. 1-6 ; pl. 2, figs. 1-4 ; pl. 3, figs. 1, 2.

     Horizontal outline nearly circular, slightly protracted behind ; upper surface hemispherical ; lower surface nearly flat ; margin acutely rounded. Apical system central, having four genital pores located between the ends of the petals ; madreporite central and protruding between the posterior oculars. Petals broadly lanceolate, closed at the inner ends, slightly open at the outer ends, extending more than halfway to the margin. Peristome central, surrounded by five strong, pointed deltoid phyllodes, which, when unworn, nearly close the opening. Floscelles conspicuous, fan-shaped, not deeply pitted. Periproct longitudinally elongated, supramarginal, sunken in a deep, narrow sulcus, which broadens and becomes shallow near the ambitus.

     Length of holotype 57.3 mm ; width 53.3 mm ; height 31.3 mm.

     Occurence. - North Carolina : Rock Point quarries 1 mile northeast of Rocky Point station, Pender County (U.S.G.S. 12262, type, L. B. Kellum ; U.S.G.S. 13585, L. W. Stephenson).

     Geologic horizon. - Upper part of Peedee formation, upper part of Exogyra costata zone, of middle Maestrichtian age.

 

     Type. - U.S.N.M. 73420 ; paratymes, 73421.

     Comparisons. - Hardouinia kellumi seems to be closely related to H. micrococcus (Gabb), but that species is proportionately narrower, much flatter, and has narrower petals, which are wider open.

     Hardouinia potosiensis Lambert (1936, p. 5, pl. 1, figs. 2-4) from the Santonian of San Luis Potosi, Mexico, is more elongated and has narrower petals.

planche 7 (extrait)

 

   
 
  Hardouinia kellumi (stephenson,1927) - Maastrichtien, Pee Dee formation, New Hanover, Caroline du Nord, 149 mm  
 
 
 

Hardouinia saulcierae Phillips & al.,2008

 
 
  Hardouinia saulcierae Phillips & al.,2008 - Prairie Bluff Chalk, Mississipi, U.S.A., 39 mm  
 
 
 

Hardouinia subquadrata (Conrad,1860)

 
 

Description de l'espèce type par Clark, 1893

Mesozoic Echinodermata of the United States, p.70

 

Cassidulus subquadratus Conrad.

Plate XXXI, Figs. 1 a-h.

Cassidulus subquadratus Conrad, 1860. Philadelphia Acad. Nat. Sci. Jour., 2d ser., vol. 4, p. 291, Pl. 47, Fig. 19.

Cassidulus subquadratus Clark, 1891. Johns Hopkins University Circulars, No. 87, p. 73.

     Determinative characters. - Test subquadrate to subpentagonal, hemispherical ; sides equally declining, upper surface convex ; lower surface concave ; posterior margin truncated and rostrated. Poriferous zones broadly petaloidal on upper two-thirds of the dorsal surface ; sharply contracted at lower margin of petaloidal areas. Mouth opening small, pentagonal, with well defined floscelle. Apical disk large, slightly anterior to the center. Anal opening round, in deep sulcus.

     Dimensions. - Length, 2 ¼ inches ; width, 2 inches ; height, 1 inch.

     Description. - This remarkably symmetrical Cassidulus has a nearly hemispherical form. In outline it is nearer subpentagonal than subquadrate, due to the rostrated character of the posterior margin, which is at the same time truncated. The anterior margin is rounded. The lateral edges are nearly parallel, though somewhat more approximated anteriorly. The apex is slightly forward of the center.

     The ambulacral areas are moderately wide in the petaloidal portion, narrow beyond. The poriferous zones are composed in the petaloidal portion of an inner row of small, nearly circular pores and of an outer row of oblique slit like openings. The pores of each pair are united by a shallow furrow (Pl. XXXI, Fig. 1f). Beyond the petaloidal areas the narrow plates of those portions give place to broad plates, each with a pair of small, round pores in the lower and outer corner (Pl. XXXI, Fig. 1c). In the vicinity of the peristome the poriferous zones expand and the pores increase in size, though apparently reduced in nomber (Pl. XXXI, Fig. 1g). The last pair of plates are much contracted.

 

     The interambulacral areas are wide. The plates are covered with minute tubercles with depressed areolas, which become larger and more prominent oon the lower surface.

     The apical disk is large, composed of four perforated genital and five ocular plates. The fifth genital is apparently obsolete (Pl. XXXI, Fig. 1h).

     The mouth opening is small, pentagonal, and surrounded by a well-developed floscelle. The anal opening is round and situated high above the pargin, in a deep sulcus, that becomes narrower and shallower toward the ambitus.

     Related forms. - This species is most closey related to Cassidulus subconicus, but the latter is much more elevated, while the anal opening is situated higher and in a less depressed sulcus thant in C. subquadratus.

     Locality and geological horizon. - This form is from the Ripley formation (upper Cretaceous) of Mississippi. The specimen described is from Holly Springs, and was collected by Mr. W. J. McGee.

     Collection. - U. S. National Museum.

planche XXXI (extrait)

 

   
 
  Hardouinia subquadrata (stephenson,1927), Maastrichtien, Pee Dee formation, Brunswick Cty, Caroline du Nord, 30 mm  
 
 
  Hardouinia subquadrata (stephenson,1927), Maastrichtien, Pee Dee formation, Brunswick Cty, Caroline du Nord, 29 mm  
 
 

 

Genre Petalobrissus  Lambert, 1921

Essai de nomenclature raisonnée des échinides, p.349

Espèce type  Echinobrissus setifensis Cotteau,1866, p.151 (désignation originale)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Turonien - Maastrichtien

 
description du genre par Lambert

Essai de nomenclature raisonnée des échinides, p.349

 

Sous-genre : PETALOBRISSUS Lambert

     Ce sous-genre diffère de Clypeopygus par sa forme moins déprimée, son sillon postérieur en fente étroite, son périprocte moins large et par ses pétales saillants.

     Type : P. setifensis Coquand (Echinobrissus), 363, p.154 ; pl. 15, fig. 6-10, du Sénonien supérieur d'Algérie

 

 
description de l'espèce type par Cotteau
Echinides nouveaux ou peu connus, 1866, p.123

69. Echinobrissus Setifensis, Coquand, 1866. - Haut., 12 mill. ; diam. transv., 20 mill. ; diam. antéro-post., 23 mill.

   Espèce de taille moyenne, oblongue, arrondie en avant, subtronquée, et un peu échancrée en arrière ; face supérieure convexe, épaisse et arrondie sur les bords, obliquement déclive dans la région postérieure ; face inférieure presque plane, légèrement pulvinée au pourtour, un peu déprimée aux approches du péristome. Sommet excentrique en avant. Ambulacres fortement pétaloïdes, renflés, à peu près égaux entre eux; les postérieurs sont cependant un peu plus étendus que les autres. Zones porifères larges, composées de pores inégaux, unis par un sillon long, étroit et oblique. A l'endroit où les zones porifères cessent d'être pétaloïdes, elles se rapprochent d'une manière très-apparente, et se touchent pour ainsi dire ; ce qui donne aux aires ambulacraires, sur la face supérieure, l'aspect d'une étoile nettement circonscrite. Tubercules crénelés, perforés, scrobiculés, très-petits et serrés en dessus, un peu plus gros et plus espacés à la face inférieure, laissant une bande lisse qui s'étend du périprocte au bord postérieur. Granules fins, homogènes, remplissant l'espace intermédiaire entre les tubercules. Péristome excentrique en avant, un peu déprimé pentagonal, anguleux, muni d'un floscelle très-apparent. Périprocte allongé, étroit, aigu au sommet, s'ouvrant à la face postérieure à une assez grande distance de l'appareil apicial, à la partie supérieure d'un sillon vague et atténué qui échancre légèrement le bord postérieur. Appareil étroit, subcompacte.

     Rapports et différences. - Cette espèce nous a été communiquée par M. Coquand, sous le nom d'Echinobrissus Setifensis. Par la forme et la position de son périprocte, elle offre quelque ressemblance avec l'Echinob. Julieni ; elle nous paraît s'en distinguer assez nettement par sa forme plus épaisse et plus renflée, ses ambulacres plus sensiblement pétaloïdes et légèrement saillants au-dessus du test, ses zones porifères plus larges, plus rapprochées à l'extrémité des pétales, et formant une étoile très-apparente, son péristome entouré d'un floscelle plus prononcé.

 

     Loc. - Madid et Dra-Toumi, Sétif (Algérie), assez abondant. Etage sénonien (Campanien, Coquand). Coll. Coquand.

     Expl. des fig. - Pl.XVI, fig. 13, Echinobr. Setifensis, de la coll. de M. Coquand, vu sur la région anale ; fig. 14, face supérieure ; fig. 15, ambulacre grossi.

 

 

 Planche XVI fig. 13-15, d'après Cotteau

 

   
 

Petalobrissus djelfensis (Gauthier,1889)

 
diagnose originale de l'espèce par Gauthier, 1889
Description des échinides fossiles recueillis en 1885 et 1886 dans la région Sud des Hauts-Plateaux de la Tunisie, Par M. Philippe Thomas, p. 42

Echinobrissus djelfensis Gauthier (in collect.), t. 2, fig. 30-32.

dimensions

Longueur . . . . . . . 22 millim. Largeur . . . . . . . 20 millim. Hauteur . . . . . . . 10 millim.
     -         . .  . . . . .  25      -      . . . . . . . 21      -       . . . . . . . 10

     Espèce de taille moyenne, plus longue que large, à forme ovalaire, dont la plus grande largeur est au tiers postérieur, arrondie et médiocrement rétrécie en avant, renflée en dessus, mais s'abaissant assez rapidement à la partie postérieure, qui est amincie. Dessous concave, surtout aux environs du péristome. Apex excentrique en avant. - Appareil apical peu développé, muni de quatre pores génitaux. Le corps madréporiforme occupe tout le milieu en forme de bouton. - Ambulacres pétaloïdes, mal fermés à l'extrémité des pétales, allongés, étroits, tous à peu près égaux. Zones porifères à fleur de test, composées de pores bien conjugués, les externes un peu allongés, les internes ronds, tous petits. L'espace interzonaire, plus large que l'une des zones, est légèrement renflé, et porte les mêmes tubercules que le reste du test. - Péristome excentrique en avant, à peu près sous le sommet, dans une forte dépression du test. Il est pentagonal, assez large, droit, et entouré d'un floscelle bien marqué. Les bourrelets sont peu saillants. - Périprocte s'ouvrant en haut d'un sillon qui ne remonte guère au-dessus de la moitié de l'espace qui sépare l'apex du bord. Ce sillon, aigu à la  partie supérieure, et qui n'entame pas le bord, offre la particularité de dévier plus ou moins, mais presque toujours, de l'axe antéro-postérieur, et de se porter vers la gauche à la partie inférieure. - Tubercules ordinaires au genre, très petits, scrobiculés, répandus sur toute la surface de la partie supérieure, un peu plus gros et moins serrés en dessous. Il y a une bande lisse entre le péristome et le bord postérieur.

     Rapports et différences. l'E. djelfensis est très voisin de l'E. Julieni Coquand, auquel nous l'avons réuni dans nos Echinides de l'Algérie. Depuis, nous avons reconnu que les exemplaires de Djelfa sont toujours un peu plus larges à la partie postérieure, plus minces, plus anguleux que ceux des Tamarins et de Medjès, que leur sillon anal monte un peu plus haut et descent moins bas, enfin que ce sillon est très souvent oblique, et nous les avons séparés spécifiquement des autres. M. Thomas en a recueilli de nombreux exemplaires en Tunisie, qui ne font que nous montrer que nous avons eu raison de séparer les deux types ; leur sillon anal, aigu et encore plus oblique que dans la plupart des exemplaires de Djelfa, ne permet plus de les confondre avec l'E. Julieni.

     Khanguet Tefel, marnes à Rachiosoma Peroni ; Khanguet Goubel ; Sidi-bou-Ghanem. - Santonien.

     En Algérie, l'espèce abonde aux environs de Djelfa, département d'Alger, avec l'Hemiaster Fourneli et le Parapygus Coquandi.

 Planche II, d'après Gauthier (extrait)

 

   
  Petalobrissus djelfensis (Gauthier,1889) - Sénonien supérieur, Djebel Haidoudi, Tunisie, 27 mm  
  Petalobrissus djelfensis (Gauthier,1889) - Sénonien supérieur, Djebel Haidoudi, Tunisie, 22 mm  
 

Petalobrissus rawdahensis (Smith, 1995)

 
  Petalobrissus rawdahensis (Smith, 1995), Maastrichtien, Jebel rawdah, Sultanat d'Oman, 16 mm  
  Petalobrissus rawdahensis (Smith, 1995), Maastrichtien, Jebel rawdah, Sultanat d'Oman, 25 mm  
  Petalobrissus rawdahensis (Smith, 1995), Maastrichtien, Jebel rawdah, Sultanat d'Oman, 18 mm  
  Petalobrissus rawdahensis (Smith, 1995), Maastrichtien, Jebel rawdah, Sultanat d'Oman, 22 mm

coll. Joaquín Espílez

 
     
  Petalobrissus rawdahensis (Smith, 1995), Maastrichtien, Jebel rawdah, Sultanat d'Oman, 19 mm  
 
 
  Petalobrissus rawdahensis (Smith, 1995), Maastrichtien, Sultanat d'Oman, 18 mm  
 
 

Petalobrissus cf. setifensis (Cotteau, 1866)

 
 
diagnose originale de l'espèce par Cotteau, 1866
Echinides nouveaux ou peu connus, p.123
 

69. ECHINOBRISSUS Setifensis, Coquand, 1866. — Haut., 12 mill.; diam. transv., 20 mill.; diam. antéro-post., 23 mill.

     Espèce de taille moyenne, oblongue, arrondie en avant, subtronquée, et un peu échancrée en arrière ; face supérieure convexe, épaisse et arrondie sur les bords, obliquement déclive dans la région postérieure ; face inférieure presque plane, légèrement pulvinée au pourtour, un peu déprimée aux approches du péristome. Sommet excentrique en avant. Ambulacres fortement pétaloïdes, renflés, à peu près égaux entre eux ; les postérieurs sont cependant un peu plus étendus que les autres. Zones porifères larges, composées de pores inégaux, unis par un sillon long, étroit et oblique. A l'endroit où les zones porifères cessent d'être pétaloïdes, elles se rapprochent d'une manière très-apparente, et se touchent pour ainsi dire; ce qui donne aux aires ambulacraires, sur la 'face supérieure, l'aspect d'une étoile nettement circonscrite. Tubercules crénelés, perforés, scrobiculés, très-petits et serrés en dessus, un peu plus gros et plus espacés à la face inférieure, laissant une bande lisse qui s'étend du périprocte au bord postérieur. Granules fins, homogènes, remplissant l'espace intermédiaire entre les tubercules. Péristome excentrique en avant, un peu déprimé pentagonal, anguleux, muni d'un floscelle très-apparent. Périprocte allongé, étroit, aigu au sommet, s'ouvrant à la face postérieure à une assez grande distance de l'appareil. apicial, à la partie supérieure d'un sillon vague et

atténué qui échancre légèrement le bord postérieur. Appareil étroit, subcompacte.

 

Rapports et différences. — Cette espèce nous a été com­muniquée par M. Coquand, sous le nom d'Echinobrissus Setifentis. Par la forme et la position de son périprocte, elle offre quelque ressemblance avec l'Echinob. Julieni ; elle nous paraît s'en distinguer assez nettement par sa forme plus épaisse et plus renflée, ses ambulacres plus sensiblement pétaloïdes et légèrement saillants au-dessus du test, ses zones porifères plus larges, plus rapprochées à l'extrémité des pétales, et formant une étoile très-apparente, son péristome entouré d'un floscelle plus prononcé.

Loc. —Madid et Dra-Tomni, Sétif (Algérie), assez abondant. Etage sénonien campanien Coquand ). Coll. Coquand.

Expl. des fig. — PI. xvt, fig. 13, Echinobr. Setifensis, de la coll. de M. Coquand, vu sur la région anale; fig. 1/1, face supérieure ; fig. 15, ambulacre grossi.

Planche XVI, d'après Cotteau

   
 
  Petalobrissus cf. setifensis (Cotteau, 1866) - Maastrichtien, Jebel rawdah, Sultanat d'Oman, 32 mm

coll. Joaquín Espílez

 
 
 
 

Petalobrissus cf. setifensis (Cotteau, 1866) - Maastrichtien, Oman, 18 mm

 
 
 
 

Petalobrissus cf. setifensis (Cotteau, 1866) - Maastrichtien, Djebel Rawdah, Ouest de Hatta, Oman, 18 mm

 
 
 
 

Petalobrissus trigonopygus (Cotteau, 1864)

 
 
diagnose originale de l'espèce type par Cotteau
Echinides nouveaux ou peu connus, 1864, p.102
 

56. Echinobrissus trigonopygus, Cotteau, 1864.

     Hauteur, 10 mill. 1/2 ; diam. transv. 22 mill. ; diam. antéro-post., 30 mill.

     Espèce de taille moyenne, oblongue, arrondie en avant, un peu dilatée et sub-tronquée en arrière ; face supérieure amincie sur les bords, élevée et gibbeuse dans la région antérieure, oblique et déclive en se rapprochant du périprocte, ayant sa plus grande hauteur un peu en avant du sommet ; face inférieure très-déprimée. Sommet ambulacraire excentrique en avant. Ambulacres pétaloïdes, légèrement renflés, resserrés à leur extrémité, formant, à la face supérieure, une étoile parfaitement circonscrite : l'ambulacre antérieur et les ambulacres postérieurs un peu plus longs que les autres. Zones porifères composées de pores inégaux, les internes petits et arrondis, les externes étroits, obliques, allongés. Tubercules fins, abondants, serrés, homogènes, scrobiculés. Péristome pentagonal, excentrique en avant, paraissant entouré d'un bourrelet assez prononcé. Périprocte très-éloigné du sommet, triangulaire, s'ouvrant au sommet d'un sillon peu évasé, qui s'atténue rapidement, et entame à peine le bord postérieur. Appareil apicial étroit, étoilé ; quatre pores génitaux.

     Rapports et différences. - Cette jolie espèce, que M. Sclumberger a bien voulu nous communiquer, se distingue nettement de ses congénères par sa forme oblongue et un peu amincie sur les bords, sa face supérieure sub-gibbeuse en avant, ses ambulacres fortement pétaloïdes, étoilés, son péristome muni de bourrelets, son périprocte triangulaire. Ce dernier caractère, joint à la forme bien accusée de l'étoile ambulacraire, rapproche un peu cette espèce du genre Stimatopygus (sic), d'Orbigny ; elle s'en éloigne cependant par son périprocte dépourvu de cette petite fissure supérieure propre aux Stimatopygus et sa face inférieure très-déprimée ; aussi nous a-t-il paru plus naturel de la laisser parmi les Echinobrissus.

 

     Loc. - Batna ? (Algérie.) Très-rare. Etage turonien. Coll. Schlumberger.

     Expl. des fig. - Pl. XIII, fig.11, Echinob. trigonopygus vu de côté ; fig. 12, face sup. ; fig. 13, ambulacre impair grossi.

 

 

Planche XIII, d'après Cotteau

 

   
 
 

Petalobrissus trigonopygus (Cotteau, 1864)  - Turonien, Maroc, 27 mm

 
 
 
 

Petalobrissus trigonopygus (Cotteau, 1864)  - Turonien moyen, Atlas, Maroc, 35 mm

 
 
 
 

 

 

Genre Procassidulus  Lambert, 1918

Classification des échinides atélostomes, p.33

Espèce type  Echinites lapis cancri leske,1778 (désignation originale)

Jacobi Theodori Klein Naturalis dispositio Echinodermatum, p.256

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Crétacé supérieur - Paléocène

Syn. 

  • Limpasiaster Aziz & Badve, 2001, p.49 ; espèce type : Limpasiaster ariyalurensis Aziz & Badve, 2001

  • Progongrochanus Aziz & Badve, 2001, p.45 ; espèce type : Progongrochanus ariyalurensis Aziz & Badve, 2001

 
description du genre par Lambert

Essai de nomenclature raisonnée des échinides, p.349

 
 

Genre : PROCASSIDULUS Lambert & Thiery, Classif. Echin. Atélostomes, p.33 ; 1918

     Test ovalaire, linguiforme, peu renflé en dessus et avec face inférieure à peu près plane ; floscelle très développé ; périprocte arrondi ou ovale s'ouvrant au dessus d'une aréa plus ou moins déprimée ; pétales lancéolés, de médiocre largeur, égaux ; une zone sternale granuleuse.

     Type : P. lapiscancri Leske (Echinites), 1071, p.327 ; pl. 925, fig. 6-10, du Sénonien supérieur (Aturien), et du Maestrichtien.

     Synonymie : CASSIDULUS Lamarck, 734, p.348 ; 1801 (non Cassidula Humphrey, 1797). Le nom proposé par Lamarck, malgré sa terminaison masculine, est évidemment synonyme de Cassis, la terminaison féminine est simplement plus correcte. Nous regrettons d'ailleurs beaucoup la disparition d'un nom de genre anciennement connu et nous le remplaçons par un terme qui rappelle autant que possible l'ancien.

 
 
 

Procassidulus ligeriensis (Cotteau, 1869)

 
Diagnose originale de l'espèce par Cotteau

Echinides du département de la Sarthe considérés au point de vue zoologique et stratigraphique, p.420

 

N° 145. Cassidulus Ligeriensis, Cotteau, 1869, pl. LXV, fig. 8-11.

     Espèce de taille moyenne, oblongue, arrondie en avant, un peu dilatée et sub-tronquée en arrière ; face supérieure renflée surtout en avant, légèrement amincie dans la région postérieure ; face inférieure presque plate, sub-carénée sur les bords. Sommet excentrique en avant. Etoile ambulacraire courte, se prolongeant à peine au-delà du tiers de l'espace compris entre le sommet et l'ambitus. Zones porifères larges, formées de pores inégaux, unis par un sillon très distinct ; la zone interporifère est étroite et à peine lancéolée. Tubercules petits, abondants, épars, scrobiculés. Péristome presque central, pentagonal, entouré d'un floscelle apparent. Périprocte un peu allongé, s'ouvrant à moitié environ de l'espace comppris entre l'appareil apical et le bord postérieur, à la partie supérieure d'un sillon qui se prolonge jusqu'à l'ambitus, en s'évasant et s'atténuant.

     Hauteur, 8 millim. ; diamètre transversal, 16 millim. ; diamètre antéro-postérieur, 18 millim.

     Rapports et différences. - Cette espèce offre, au premier aspect, beaucoup de ressemblance avec le Cassidulus lapis-cancri de la craie supérieure de Maëstricht. Certains auteurs, lorsqu'ils ont signalé la présence du Cassid. lapis-cancri dans le bassin de la Loire, ont été, suivant toute probabilité, trompés par cette ressemblance plus apparente que réelle : les deux espèces m'ont paru bien distinctes, et le Cassid. Ligeriensis, lorsqu'on l'étudiera avec soin, sera toujours reconnaissable à sa taille un peu plus forte, à sa face supérieure moins haute, moins rapidement déclive sur les côtés et plus amincie en arrière, à son étoile ambulacraire relativement moins développée, à son périprocte plus allongé et muni d'un sillon anal qui s'évase en se rapprochant du bord, sillon qui fait toujours défaut dans les exemplaires du Cassid. lapis-cancri.

 

    Localités. - Luynes (Indres-et-Loire). Très rare. Etage turonien. Collection Guillier.

     Explication des figures. - Pl.LXV, fig. 8, Cassid. Ligeriensis, vu de côté ; fig. 9, le même, vu sur la face sup. ; fig. 10, le même, vu sur la face inf. ; fig. 11, étoile amul. grossie.

 

 

Planche LXV, fig.8-11, d'après Cotteau & Triger

 

   
 
  Procassidulus ligeriensis (Cotteau, 1869), Turonien moyen, Cravant-lès-Coteaux, Indre & Loire, 16 mm  
 
 
  Procassidulus ligeriensis (Cotteau, 1869), Turonien moyen, Indre & Loire, 14 mm  
 
 
  Procassidulus ligeriensis (Cotteau, 1869), Turonien moyen, Cravant des Côteaux, Indre & Loire, 14 mm  
 
 

 

Genre Rhynchopygus  d'Orbigny, 1855

Paléontologie française, terrains crétacés, tome VI, p.323.

Espèce type  Cassidulus marmini Agassiz l. in Agassiz l. & Desor, 1847, p.99 (désignation originale par monotypie)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Turonien - Maastrichtien. (Peut-être Eocène sous réserve de révision de certaines espèces précédemment incluses dans Cassidulus.)

Syn.

  • Fauraster Lambert in Lambert & Thierry, 1924, p.396 ; Espèce type Fauraster priscus Lambert in Lambert & Thierry, 1924, p. 396.

 
 

Diagnose originale du genre par d'Orbigny

Paléontologie française, terrains crétacés, tome VI, p.323.

 

5e Genre, Rhynchopygus, d'Orb., 1855.

     Nucleolites (pars), Desmoulins, 1837. Cassidulus, Agassiz, 1847.

     Caractères. Coquille ovale, déprimée, à sommet central, convexe en dessus, concave en dessous. Bouche pentagonale, un peu excentrique en avant, placée au milieu d'une surface concave, entourée de cinq rosettes de pores et de cinq tubercules buccaux bien circonscrits, mais sans ondulations ni sillons autour. Anus supérieur, ovale ou oblong transversalement, entouré d'une arée et d'une partie saillante supérieure. Ambulacres subpétaloïdes, étroits et longs, à zones inégales : les pores externes les plus longs, les autres simples. Tubercules serrés, égaux et petits en dessus, plus grands et plus inégaux en dessous.

     Rapports et différences. Ce genre, par son dessous concave, se rapproche à la fois des Pygorhynchus, et des Echinobryssus, mais il se distingue du premier et même de tous les genres de la famille, par son anus transverse placé sous une saillie supérieure. Ce caractère, ainsi que le dessous concave, l'éloigne des Cassidulus à dessous plat et anus ovale. Dans tous les cas, il ne peut rester avec les Cassidulus où M. Agassiz l'avait laissé, ni avec les Nucleolites Echinobryssus de Breynius, où M. Desmoulins l'a classé.

 

     La seule espèce bien caractérisée est de l'étage sénonien. Peut-être doit-on rapporter à ce genre le Cassidulus Guadalupensis de M. Dussaigne ; Bulletin de la soc. Géol., 1847, qui est fossile dans l'étage contemporain de la Guadeloupe. Ce serait alors le Rhynchopygus Guadalupensis, d'Orb., 1855. Mais nous ne le connaissons pas en nature.

 
 

Rhynchopygus marmini (Agassiz in Ag. & de Loriol, 1847)

 
 
diagnose originale de l'espèce par Agassiz
Catalogue raisonné, 1847, p.99
 
 

LXVI. CASSIDULUS LAMK.

Marmini Agass. - R 45. - Nucleolites Marmini Desml. Tabl. syn. p.360. - L'anus est recouvert d'un gros bourrelet en forme de lèbre dilatée transversalement.

De la montagne de Saint-Pierre de Maëstricht. Calc. à baculites d'Orglande, Angleterre. Cr. de Port de Léna. - Michelin, sir Philippe Egerton, Desmoulins.

 
 
description de l'espèce par d'Orbigny
Paléontologie française, terrains crétacés, tome VI, p.324
 

N° 2224. Rhynchopygus Marmini, d'Orb.

Pl. 927.

     Nucleolites Marmini, Desmoulins, 1837. Etudes sur les Ech., p.360, n°21.

     Cassidulus Marmini, Agassiz, 1847. Cat. rais., p.99 (Modèles R, 45.)

     Id., d'Orb., 1847. Prod., 2, p.271 ; étage 22e, n°193

     Dimensions. Longueur totale, 17 millimètres. Par rapport à la longueur : largeur, 85 centièmes ; hauteur, 50 centièmes.

     En décrivant ce genre, nous avons décritla seule espèce certaine du genre ; nous n'en répéterons donc pas les caractères. (NDLR : cf. supra)

     Histoire. Citée, sans description, sous le nom de Nucleolites Marmini, par M. Desmoulins, en 1837, cette espèce a été placée dans le Catalogue raisoné de M. Agassiz (en 1847) dans son genre Cassidulus, quoiqu'elle n'en eût pas les caracètres généraux.

 

     Localité. Elle est spéciale à l'étage sénonien. Nous l'avons recueillie aux environs d'Orglande (Manche) et à Tours (Indre-et-Loire). M. Desmoulins l'a rencontrée au port de Léna (Dordogne). Elle se trouve encore en Angleterre et à Maestricht.

     Explication des figures. Pl. 927, fig.1, grandeur nateurelle ; fig. 2, coquille grossie, vue en dessous ; fig. 3 ; dessous ; fig. 4, profil longitudinal ; fig. 5, profil transversal, du côté de l'anus ; fig. 6, ambulacres plus grossis ; fig. 7, rosette buccale plus grossie. De notre collection.

Planche 927 d'après d'Orbigny

 

Rhynchopygus marmini (Agassiz in Ag. & de Loriol, 1847) - Campanien, Charente Maritime, France, 13 mm (coll. J.-F.D.)

 
 
 
 

Rhynchopygus gauthieri (de grossouvre, 1901) - Santonien, Craie de Villedieu, Sarthe, France

 
 
 
 

Rhynchopygus janchrisorum Holmes, Ah Yee & Krause, 2004 - Eocène supérieur, Muloowurtie formation, Péninsule de Yorke, Australie du Sud. Barre blanche = 1 cm (with the courtesy of Ch. A.Y. one of the authors)

 
 
holotype NMV P145616 paratype NMV P312114 paratype NMV P312114 holotype NMV P145616
 
 

Rhynchopygus lusitanicus (de Loriol, 1884)

 
 
diagnose originale de l'espèce par de Loriol
Notes pour servir à l'étude des échinodermes, 1884, p.629
 

N° 9. Cassidulus lusitanicus, P. de Loriol, 1884.

Pl. XXXIV, fig. 6.

dimensions

     Longueur                                               8 à 10 mm.

     Largeur, par rapport à la longueur            0,90 à 1,00

     Hauteur       id.                  id.                 0,50 à 0,57

     Espèce de petite taille, généralement très élargie, souvent aussi large que longue, et assez épaisse, arrondie en avant, dilatée et un peu rostrée en arrière. Face supérieure plus ou moins élevée, toujours très convexe, mais uniformément, sans être relevée sur le faîte ; un peu en arrière de l'apex, qui est légèrement excentrique en avant, elle s'abaisse et se tronque assez brusquement. Face inférieure excavée, un peu relevée en arrière dans l'aire interambulacraire impaire. Pourtour arrondi ; un angle assez indiqué marque en général le commencement du rétrécissement de la région postérieure.

     Appareil apical un peu excentrique en avant. Le corps madréporiforme, un peu en forme de bouton, occupe tout le centre, et il m'est impossible de distinguer les autres plaques génitales, non plus que les pores génitaux ; les pores ocellaires sont par contre assez visibles.

     Ambulacres relativement courts, à peu près égaux entre eux, les deux antérieurs pairs seulement, un peu plus longs que les autres, comptent dans chaque zone porifère 14 à 18 paires de pores fort petits et non conjugés par un sillon. Tous les cinq sont fort étroits et très peu resserrés à leur extrémité ; la zone interporifère est étroite, un peu plus large seulement que l'une des zones porifères.

     Péristome un peu excentrique en avant, pentagone, entouré d'un floscelle très distinct ; les cinq bourrelets arrondis et bien accentués sans être très saillants ; les phyllodes longs, larges, et très distincts.

     Périprocte ouvert à une assez faible distance de l'appareil apical, au sommet de la brusque déclivité de la face postérieure, à l'origine d'un sillon assez marqué qui n'entrave pas l'extrémité du rostre.

 

     Tubercules nettement scrobiculés, extrêmement petits et assez écartés à la face supérieur, très serrés au pourtour, plus accentués à la face inférieure, mais de plus en plus écartés aux abords du péristome. Une bande lisse, c'est-à-dire sans tubercules, couverte de granules seulement, existe au milieu de la face inférieure, mais elle est peu étendue.

     Rapports et différences. Cette jolie petite espèce ressemble un peu au Cassidulis (sic) lapis cancri, elle en diffère par son ensemble plus élargi, sa face supérieure plus uniformément convexe, non relevée sur le faîte, par ses ambulacres bien plus étroits et moins pétaloïdes, son périprocte plus rapproché du sommet et sur une déclivité plus abrupte, sa face inférieure plus évidée, les bourrelets de son péristome moins renflés.

     Localité. Barçoico près Sargento Mor. (Portugal).

     Cénomanien.

     Collection de la section géologique du Portugal, à Lisbonne.

 

 

Planche XXXIV, fig. 6 d'après de Loriol

 
 

Rhynchopygus lusitanicus (de Loriol, 1884) - Turonien, Pugnadoresse, Gard, 9 mm

 
 
 
 

Rhynchopygus lusitanicus (de Loriol, 1884) - Turonien, Gard, France, 10 mm

 
 
 
 

Rhynchopygus lusitanicus (de Loriol, 1884) - Turonien, Pougnadoresse, Gard, France, 13 mm

 
 
     
 
 

Rhynchopygus savini (Cotteau, 1894)

 
 
diagnose originale de l'espèce par Cotteau
Paléontologie française, terrains éocènes, tome II, p.725
 

N° 364. Pygorhynchus Savini, Cotteau, 1894.

Pl. 377, fig. 1-7.

     Espèce de petite taille, allongée, étroite et arrondie en avant, un peu dilatée en arrière. Face supérieure renflée, déclive sur les côtés, ayant sa plus grande hauteur dans la région postérieure qui s'abaisse ensuite obliquement jusqu'au bord. Face inférieure subpulvinée, un peu excavée dans le sens longitudinal, arrondie sur les bords. Sommet ambulacraire excentrique en avant. Aires ambulacraires pétaloïdes, lancéolées, effilées et presque formées à leur extrémité, inégales, les aires paries antérieures un peu plus courtes que les autres. Zones porifères assez larges, formées de pores inégaux, les externes allongés, les internes arrondis, sans que, cependant, la différence soit bien sensible, unis par un sillon à peine apparent. Zone interporifère un peu plus large que l'une des zones porifères. Dans chacune des aires ambulacraires, les zones porifères sont d'égale étendue. L'étoile ambulacraire n'est pas très développée, et les zones porifères cessent d'être pétaloïdes à une assez grande distance du bord. Tubercules abondants, épars, scrobiculés, finement crénelés et perforés, petits à la face supérieure, un peu plus gros et plus espacés aux approches du péristome, laissant une bande à peu près dépourvue de granules qui s'étend du bord postérieur au péristome. Au lieu de tubercules, cette bande paraît marquée de petites impressions. Péristome pentagonal, allongé, entouré d'un floscelle apparent, avec protubérances bien marquées. Périprocte transverse, s'ouvrant à la face postérieure, au-dessus du bord et recouvert par une légère expansion du test.

     Hauteur, 9 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 18 millimètres ; diamètre transversal, 14 millimètres.

     Individu jeune : hauteur, 7 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 13 millimètres ; diamètre transversal, 11 millimètres et demi.

 

      Rapports et différences. - Tout en plaçant cette petite espèce parmi les Pygorhynchus, nous devons reconnaître qu'elle s'en éloigne un peu par sa forme allongée, obliquement déclive sur les côtés et amincie en arrière ; par son péristome allongé et muni d'un floscelle très apparent ; par la bande lisse placée entre le bord postérieur et le péristome, et marquée çà et là de petites impressions au lieu de tubercules ; par sa face inférieur longitudinalement excavée et pulvinée sur les bords. Quelques-uns de ces caractères rapprochent cette espèce des Cassidulus, mais la forme de son péristome transverse et non allongé empêche de la réunir à ce genre et notamment au C. ovalis, de Boussan (Haute-Garonne).

     Localité. - Barroubio, près Saint-Chinien (Héraul). Eocène moyen.

     Coll. Savin.

     Explication des figures. - Pl. 377, fig. 1 , P. Savini, vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, face inférieure ; fig. 4, région antérieure ; fig. 5, région postérieure ; fig. 6, appareil apical et aire ambulacraire antérieure, grossis ; fig. 7, portion de la face inférieure, grossie.

Planche 377, fig. 1-7 d'après Cotteau

   
 
 

Rhynchopygus savini (Cotteau, 1894) - Ilerdien, Aude, France, 11 mm

 
 

 

Genre Stigmatopygus  d'Orbigny,1856

Paléontologie française, terrians crétacés, tome VI, p.331

Espèce type  Stigmatopygus galeatus d'Orbigny,1856, p.332 (désignation subséquente de Lambert & Thierry, Essai de Nomenclature raisonnée des Echinides, 1921, 363)

Paléontologie française, terrians crétacés, tome VI, p.331

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Campanien - Oligocène inférieur

Syn. 

  • Platipygus de Loriol, 1902, p.17 ; espèce type : Cyrthoma posthumum Ortmann, 1902

 
diagnose originale du genre par d'Orbigny

Paléontologie française, terrians crétacés, tome VI, p.331

7e Genre, Stigmatopygus, d'Orb.,18553

     Cassidulus, Forbes (non Lamarck), Pygorhynchus (pars), Agassiz.

     Coquille ovale, élevée, à sommet central ou excentrique en avant, convexe en dessus, plane en dessous. Bouche pentagonale, un peu excentrique en avant, placée au milieu d'une surface plane et entourée de cinq tubercules buccaux et de cinq rosettes de pores très-prononcées, sans sillons ni ondulations autour. Anus pyriforme, longitudinal, commençant à la partie la plus élevée par une sorte de fente qui s'élargit peu à peu et se termine inférieurement par une partie ovale, arrondie. Il est placé obliquement en dessus et assez éloigné du bord. Ambulacres pétaloïdes, peu inégaux, très-courts, s'achevant insensiblement loin du bord, formés de zones inégales, dont l'extérieure munie de pores longs obliques, et l'intérieure, de pores simples. Tubercules petits et serrés en dessus, plus grands et inégaux en dessous.

     Rapports et différences. Ce genre est voisin des Cassidulus par son dessous plan, ses rosettes et tubercules de pores, ainsi que par son ensemble, mais il s'en distingue nettement par son anus pyriforme, allongé, prolongé en une fente en dessus. Ce caractère, ainsi que le dessous plan, le sépare nettement des Pygorhynchus, et des Echinobrissus.

 

     Histoire. La seule espèce qui fût connue avant nos recherches fut classée par M. Forbes dans le genre Cassidulus, dont elle diffère complètement par son anus. M. Agassiz l'a classée dans ses Pygorhynchus, qui diffèrent encore plus par la forme de l'anus et par le dessous concave. Nous y ajoutons une espèce nouvelle, et nous en formons un nouveau genre.

     Les deux espèces connues sont de l'étage sénonien. L'une du bassin pyrénéen en France, l'autre de Pondichéry, dans l'Inde. C'est encore un des nombreux faits sur l'identité de la faune, aux mêmes époques géologiques, sur toutes les parties du globe à la fois.

 

désignation subséquente de Lambert, 1921

Essai de Nomenclature raisonnée des échinides, p.363

Genre : STIGMATOPYGUS d'Orbigny, 1071, p. 331 ; 1855

     Test clvpéiforme, renflé en dessus. plat en dessous, avec bords anguleux ; pétales inégaux, les postérieurs un peu plus étroits que les autres ; péristome central, à floscelle très développé ; périprocte lagéniforme. dans un sillon qui s'étend jusqu'au bord.

     Type. S. galeatus d'Orbigny, 1071, p. 332; pl. 928, du Sénonien des Charentes.

     SYNONYMIE'. : CYRTOMA M' Clelland, 253, p.185 ; 1840 (non Meigen, 1824) — PLATYPYGUS de Loriol, 864, p. 18 ; 1902 (non 1oew,1844).

 

Stigmatopygus linguiformis (Peron & Gauthier,1881)

 
diagnose originale de l'espèce par Peron & Gauthier, 1881

Echinides fossiles de l'Algérie, p.162

CASSIDULUS LINGUIFORMIS, Peron et Gauthier, 1881.
Pl. XVII, fig. 7-10.

ECHINOBRISSUS CASSIDULIFORMIS, Munier-Chalmas. Ext. de la miss. aux Chotts tunisiens, p. 66, 1881.

Longueur              Largeur             Hauteur
32 mil. 27 mil. 15 mil.
39 — 30 — 16 —

     Espèce de grande taille, relativement aux autres du même genre, beaucoup plus longue que large, à côtés presque parallèles, arrondie en avant, subtronquée en arrière, convexe, mais peu élevée à la partie supérieure, plate en dessous.

     Sommet excentrique eu avant. Appareil apical peu développé,. trapézoïde, offrant quatre pores génitaux, dont les postérieurs sont plus écartés que les autres, et cinq pores ocellaires portés par des plaques extrêmement petites et s'intercalant dans les angles des autres. Le corps madréporiforme occupe le milieu.

     Ambulacres pétaloïdes, presque fermés à l'extrémité, semblables entre eux, mais inégaux, l'antérieur impair et les deux deux postérieurs étant à peu près de même longueur, les deux antérieurs pairs plus courts. Zones porifères assez larges; pores inégaux, les internes subarrondis, les externes plus allongé , acuminés et réunis aux autres par un sillon. Le milieu de l'ai: est plus large que l'une des zones porifères.

     Péristome excentrique en avant, pentagonal, à fleur de test. est entouré de cinq gros bourrelets, très saillants, et de phyllodes bien marqués, longs, en fer de lance, montrant deux rangées de pores conjugués, avec d'autres plus irréguliers au milieu. Une large bande lisse va du péristome au bord postérieur ; elle se pro­longe aussi vers le bord antérieur, plus large, mais plus irrégu­lière, occupant ainsi toute la longueur de la face inférieure.

     Périprocte placé à la face postérieure, très bas, près du bord, dans un sillon peu étendu et peu profond. Dans un ou deux de nos exemplaires, le test a une tendance à se déprimer en cet endroit; niais cela n'existe pas pour la grande majorité des individus, dont la face postérieure devient seulement un peu plus déclive dans la région anale.

     Tubercules petits, scrobiculés, serrés, semblables pour la forme à ceux de toutes les cassidulidées, plus gros en dessous, surtout sur les bords de la bande lisse.

     Rapports et différences. — Dans notre notice stratigraphique, le Cassidulus linguiformis est appelé Echinobrissus cassiduliformis, et c'est d'après notre indication que M. Munier Chalmas l'a désigné sous ce nom. Nous étions alors indécis sur les rapports génériques de cette espèce, et la concordance de plusieurs de ses caractères avec ceux de nos Echinobrissus dordoniens, nous portait à les ranger dans le même genre. Depuis, l'étude plus approfondie de nos matériaux nous a conduits à considérer ces exemplaires comme des Cassidulus. En effet, ils ont deux particularités qui les distinguent des autres types recueillis dans les mêmei couches : le dessous est complètement plat, et cette face inférieure est traversée par une large raie lisse, qui s'étend du bord

 

antérieur au bord postérieur. Il faut bien avouer que les Echinobrissus que nous avons décrits plus haut, avec leurs bourrelets et leurs floscelles péristomiques, leur sillon anal très court et éloigné de l'apex, ont singulièrement rétréci les limites qui séparent ce genre des Cassidulus ; méconnaître la valeur de l'aplatisse-nient de la face inférieure, c'était supprimer du même coup ce dernier genre, car il ne lui restait plus aucun caractère propre. Or, nous croyons qu'il est bon de maintenir le genre Cassidulus; les espèces qui y sont comprises ont certainement une physionomie autre que celle des Echinobrissus, et, bien «que nos matériaux dordoniens semblent présenter un trait d'union entre les deux genres, la science échinologique ne peut pas, dans l'état actuel, les confondre et en supprimer un.

     Le Cassidulus linguiformis est la plus grande espèce du genre. Il diffère de.ses congénères et notamment du C. elongatus qui en est voisin, par son sillon anal un peu plus allongé, par sa partie postérieure moins abrupte, par son apex plus excentrique en avant. Il est peut-être plus voisin encore du C. aequoreus Morton, ou du moins des figures données dans la Paléontologie française, qui diffèrent sensiblement de celle qu'on trouve dans l'ouvrage de Morton. Nos exemplaires sont plus longs et moins larges ; le bord postérieur est moins arrondi, le périprocte placé plus bas.

     Localité. - Route de Medjès à Msilali. Dordonien moyen. Assez rare. Le Cassidulus linguiformis a été aussi recueilli par M. Dru, au seuil de Kriz, dans les sondages des chotts tunisiens.

     Collections Peron, Gauthier, de la Sorbonne.

     Explication des figures. — Pl. XVII, lig. 7, Cassidulus linguiformis, de la collection de M. Peron, vu de profil ; fig. 8, le même, face sup. ; fig. 9, autre exemplaire, de la collection Peron, face inf. ; fig. 10, face inf. grossie.

Planche XVII (extrait)

   
 
 

Stigmatopygus linguiformis (Peron & Gauthier,1881) - Campanien, Missour, Maroc, 30 mm

 
 
     
 

Stigmatopygus linguiformis (Peron & Gauthier,1881) - Mazastrichtien, Jebel Rawdah, Sultanat d'Oman, 30 mm

coll. Joaquín Espílez

 
 

Stigmatopygus linguiformis (Peron & Gauthier,1881) - Campanien, Missour, Maroc, 29 mm

 
 

Stigmatopygus linguiformis (Peron & Gauthier,1881) - Campanien, Missour, Maroc, 26 mm

 
 

Stigmatopygus linguiformis (Peron & Gauthier,1881) - Campanien, Missour, Maroc, 28 mm

 
 

Stigmatopygus linguiformis (Peron & Gauthier,1881) - Campanien, Missour, Maroc, 27 mm

 
 

Stigmatopygus pulchellus Smith,1995

 
 

Stigmatopygus pulchellus Smith,1995 - Maastrichtien, Jebel Rawdah, Sultanat d'Oman, 62 mm