Fibulariidae

Duncan, 1889, p.144

Genre type : Fibularia Lamarck, 1816, p.16

Description succinte de la famille : pas de piliers de renfort internes. Péristome et périprocte, séparés seulement par deux rangées de plaques post-basicoronales dans l'interambulacre. Sillons nourriciers absents.

   

Back to main menu

Galleries

 

 

 

Genre  Fibularia Lamarck, 1816, p.16

Histoire des animaux sans vertèbres

Espèce type  Fibularia ovulum Lamarck, 1816, par désignation subséquente, résolution ICZN, 1954, opinion 207.

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Eocène - Actuel

Syn.

  • Fibulina Tornquist, 1904, p. 327, espèce type Fibulina gracilis Tournquist, 1904 ; synonyme subjectif plus récent

  • Tarphypygus Clark, 1927, espèce type Tarphypygus ellipticus Clark, 1927 ; synonyme subjectif plus récent

 
 

International Commission on Zoological Nomenclature, opinions and declarations rendered by ICZN (extrait/verbatim of the ruling)

 

OPINION 207

DESIGNATION, UNDER THE PLENARY POWERS, OF TYPE SPECIES IN HARMONY WITH ACCUSTOMED USE FOR THE GENERA " ECHINOCYAMUS " VAN PHELSUM, 1774, AND " FIBULARIA " LAMARCK, 1816 (CLASS ECHINOIDEA)


RULING :— (1) Under the Plenary Powers, (a) the generic names Echinocyamus van Phelsum, 1774, and Fibularia Lamarck, 1816 (Class Echinoidea) are hereby vahdated, (b) all type selections for the foregoing nominal genera made prior to the present Ruling are hereby set aside, and (c) Spatagus pusillus Miiller (O.F.), 1776, is hereby designated as the type species of Echinocyamus van Phelsum, 1774, and Fibularia ovulum Lamarck, 1816, as the type species of Fibularia Lamarck, 1816. (2) The generic names Echinocyamus van Phelsum, 1774 (gender of name : masculine), and Fibularia Lamarck, 1816 (gender of name : feminine), as validated under (l)(a) above and with the type species designated in (l)(c) above, are hereby placed on the Official List of Generic Names in Zoology as Names Nos. 634 and 635. (3) The specific names pusillus Miiller (O.F.), 1776, as published in the combination Spatagus pusillus, and ovulum Lamarck, 1816, as published in the combination Fibularia ovulum, are hereby placed on the Official List of Specific Names in Zoology as Names Nos. 10 and 11.

 

Fibularia ovulum Lamarck,1816

 
 
diagnose originale de l'espèce par Lamarck, 1816
histoire des animaux sans vertèbres, tome 3, p.16
 

FIBULAIRE. (Fibularia.)

 

     Corps subglobuleux, ovoïde ou orbiculaire ; à bord nul ou arrondi, à épines très-petites.

     Cinq ambulacres bornés, courts et étroits.

     Bouche inférieure, centrale. L'anus près de la bouche, ou moyen entre la bouche et le bord.

 

     corpus subglobosum, obovatum aut orbiculare ; margine nullo vel rotundato ; spinis minimis.

     Ambulacra quinque, brevia, angusta, circumscripta.

     Os inferum, centrale ; ano ori vicino, vel mediano intrà os et marginem.

 
 

Fibularia ovulum Lamarck,1816 - Pléistocène, S. Hurghada, Egypte, 8 mm

 
 
 
 

Fibularia ovulum Lamarck,1816 - Miocène, région de Boujdour, Sahara occidental, Maroc, 13 mm

 
 

 

Fibularia damensis Kier,1972

 
 

Fibularia damensis Kier, new species

Plate 59 : figures 2-10 ; Plate 60 : figure 1

Echinocyamus sp., Steineke, Bramkamp, Sander, 1958: 1313.—Powers, Ramirez, Redmond, and Elberg 1966: D92, 093, D95, D97

     DIAGNOSIS. — Species characterized by well-developed petals and low test with height equal to 54.6 percent of the length of the test.

     MATERIAL. — Hundreds of specimens but description based on 38 specimens from one locality.

     SHAPE. — Test 4.5-10.0 mm long with mean of 7.1 mm, greatest width at apical system or anterior, width 86.6 percent L (S.D. 3.5, C.V. 4.1, N-37) ; great­est height anterior to apical system, height 54.6 percent L (S.D. 4.9, C.V. 8.9, N-38) ; adapical sur­face flat or slightly inflated, petals flush on some specimens, slightly inflated on others, apical system slightly inflated; marginal outline oblong on most smaller specimens, subpentagonal on larger with an­terior pointed; periproct flush, peristome slightly depressed only along immediate edge of opening; adorai surface slightly depressed to slightly convex.

     APICAL SYSTEM. — Central to slightly anterior, dis­tance from anterior margin of test to anterior genital pores 46.7 percent L (S.D. 2.3, C.V. 4.8, N-37) ; width of apical system as measured across posterior genital pores 7.3 percent L (S.D. 1.3, C.V. 17.6, N-37) ; four genital pores arranged in trapezoid with anterior pair doser together; hydropore in furrow (Plate 59: figure 2).

     AMBULACRA. — Petals long and broad, extending al­most to margin, of approximately equal length; length of petal III 40.6 percent L (S.D. 2.9, C.V. 7.2, N-38), width 18.6 percent L (S.D. 1.9, C.V. 10.6, N-37) ; greatest width of petals near midlength or slightly distal; interporiferous zones expanding dis­tally (Plate 59: figure 2), poriferous zones narrowing distally; pores conjugate (conjugation grooves visible only on well-preserved specimens), opening circular; smallest specimen 4.5 mm long with 8 porepairs in single poriferous zone in petal 1, 6 in petals II and III, largest specimen 9.8 mm long with 12 in petal I, eleven in petals II, III; average of 8.8. porepairs in ail measured specimens in petal I, 7.1 in II, 8.5 in III with mean of 1.2 porepairs in single poriferous zone for each millimeter of length of test in petal I, 1.0 in petal II, 1.2 in petal III.

     PERISTOME. - Central, subcircular to subpentagonal, slightly higher than wide (Plate 59: figure 4), height 13.5 percent L (S.D. 1.6, C.V. 12.1, N-38).

     PERIPROCT. - Situated nearer peristome than pos­terior margin, at distance from peristome equal to 9.7 percent L (S.D. 1.6, C.V. 16.5, N-38) ; oblong, height greater than width, opening smaller than peristome.

     INTERNAL STRUCTURES. - No internal structure (Plate 60: figure 1) ; auricles interradial.

     COMPARISON WITH OTHER SPECIES. - This species is easily distinguished from most species of Fibularia by its well-developed petals. It is most similar to Fibularia dubarensis Kier from the Miocene of British Somaliland in having similarly shaped petals, and my first impression was that the Arabian specimens be­longed to this species. When I described the Somali-land species I did not make an adequate number of measurements and therefore could not make a definitive comparison of the Arabian and Somaliland speci­mens. I borrowed from the Sedgwick Museum 86 specimen and have now made the necessary measure­ments, the compilation of which follows this paragraph. The Arabian species is distinguished from the Somaliland F. dubarensis by its lower test with a height equal to 54.6 percent the length as opposed to 65.8 percent in F. dubarensis. A student t-test shows that the chances are far less than one in a thousand that the specimens came from one population.

 

     The following are the statistics of 70 specimens of Fibularia dubarensis Kier, 1957:870, from the Miocene of British Somaliland. These specimens are in the Sedgwick Museum, Cambridge, England.

Length: mean 8.1 mm (S.D. 2.2, C.V. 28.3, N-70). Percent width of L: 87.9 (S.D. 3.1, C.V. 3.5, N-70) . Percent height of L: 65.8 (S.D. 5.8, C.V. 8.7, N-70). Percent length of petal III of L: 45.6 (N-60).

Percent width of petal III of L: 18.5 (S.D. 2.1, C.V. 11.7, N-63).

Percent width of apical system of L: 7.4 (S.D. 1.1, C.V. 15.4, N-66).

Percent distance from apical system to anterior margin of L: 47.5 (S.D. 3.1, C.V. 6.5, N-68).

Percent height of peristome of L: 12.8 (S.D. 1.8, C.V. 14.3, N-61).

Percent height of periproct of L: 10.5 (S.D. 1.2, C.V. 11.5, N-62).

Percent distance from periproct to peristome of L: 9.0 (S.D. 2.3, C.V. 19.6, N-63) .

Ratio of number of porepairs in single poriferous zone to length of test in millimeters.

Petal I: 1.4

Petal II: 1.2

Petal III: 1.5

     Fibularia damensis in general appearance resembles Echinocyamus woodi Currie (1930:172) from the Miocene of British East Africa. Dr. Currie does not state whether her species has internai partitions which would be expected if it was an Echinocyamus. F. damensis differs in having fewer porepairs in its petals. Her figured specimen of E. woodi which is 8.4 mm long has 12-13 porepairs in each poriferous zone, whereas a specimen of similar size of F. damensis has only 7-10.

     TYPE SPECIMENS. - Holotype, USNM 170481; figured paratypes, 170482-170484.

     STRATIGRAPHIC OCCURRENCE AND LOCALITIES. ‑ Miocene, Dam Formation, localities S-137, S-178, S-553, S-568, S-1392.

Extrait planches 59 & 60

 

 

 

 

Fibularia damensis Kier,1972 - Miocène, Dam formation, Doha, Qatar, 13 mm (& 3-6 mm)

 
 

 

Fibularia texana (Twitchell,1915)

 
 
diagnose originale de l'espèce par Twitchell,1915
the Mesozoic and Cenozoic Echinodermata of the United States, p.120
 

Echinocyamus texanus Twitchell, n. sp.

Plate LVII, figures 2a-d.

     Determinative characters.—Test very small, ellipsoidal, oval in marginal outline. Upper surface elevated, somewhat flattened in the center; lower surface flattened around the nearly flush peristome. Apical system with four medium-sized genital pores; madreporite tumid. Petals long, the anterior three nearly reaching the margin, wide open at ends. Peristome relatively large, central; periproct very small, close to peristome.

     Dimensions.—Length 5 millimeters; width 4 millimeters; height 2.5 millimeters.

      Description.—Only a single specimen of this new Echinocyamus lias been discovered. It was found by Mr. T. H. Aldrich of Birmingham, Ala., who reports that it was found in the "Lower Claiborne" deposits of Lee County, Tex. The test-is thick-walled, very small (it being one of the smallest of American echinoderms), regularly oval in marginal outline, and ellipsoidal in general form. The upper surface is elevated, somewhat flattened centrally; the lower sur­face flattened near the nearly flush peristome and the periproct.

     The ambulacral petals are rather well defined, relatively long, all of about equal length, the anterior three extending nearly to the margin as seen from above. The poriferous zones diverge in almost straight lines to the ends where they are wide apart; they consist of small round pores in pairs which are apparently not conjugated.

     The apical system is subcentral or very slightly excentric anteriorly, coincident with the apex, with four moderate-sized genital pores set near together, the anterior pair but slightly nearer together than the posterior pair. A small, swollen, button-shaped madreporite just reaches to the genital pores.

 

      The peristome is relatively large, central, nearly flush with the lower surface; periproct very small, about one-third of the diameter of the peristome, and is situated at a distance from the peristome equal to its own diameter.

     Related forms.—E. texanus is most closely related to E. vaughani, but is easily distinguished from it by its less egg-shaped form, smaller size, less pointed anterior end, and less difference between its longitudinal and transverse diameters. E. texanus also resembles E. parvus and E. huxleyanus but differs from both in having its periproct near the peristome. It also differs from E. huxleyanus in being less fragile, less depressed, and less pointed anteriorly.

     Locality.—Lee County, Tex.

     Geologic horizon.—Lower part of Claiborne group, middle Eocene.

     Collection.—Johns Hopkins University (T 2002).

Extrait planche LVII

 

   

 

 
 

Fibularia texana (Twitchell,1915) - Eocène, Mount Seleman fm, San augustine county, Texas, U.S.A., 7 mm

 
 

 

Fibularia vaughani (Twitchell,1915)

 
 
diagnose originale de l'espèce par Twitchell,1915
the Mesozoic and Cenozoic Echinodermata of the United States, p.120
 

Echinocyamus vaughani Twitchell, n. sp.

Plate LXXIV, figures 1a-d.

     Determinative characters.—Test very small, though larger than related American species, thick walled, almost regularly egg shaped, though elongated longitudinally, about t-wice as long as broad. Upper sm-face elevated, both upper and lower surfaces flattened along the longitudinal median areas. Apical system anteriorly excentric, with four medium-sized genital pores. Petals relatively short and potaloidal area smaller than in related forms. Peristome relatively large, central, slightly depressed; periproct very small, close to peristome.

     Dimensions.—Length, 8 millimeters; width, 4 millimeters; height, 4 millimeters.

     Description.—This species is founded upon a specimen collected in Georgia by T. Wayland Vaughan, of the United States Geological Survey, in whose honor it is named. The test, though actually very small, is larger than in the other American representatives of t he genus. The test is thick walled, elongate egg shaped in general form, elongate subelliptical to elongate subovate in marginal outline, somewhat pointed anteriorly, about twice as long as broad. The upper surface is high (the height of the test equalling the breadth) and flattened longitudinally; mider surface also'flattened somewhat along the longitudinal median area and slightly concave around the peristome.

     The ambulacral petals are rather well defined, relatively short, thus making the petaloidal area relatively smaller than in allied American forms; petals wide open at ends; poriferous zones diverge in almost straight lines to the ends and consist of small round pores in pairs not distinctly conjugated.

 

     The peristome is relatively large, central, slightly depressed below the surface; periproct very small, about one-third the diameter of the peristome and very close to the peristome.

     Related forms.—E. vaughani is most closely related to E. texanus but can be readily separated by its larger size, less oval marginal outline, more pointed anterior end, greater difference between its longitudinal and transverse diameters, and smaller petaloidal area. E. vaughani also resembles E. parvus and E. huxleyanus but differs from both in having its periproct near the peristome. It also differs from E. huxleyanus in being less fragile and less depressed.

     Locality.—Little Horseshoe Bend, Flint River, Ga.

     Geologic horizon.—Vicksburg formation, lower Oligocene.

     Collection.—U. S. National Museum (1664S6).

Extrait planche LXXIV

   

 

 
 

Fibularia vaughani (Twitchell,1915) - Eocène, Ocala Group, Yankee Town, Floride, U.S.A., 5mm (le plus grand)

 
 
   

 

Fibularia volva (Agassiz in Ag. & Desor,1846)

 
 
diagnose originale de l'espèce par Agassiz,1846
Catalogue raisonné des échinides vivans et fossiles, VII, p.142
 
volva Agass. Espèce allongée, acuminée aux deux bouts.

     Mer Rouge. - Mus. Paris, Michelin.

 
 

Fibularia volva (Agassiz in Ag. & Desor,1846) - Pléistocène, 10km S. Hurghada, Egypte, 10 mm

 
 
 
 

Fibularia volva (Agassiz in Ag. & Desor,1846) - Pléistocène, 10km S. Hurghada, Egypte, 10 mm

 
 
 

 
 

Genre  Lenita Desor in Agassiz & Desor,1847

Catalogue raisonné des familles, genres et espèces de la classe des échinodermes, p.142

Espèce type  Echinites patellaris Leske,1778, par désignation subséquente de Lambert & Thierry

Essai de nomenclature raisonnée des échinides, p.289

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Eocène

 
 
diagnose originale du genre par Desor, in Ag. & Desor,1847

Catalogue raisonné des familles, genres et espèces de la classe des échinodermes, p.142

 

LIII. LENITA Desor

(Pl. 15 [tome VI], fig. 21.)

     Forme allongée, déprimée. Pétales ouverts, à pores non conjugués. Face inférieure en partie lisse. Bouche ronde. Anus supra-marginal. Quatre pores génitaux. Les espèces connues sont fossiles des terrains tertiaires.

 

 
 

Lenita patellaris (Leske,1778)

 
 
diagnose originale de l'espèce par Leske,1778

Additamenta ad jacobi theodori Klein naturalem dispositionem echinodermatum, p.192

 

            Echinites patellaris.Tab. LIII. fig, 5.6.7.


            Singularis omnino fpecies, ab omnibus reliquis diuerfiffima, cum praecedente oris et ani fitu conuenit. Differt praefertim tefia maxime depreffa, atque ambulacris ftellae formam imitantibus.

 

naturalem fig. 5 et 6, Tab. LIII. fiftunt : in fig. 7. dorfummanitudine aucta indicatur, vbi ambulacra biporofa, poris lincola nexis, atque linea obfoleta, a reliqua teftae fuperficie feparata, et anus rotundus, maffa lapidea obftructus, apparent. Teftae ambitus ouatus, altitudo in media parte vix lineam aequat : dorfum leuiffime conuexum, et bafis leuiter excauata, lateraque tuberculis obfita, media area lacui. Os orbiculare. Tota tefta patellae ouatae fpeciem prae fe fert.

 

            Vix petrefacta, fed potius calcinata tantum eft tefta, atque interius fpatium aliqua ex parte vacuum.

            Conferuatur in mufeo Linkiano.

 

planche LIII (extrait)

   
 
description de l'espèce par Cotteau

Paléontologie française, terrain éocène, 2, p.380

 

N° 255. - Lenita patellaris (Leske), Agassiz, 1847.

pl. 293.

    Espèce de petite taille, oblongue, arrondie et un peu rétrécie en avant, dilatée et subtronquée en arrière. Face supérieure bombée, déclive sur les côtés, amincie et tranchante sur les bords. Face inférieure très plate, uniformément évidée dans le sens du diamètre antéro-postérieur, quelquefois un peu relevée sur les côtés. Sommet ambulacraire subcentral, excentrique en avant. Aires ambulacraires médiocrement développées, subpétaloïdes, ouvertes à l'extrémité, inégales, l'aire antérieure plus longue que les autres, les aires antérieures paires presque •transverses, plus courtes que les aires postérieures qui se rapprochent au sommet et forment un angle aigu. Zones porifères étroites, composées de petits pores égaux, peu accentués, paraissant unis par un léger sillon, disposés par paires obliques et espacées. Zone interporifère droite, étroite, à fleur de test, un peu plus large que l'une des zones porifères, surtout dans l'aire ambulacraire antérieure qui est toujours plus ouverte que les autres. A une assez grande distance de l'ambitus, les pores s'atténuent, deviennent très petits, disparaissent au milieu des tubercules et ne sont visibles dans aucun de nos exemplaires, même autour du péristome. Tubercules de la face supérieure petits, serrés, homogènes, atténués, subscrobiculés. Tubercules de la face inférieure tout différents, fortement développés, crénelés, perforés, entourés d'un profond scrobicule, occupant à droite et à gauche la région latérale, d'autant plus gros qu'ils s'éloignent du bord, paraissant épars, formant cependant des séries obliques assez régulières. L'espace intermédiaire, un peu plus large que l'une des bandes tuberculeuses et se rétrécissant à chaque extrémité, est couvert d'une granulation fine, abondante, homogène, au milieu de laquelle se montrent quelques petits tubercules. Péristome à peu près central, pentagonal, bordé d'un léger bourrelet. Périprocte supra marginal, arrondi, à fleur de test, s'ouvrant à peu de distance du bord postérieur. Appareil apical subpentagonal, un peu allongé. Plaque madréporiforme munie de quatre pores génitaux, les deux antérieurs plus rapprochés que les deux autres.

  Très abondamment répandue dans certains localités, cette espèce, que nous connaissons à ses différents âges, varie peu dans ses caractères : le sommet apical est quelquefois presque central, le plus souvent un peu rejeté en avant. Les gros tubercules de la face inférieure sont placés plus ou moins régulièrement et plus ou moins atténués vers le bord. Le péristome, toujours central, est entouré d'un bourrelet plus ou moins apparent. Les exemplaires les plus développés, notamment ceux qu'on rencontre au Plateau du Four, ont les gros tubercules de la face inférieure un peu moins nombreux, et le périprocte paraît en général un peu plus éloigné du bord.

  Exemplaire de taille ordinaire : hauteur, 3 milli­mètres; diamètre antéro-postérieur, 9 millimètres ; diamètre transversal, 7 millimètre et demi.

 

Individu de forte taille du Plateau du Four : hauteur, 3 millimètres et demi ; diamètre antéro-postérieur, 17 millimètres ; diamètre transversal, 12 millimètres.

Rapports et différrences. - Le L.patellaris présente un ensemble de caractères qui ne permet de le confondre avec aucune autre espèce. Dans nos Échinides de Belgique, nous lui avons réuni, ainsi que l'avait fait avant nous Desor, le L. patelloïdes, Forbes (Nucleolites patelloides, Galeotti), qui n'en diffère par aucun caractère important et appartient au même type.

  Localités. - Grignon, Meudon, Chaussy, Banthelu, Le Ruet, Thémericourt (Seine-et-Oise) ; Chaumont, Par­nes, Cramoisy, Liancourt, Saint-Pierre, Marquemont, Gypseuil, Neuvillebosc, Saint-Félix, Thury-sous-Cler­mont, Amblaincourt, Trie-Château, Les Groux (Oise).; Auteverne, Fontenay, Fours, Cahaignes, Civières, Écos ; Cocherel (Eure) ; Cassel (Nord); Plateau du Four, Camp-bon (Loire-Inférieure). Commun. Éocène moyen.

  École des Mines de Paris, Sorbonne, Institut catho­lique (Sorignet); Muséum de Nantes, collection Besançon, Gauthier, Peron, Dolfuss, Cotteau.

  Localités autres que la France. - Dieghem, Jette, Saint-Gilles (Belgique). Samland (Prusse).

  Explication des figures. - Pl. 293, fig. 1, Lenita patellaris, de grande taille, du Plateau du Four, du Muséum de Nantes, vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, face inférieure ; fig. 4, face supérieure, grossie ; fig. 5, face in­férieure, grossie; fig. 6, individu de taille plus petite, de Grignon, de la collection Cotteau, vu de côté; fig. 7, face supérieure; fig. 8, face inférieure; fig. 9, face inférieure, grossie ; fig. 10, exemplaire plus petit, de Grignon, de la collection Cotteau, vu de côté ; fig. 11, face supérieure : fig. 12, face inférieure.

Pl. 293 (extrait)

   
 
 

Lenita patellaris (Leske,1778) - Lutétien moyen, authevernes, Eure, 8-7,8-7 mm

 
 
     
 

 
 

Genre  Thagastea Pomel, 1888, p.373

Sur le Thagastea,  nouveau genre d'Echinide éocène d'Algérie, et observations sur le groupe des Fibulariens

Espèce type  Thagastea wetterlei Pomel, 1888, par désignation originale

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Eocène

Syn.

  • Thegaster Duncan, 1889, nomen null.

 
 
diagnose originale du genre par Pomel, 1888

Sur le Thagastea,  nouveau genre d'Echinide éocène d'Algérie, et observations sur le groupe des Fibulariens, p.373

 

     "MM. Wetterle et Goujon, dans leurs recherches qui ont amené la découverte de phosphates de chaux dans le terrain suessonien du Dekma, près de Souk-Arras, ont recueilli quelques fossiles intéressants, qu'ils ont bien voulu me communiquer. Je me bornerai ici à appeler l'attention sur trois Echinides nouveaux, dont un, le Thagastea, appartient à un type rare et fortement disjoint dans le temps et dans l'espace, la seule espèce fossile connue se trouvant dans la craie supérieure de Maestricht et les vivantes habitant le Pacifique. Voici ses caractères génériques :

     "Petit Oursin ovalaire, convexe dessus, un peu concave dessous, à faciès d'Echinocyamus. Madréporide en bouton, contigu à quatre pores génitaux peu distants. Pores ocellaires invisibles. Ambulacres à fleur de test, subpétaloïdes ; pétales ouverts, à zones porifères étroites, parallèles, formées de pores punctiformes, non conjugués, assez rapprochés, sauf les trois dernières paires, qui, sur les flancs, s'écartent et se disposent obliquement. L'ambulacre est infisible au delà. Péristome central, pentagonal avec les angles devant les interambulacres et les côtés portant un petit bourrelet percé de deux pores tentaculifères représentant un floscèle rudimentaire ou les tubes buccaux des scutelles. Cinq petites auricules; mâchoires inconnues ; pas de sillons ambulacraires, ni d'autres pores visibles à la face inférieure. Périprocte ponctiforme entre la bouche et le bord du test. Pas de cloisons, ni de crêtes intérieures ; test épais ; aires ambulacraires non élargies au pourtour, régulièrement atténuées vers les deux pôles, un peu plus étroites que les interambulacraires.

     " Thagastea Wetterlei, espèce typique, est de petite taille (15mm de long, 13mm de large et 10mm de haut), de forme conoïde, un peu atténuée en avant, avec le sommet un peu antérieur, la face inférieure un peu pulvinée. Des exemplaires moins élevés, plus allongés et semi-ovoïdes, ne paraissent pas devoir être distingués spécifiquement. Elle est assez fréquente dans des marnes à phosphorites, inférieures à des calcaires nummulitiques suessoniens des environs de Souk-Arras, ancienne Thagaste.

 

Thagastea luciani (de Loriol,1880)

 
 
diagnose originale de l'espèce par de Loriol, 1880

Monographie des Echinides contenus dans le couches Nummulitiques de l'Egypte, p.74

 

Echinocyamus Luciani, P. de Loriol , 1880.

PI. II, fig. 8-15.

   

           Forme ovoïde, subcylindrique, relativement étroite, parfois également arrondie en avant et en arrière, le plus souvent notablement rétrécie en avant. Face supérieure très élevée, renflée, très uniformément convexe. Face inférieure convexe, un peu aplatie au milieu et légèrement déprimée autour du péristome. Pourtour très arrondi.

     Sommet ambulacraire un peu excentrique en avant.

     Ambulacres à peu près égaux entre eux, soit en largeur, soit en longueur ; les deux antérieurs pairs sont très divergents, presque transverses, les deux postérieurs un peu plus longs et plus rapprochés. Ils sont très ouverts à leur extrémité, et leurs zones porifères, égales en longueur, sont droites, sans aucune tendance à se resserrer à leur extrémité. Pores arrondis, tout à fait simples, au nombre do onze à douze paires dans les ambulacres postérieurs des grands individus.

     Péristome central, petit, pentagone.

     Periprocte ovale ou subcirculaire, ouvert à peu près au point médian entre le bord et le péristome dans les petits exemplaires, tendant à se rapprocher toujours plus du péristome à mesure que le test prend une plus grande taille; dans certains individus il est bien plus prés du péristome que du bord.

     Tubercules relativement assez gros, serrés, à peu près uniformes sur toute la surface du test.

 

     Rapports et différences. Celle espèce, très nettement caractérisée par sa forme subcylindrique, élevée, presqu'également convexe en dessus et en dessous, ne saurait être confondue avec aucune de celles que je connais. Sa forme la rapproche assez des Fibularia. Elle paraît très constante dans tous ses caractères, car, bien que j'aie examiné un assez bon nombre d'Individus, je n'ai pas il noter de variations sensibles: celles que j'observe ont trait à la forme, qui, toujours étroite et très élevée, l'est tantôt plus, tantôt moins, la région antérieure, à peu près toujours rétrécie, l'est cependant bien plus dans certains individus que dans d'autres. La taille varie dans de notables proportions, mais tous les passages s'observent facilement entre les plus petits individus et les plus grands échantillons.

     Localité. Ouadi el Tih, près du Caire, accueilli dans le sable par M. Cramer et par son fils, auquel j'ai dédié l'espèce.

Explication des figures.

Pl. II. FiF. 8-15. Echinocyamus Luciani, divers éctiantillons de forme et de taille divorses. La fig.9b représpnte la région ambulacraire grossie, la Fig. 12 la face inférieure grossie ; les autres figures sont de grandeur naturelle.

Pl. II (extrait)

   
 
 

Thagastea luciani (de Loriol,1880) - Eocène moyen, Désert de Syrte, Libye, 17,16 et 14mm

 
 
 

 

Genre  Scutellina Agassiz, 1841, p.98

Monographies d'échinodermes, des Scutelles

Espèce type  Scutellina nummularia Agassiz, 1841, par désignation subséquente

ibid, p.99

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Eocène

Syn.

  • Fibulaster Lambert in Lambert & thiery, 1914, p. 194, espèce type Sismondia michelini Cotteau, 1861

 
 
diagnose originale du genre par Agassiz, 1841

Monographies d'échinodermes, des Scutelles, p.98

 

I.Scutellina nummularia Ag.

Tab. 21, fig. 8-14.

Syn. Scutella nummularia. Defr. Dict. sc. nat. T. 48, p. 231. - BeBl. Zooph. p. 202. - Lam. Tom. III, p. 287, N°20 - Ag. Prodr. p. 188. - DesMoul. Tabl. Tabl. syn. p. 236, N) 34.

       Echinarachnius nummularis Ag. Cat. syst. Ectyp. Mus. Neoc. p. 6.

     Je prends cette espèce pour type du genre Scutellina, parce qu'elle est assez assez fréquente dans les collections de fossiles tertiaires. On la reconnaît facilement à sa forme parfaitement circulaire, sauf une petite échancrure au bord postérieur dans laquelle s'ouvre l'anus. C'est une espèce très plate à bord assez renflé. Les pétales ambulacraires sont grands, arrondis en forme de lobe, mais cependant ouverts à leur extrémité ; ils s'étendent au delà de mi-bord. Les zones porifères sont bien moins larges que l'espace intermédiaire, et leurs pores ne sont pas réunis par des sillons transverses, ou s'il y en a, ils sont à peine visibles. La rosette apiciale se présente sous la forme d'un petit bouton légèrement saillant ; en l'examinant à la loupe, on y reconnaît for bien les quatre pores génitaux ; quant aux pores ocellaires, je n'ai pas pu les découvrir, mais je ne doute pas qu'ils n'existent, les ayant aperçus dans d'autres espèces. La bouche est circulaire. La face inférieure est complètement plane ; ce n'est que dans les exemplaires parfaitement conservés que l'on remarque quelques traces des sillons, qui sont droits et non ramifiés comme dans toutes les espèces de ce genre. L'anus est entièrement marginal, ensorte qu'on ne le voit ni de la face supérieure ni de la face inférieur ; il est en outre très petit et correspond, ainsi que je l'ai dit plus haut, à l'échancrure du bord postérieur.

     Les fig. 11, 12 et 13 représentent un exemplaire très extraordinaire, en ce qu'il n'a que quatre ambulacres ; j'ai cru dans l'origine qu'il constituait une espèce à part, mais ayant rencontré depuis plusieurs anomalies semblables dans d'autres genres, j'envisage ce cas comme une monstruosité par défaut ; et comme cet exemplaire a du reste tous les caractères du Sc. nummularis et qu'il provient de la même localité et du même terrain, je ne crois par être téméraire en l'associant à cette espèce ; sa forme subquadrangulaire provient sans doute de la même cause. La fig. 14 représente une mâchoire de cette espèce vue par ses différentes faces ; fig. a la montre de grandeur naturelle ; la fig. b montre la face supérieure sous un grossissement de deux diamètres, en sorte que l'on y remarque très bien le sillon médian dans lequel était fixée la dent ; la fig. c montre la face inférieure sous le même grossissement ; la fig. d est vue par la face antérieure ; et la fig. e de profil. On voit par cette figure que ce qui caractérise surtout ces mâchoires, c'est leur forme allongée, comparativement à leur faible hauteur.

     Cette espèce est fréquente dans le terrain tertiaire de Grignon. Elle se trouve également, suivant M. DesMoulins, à Blaye (département de la §gironde).

 

Scutellina rotunda (Galeotti,1837)

 
 
 

Scutellina rotunda (Galeotti,1837) - Lutétien moyen, Fleury la Rivière, Marne, 6 mm