Loveniidae

Lambert, 1905

Genre type : Lovenia Desor in Agassiz & desor, 1847

Description succincte de la famille : système apical ethmolytique. Plaque labrale allongée, en forme de coin, qui s'étend souvent au-delà de la deuxième plaque ambulacraire. Les plaques sternales sont petites et triangulaires. Fasciole sub-anal présent et en général de forme bilobée.

 

 


 

Genre Lovenia  Desor in ag. & Desor, 1847

Catalogue raisonné des échinides, p.10

Espèce type  Lovenia Hystrix Desor in ag. & Desor, 1847 (monotypie)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Oligocène - Actuel

Syn. 

  • Sarsella Pomel, 1853, p.28

  • Vasconaster Lambert, 1915, p.191 ; espèce type : Breynia sulcata Haime, 1853 ; synonyme subjectif plus récent.

 
 
 

Lovenia anteroalta (Gregory,1891) - Lower Globigerina Limestone, Miocène, Malte, 30 mm

 
 
 
 

Lovenia anteroalta (Gregory,1891) - Lower Globigerina Limestone, Miocène, Mistra Bay, Malte, 24 mm

 
 
   

 

Lovenia bagheerae Irwin in Irwin & Archbold,1994

 
 
diagnose originale de l'espèce par Irwin, 1994
The spatangoid echnoid Lovenia From the Tertiary of southeastern Australia, p.10
avec l'aimable autorisation de la Royal Society of Victoria, publié dans Proceedings of the Royal Society of Victoria,106
 
 

Lovenia bagheerae Irwin sp. nov.

Fig. 10

Spatangus Forbesii. — Woods 1859: 91. —Woods 1862: 121.

Hemipatagus Forbesi, Woods & Duncan. — Woods 1865: 12.

Hemipatagus Forbesii, Woods & Duncan. — Woods 1865: 17, 19.

Lovenia Forbesii, Woods & Duncan.—Etheridge 1878: 141.-W o od s 1878: 74.

Lovenia Forbesi, McCoy. —McCoy 1879: 37-40, pi. 60, figs 1-4.

Hemipatagus fo rb e s ii- Dennant 1890: 445.

Lovenia forbesi, Woods. — Dennant & Mulder 1898: 86. — Dennant & Kitson 1903: 132.

Lovenia woodsi, Woods.— Chapman 1916: 401.

Lovenia woodsi, Etheridge.— Carter 1963: 166, pi. 27, figs 1, 2. — Abele et al. 1976: 214. — Abele et al. 1988: 288.

Lovenia woodsi. — Singleton 1968: 127.— Singleton 1973: 124.

Lovenia. — Mallett 1977: 79.

 

   

Fig. 9. Histogram of frequency of total number of pore pairs in ambulacral column lib for L. woodsii (Δ ) and L. bagheerae sp. nov. (Ο) depicting similarly shaped but juxtaposed bell curves.

Etymology. Bagheera: P. Irwin’s pet black cat (female), in loving memory of a very close friend.

Holotype. NMV P79247 from the early Late Miocene Mitchellian (Tortonian) Port Campbell Limestone, Portland, 300 km west of Melbourne, Victoria; F. A. Cudmore collection.

Paratypes. NMV P79233-P79270 including P78918, P78927, P78935, P78941, P78943 and P78953 from the same member/horizon and locality as the holotype.

Size ranges. Length 16.2-34.9 mm; width 5.9-32.6 mm; height 8.6-17.6 mm; width as % test length 88-99%; (mean 94%); Height as % test length 46-56%; (mean 51%).

Diagnosis. Test diamond-shaped with maximum width half-way. Deep anterior sulcus. High density of primary tubercles confined to anterior half of test; common in interambulacra 2a/3b. Anterolateral petals longer and narrower than posterior petals, terminate 2/3 of distance to ambitus, conjugate pore pairs do not diverge toward apical system, ambulacra Ilb/IVa Vi length of Ila/IYb. Periproct almost circular, peristome antero-posteriorly broad.

Description. Test reaches a maximum known length of 35 mm; widest slightly posterior to midtest length, producing diamond shaped test. Width varies between 88-99% TL. Height varies between 46-56% TL. Anterior sulcus pronounced. Apical system slightly posterior of mid-test length. Posterior rows of antero-lateral petals diverge anteriorly at about 120°; anterior rows parallel posterior rows, barely diverging adapically; 9-14 pore pairs in column Ila, mean 10.4; 8-14 in IVb, mean 11.2; 3-7 in lib, mean 4.6; 2-7 in IVa, mean 4.5.

     Divergence of anterior row of posterior ambulacra about 45°, posterior row about 60°. 8-12 pore pairs in column la, mean 9.4; 8-12 in Vb, mean 9.6; 7-12 in lb, mean 8.8; 7-11 in Va, mean 9.1. Primary tubercles in 2b, 3a common for large specimens (Fig. 8), less frequent at smaller size; 0-2 primary tubercles in 2b and 3a, mean 0.4; 1 to 5 rows in columns 2a-3b, 1 to 4 in lb-4a; 1-11 primary tubercles in lb, mean 5.9, 1-10 in 4a, mean 5.6; 1-18 in 2a, mean 9.0; 2-16 in 3b, mean 8.1. Three aberrant specimens (NMV P79242, P79254, P79262) possessed one primary tubercle in interambulacrum la or 4b.

     Periproct obovate to rhomboidal (Fig. 3); laterally 8-18% TL, dorso-ventrally 10-17% TL. Sub-anal fasciole incorporates 3-5 small pore pairs of ambulacra la, Vb.

 

     Peristome length 4-11% TL, width 12-20% TL. Base shape generally bulbous to arched.

Remarks. Woods (1859) was the first to observe this species, classifying it with the Mount Gambier taxon as Spatangus Forbesii. Duncan’s fig. 3 (1864), based on specimens from the Murray or Mount Gambier was likewise considered to represent a L. forbesii but is most representative of L. bagheerae sp. nov. despite an exaggerated number of pore pairs in the anterior rows of the anterior petals. Etheridge (1878), McCoy (1879), Dennant (1890), Dennant & Mulder (1898) and Dennant & Kitson (1903) all assimilated the Portland population into L. forbesii.

     Chapman (1916), Singleton (1968, 1973) and Abele et al. (1988) considered the population at Portland to be L. woodsi (sic), as did Carter (1963), figuring what could loosely be considered L. bagheerae sp. nov. Mallett (1977) classified the population to genus only.

     McNamara (1987, 1989, 1990, 1991a) and Holmes (1987) alluded to three Tertiary species of Lovenia from south-east Australia, McNamara (1991a) indicating the Peterborough Member of the Port Campbell Limestone, this upper Middle Miocene Member being found only in the Port Campbell Embayment (Abele et al. 1988), Holmes indicating an Early Pliocene age for a friable limestone from Portland. The reported ages of Middle Miocene and Early Pliocene for the unnamed species do not conform with the Late Miocene Mitchellian (Tortonian) stage assigned to that part of the Port Campbell Limestone which is found to outcrop in the Portland cliffs (Singleton et al. 1976) from which L. bagheerae sp. nov. is derived.

Distribution. This new species has been described solely from material collected from Portland, Victoria. The specimens were removed from that section of the Port Campbell Limestone representing the upper part of zone N16 and the basal part of zone N17 (Singleton et al. 1976, Abele et al. 1988), making L. bagheerae sp. nov. Mitchellian (Tortonian) in age.

     If Duncan’s fig. 3 (1864) of L. woodsii (sic), reportedly from either the Murray River or Mount Gambier is L. bagheerae sp. nov. then the time range would extend to the Late Oligocene. Verification of temporal and spatial distributions is required to resolve which species are present as preliminary evidence points toward a larger number of species than is currently known.

Fig. 10. A-L, Lovenia bagheerae sp. nov. All figures x 2 . A, B, D, NMV P79263, paratype, lateral, adapical and posterior views; C, F, G, NMV P79254, paratype, lateral, adoral and posterior views; E, H, J, L, NMV P79247, holotype, adapical, adoral, posterior and lateral views; I, K, NMV P79248, paratype, adoral and adapical views.

   
 
 

Lovenia bagheerae Irwin in Irwin & Archbold,1994 - Miocène supérieur, Portland, victoria, Australie, 34 mm

 
 

 

Lovenia carinata (Cotteau,1889)

 
 
 

Lovenia carinata (Cotteau,1889) - Oligocène, Villajoyosa, Alicante, Espagne, 20 mm

 
 
 
 

Lovenia carinata (Cotteau,1889) - Oligocène, Alicante, Espagne, 38 mm

 
 

 

Lovenia duncani Gregory,1891 - Middle Globigerina Limestone, Miocène, Malte, 30 mm

 
 
   

 

Lovenia forbesii (Tenison Woods,1862)

 
 
figuration originale de l'espèce par Woods, 1862
Geological observations in South Australia, principally in the district south-east of Adelaide, p.75
 
   
 
 

Lovenia forbesii (Tenison Woods,1862) - Miocène, Mannum formation, Murray River Cliffs, Australie du Sud, 29 mm

 
 
 
 

Lovenia forbesii (Tenison Woods,1862) - Miocène, Mannum formation, Murray River Cliffs, Australie du Sud, 30 mm

 
 

 

Lovenia lorioli Cotteau,1878

 
 
diagnose originale de l'espèce par Cotteau, 1878, p.216
Echinides nouveaux ou peu connus
 

No 120. Lovenia Lorioli, Cotteau, 1878.
Hauteur, 11 mill.; diamètre antero-postérieur, 25 mill.;
diamètre transversal, 24 mill. 1/2.

     Espèce de petite taille, oblongue, cordiforme, presque aussi large que longue, arrondie et un peu échancrée en avant, subacuminée en arrière. Face supérieure peu élevée, uniformément bombée. Face inférieure tout à fait plate, subdéprimée autour du péristome, légèrement renflée en arrière. Face postérieure étroite, à peine tronquée, subexcavée. Sommet apical presque central. Sillon antérieur très-atténué à la face supérieure, vaguement caréné sur les bords, s'élargissant et s'accusant un peu en se rapprochant de l'ambitus qu'il échancre d'une manière sensible. Aire ambulacraire antérieure très-différente des autres, droite, composée de pores simples, petits, rapprochés les uns des autres vers le sommet, s'espaçant en descendant près du bord. Aires ambulacraires paires sub­triangulaires, cunéiformes, de taille à peu près égales, les antérieures presque droites, et plus larges vers le sommet, plus anguleuses à leur extrémité, composées de pores très-apparents, unis par un sillon , atrophiés à une certaine distance du sommet. Tubercules de la face supérieure inégaux, les uns très-petits, abondants, homogènes, plus ou moins espacés, les autres très-gros, perforés, profondément scrobiculés, assez nombreux, remplissant  jusqu'aux approches du sommet. Tubercules de la en partie les aires interambulacraires antérieures et s'élevant inférieure serrés, gros et fortement scrobiculés sur les côtés, diminuant de volume vers le bord. Péristome labié, excentrique en avant. Périprocte arrondi, un peu ovale dans le sens du diamètre antero-postérieur, s'ouvrant au sommet d'une dépression étroite et peu profonde de la face postérieure. Appareil apical compact, muni de quatre pores génitaux. Fasciole interne et sous-anal.

 

     Rapports et différences. Cette espèce se rapproche de la précédente par sa taille ; elle s'en distingue nettement par sa forme plus dilatée et plus arrondie, sa face supérieure moins élevée et plus uniformément bombée, son sommet plus central, son sillon antérieur moins évasé et moins profond vers l'ambitus, ses aires ambulacraires moins inégales, les postérieures beaucoup moins longues, ses gros tubercules plus nombreux et remontant plus haut dans les aires interambulacraires. Les fascioles interne et sous-anal ne sont pas visibles dans l'exemplaire que nous décrivons; nous n'hésitons pas cependant à le placer dans le genre Lovenia, en raison de sa physionomie générale et surtout de la disposition de ses aires ambulacraires paires.

Loc. — Drôme. Molasse tertiaire. Très-rare. Coll. Gauthier.

Expl. des fig. - PI. xxx, fig. 5, Lovenia Lorioli, vu de côté ; fig. 6, face supérieure; fig. 7, tubercules grossis.

planche XXX (extrait)

   
 
 

Lovenia lorioli Cotteau,1878 - Yprésien, El Prat, Barcelone, Espagne, 33 mm

 
 
 
 

Lovenia lorioli Cotteau,1878 - Yprésien, El Prat, Barcelone, Espagne, 33 mm

 
 
 
 

Lovenia lorioli Cotteau,1878 - Yprésien, El Prat, Barcelone, Espagne, 34 mm

 
 
     

 

Lovenia woodsi (Etheridge,1875)

 
 
diagnose originale de l'espèce par Etheridge,1875
Description of a new species of the genus Hemipatagus, Desor, from the Tertiary rocks of Victoria, australia, withe notes on some previously described species from South Australia, p.445
 

Genus Hemipatagus, Desor.

Hemipatagus Woodsii, sp. nov. Plate XXI. figs. 1-7.

     Sp. char. Cordiform, a little quadrangular ; anterior end sulcated, rounded, or inclined to be a little truncate ; posterior end truncate and considerably overhanging sides sloping gently from the apical region. The test is highest immediately posterior to the apical disk, whence the summit is somewhat flattened to the edge of the nearly vertical anterior end. The ambulacra are broadly lanceolate, with blunt or abrupt apices ; the anterior pair are widely divergent, and longer than the posterior, with their points somewhat curved outwards. The odd ambulacrum is placed in a deep groove, and only represented by minute equidistant round pores, which are lost before reaching the mouth ; the sides of the groove in which the odd ambulacrum is placed are densely but minutely tuberculated. The ambulacra! pores are deeply sunk, conjugate, and obliquely divergent ; in the posterior pair of ambulacra there are from eight to ten pairs of pores in each series ; the anterior series of pores of the anterior pair of ambulacra extend scarcely halfway from the apices of the ambulacra towards the apical disk ; in each of the posterior series of the same ambulacra there are from eleven to thirteen pairs of pores. The whole of the interambulacral areas are densely and minutely tuberculated ; the primary tubercles are large and few, and confined to the anterior pair, and to the extreme an­terior portion of the lateral pair of interambulacra, and are sur­rounded by a deep scrobicula ; the odd interambulacrum forms a somewhat ©btuse angle. The apical disk is a little excentric, some­what nearer the posterior end ; the genital pores (h, fig. 5) are four in number, the posterior pair being wider apart than the anterior ; the result of the intervention of a pyriform plate, which bears the madreporiform body (a, fig. 5). The anal orifice is oval, and situated in the concave and truncated posterior end (see fig. 4), which is bent inwards from below, giving to the termination of the odd interam­bulacrum a very overhanging or beak-like appearance (fig. 3). Below the anal orifice is a spectacle-shaped fasciole, carrying on each side a circlet of perforated primary tubercles, considerably smaller than those on the interambulacra ; the anal plates are not preserved. The ventral or oral surface (fig. 2) is concave and divisible into three well­marked portions, two corresponding lateral parts strongly tubercu­lated, and a central portion comparatively smooth, in which is placed the mouth, and called by Prof. Duncan and Dr. Laube, in their de­scriptions of H. Forhesii, the " plastron." The tubercles of the lateral portions of the ventral surface are primary and perforated, nearly intermediate in size between those of the interambulacra and the sub­anal fasciole, but with one edge, that towards the anterior end, con­stantly in contact with the scrobicular circle (fig. 7). The "plastron" is narrowed anteriorly, but widens out posteriorly, where it is minutely granulated. The oral aperture is nearer the anterior end, transverse and semilunar, with the margin of the ventral lip a little thickened ; in weathered specimens a few pores of the two pairs of ambulacra may be seen radiating from it.

     Obs. — In two specimens before me the primary tubercles on the extreme anterior portion of the lateral pair of interambulacra are confined to two rows only, whilst in a third specimen one tubercle of the third row is developed, but the remainder are obsolete. The peculiar pyriform plate (a, fig. 5) separating the posterior pair of genital pores, corresponds to a similar plate well shown in an en­larged figure of the apical disk of Spatangus purpureus, Mull. (a, fig. 9). It is there seen to be a prolongation backwards and an enlargement of the right antero -lateral genital plate, and therefore occupies a somewhat corresponding position to the Madreporiform body in some of the Endocyclica, although posterior to the apical disk instead of anterior.

     Affinities and Differences. — From H. Hofmanni, Goldf.f, our species, as in the case of H. Forbesii, W. & D., is distinguished by non-crenulate tubercles which, on the ventral surface of the test, unite with the scrobicular circle, and by the much more convex form. From H. Forbesii, W. & D., to which it bears the nearest resem­blance, H. Woodsii is at once distinguished by the more convex form, straighter and more truncate anterior end, and much more overhanging posterior end, which slopes downwards more rapidly than in H. Forbesii. In the

 

latter the whole of the dorsal surface is flattened and compressed, whereas in H. Woodsii it is merely that portion immediately anterior to the apical disk. In the last-named the primary tubercles are much less developed than in H. Forbesii, in which they extend further along the lateral pair of interambulacra than in the new species (see figs. 3 & 8), and, instead of being confined to two rows only, form three and sometimes four. From H. grignoniensis, Ag., the new species is distinguished by its greater dimensions, more convex form, and apparently a larger amount of tuberculatum on the ventral surface ; from H. tuber cu­latus, Zittel, by the same characters which separate it from H. Forbesii, W. & D. Lastly, from H. praelongus, Herklots, our species is distinguished by the form in general, and the much smaller number of primary tubercles.

     Locality and Geological Position. — The specimens of Hemipatagus Woodsii were obtained from Tertiary beds on the east shore of Port-Phillip Bay, near the small township of Mordialloc. The deposit in question was mapped by Mr. A. B,. C. Selwyn as of Pliocene age, and extends from the environs of Melbourne southwards along the bay to Frankston, enclosing within its boundaries the great Carrum Swamp. The section at the exact point where I obtained the specimens, when in company with my friend and former colleague, Mr. C. D'O. H. Aplin, is as follows, from above downwards : —

a. Bed of sandy loam, containing fragments of marine shells, at present living in the bay, continuous along the coast for some miles.

b. Thin bed of ironstone pebbles, well marked.

c. Bed of ferruginous sand, with interbedded ironstone bands, intersected by vertical " pipes," containing white sand and an aluminous ( ?) material.

d. Yellow sandstone, with a few ironstone bands, containing Ostrea, My till, Hemipatagus Woodsii, and fragments of other shells.

e. A very thin band formed of the comminuted fragments of shells. /. Yellow sandstone, containing pieces of impure limestone, with a few fossils, H. Woodsii, &c.

g. Bed of concretionary ironstone, forming the beach at high- water mark ; the place of this is here and there taken by a band containing large shells in a tolerably good state of preservation.

     Many years ago this portion of the colony to the south of Mel­bourne was examined by Mr. W. Blandowski, who gave in his report a section of the beds at a point some distance to the south of Mordialloc, between Schnapper Point and Balcombe's Creek, where beds of a similar nature to those now treated of again occur. His section naturally differs a little from the one here given.

planche XXI (extrait)

   
 
description de l'espèce par Irwin, 1994
The spatangoid echnoid Lovenia From the Tertiary of southeastern Australia, p.6
avec l'aimable autorisation de la Royal Society of Victoria, publié dans Proceedings of the Royal Society of Victoria,106
 

Lovenia woodsii (Etheridge 1875)

Figs 6, 7

   

Spatangus. — Forbes 1852: 50.

Spatangi. — Selwyn 1855: 5.

Hemipatagus Woodsii Etheridge 1875: 444-447, pi. 21, figs 1 -7 .-W o od s 1878: 68.

Lovenia Forbesi, var. minor Duncan 1877: 44, 56-61, pi. 4, figs 5 -8 .-Etheridge 1878: 141.

Lovenia Forbesi, var. Woodsi, Etheridge. - Duncan 1877 44, 56-61, pi. 4, figs 5-8.

Lovenia Forbesi, Woods & Duncan.-Duncan 1877: 44, 56-61, 63, pi. 4, figs 5 -8 .-Duncan 1887: 424-427

Lovenia Forbesii, var. Woodsii, Etheridge.-Etheridge 1878: 141.

Lovenia Forbesii, Woods & Duncan.-Etheridge 1878-141.

Lovenia Forbesi, McCoy.-McCoy 1879: 37-41 pl. 6 figs 1-4.

Lovenia Forbesi var. Woodsii, Etheridge.-Johnston 1887: 130.

Lovenia forbesi, Woods & Duncan.-Hall & Pritchard 1897: 191, 195.-Murray 1985: 190, pi. 7.9.23/A-C.

Lovenia forbesii, Woods & Duncan.-Hall & Pritchard 1897: 201, 202.

Lovenia forbesi, Woods.-Dennant & Kitson 1903: 132 139. — Colliver 1937: 151, 153.-Singleton 194L 33 -Kenley 1967: 38.

Lovenia woodsi, Etheridge. — Pritchard 1976(1947): 20, fig. 11.-P h i l ip 1957: 4 0 3 . -Ca r t e r 1963: 166, pl. 27,

fig. 9 . -P h i l ip 1963: 188.-A b e l e et al. 1976: 2 4 2 . - Holmes 1987: 33, fig. 4 . -A b e l e et al. 1988: 316.

Lovenia forbesi. —C arroll 1949: 105. —David 1950: 528, pi. 48e. — Rosengren 1988: 81, 83.

Lovenia forbesi var. woodsi, Etheridge.— Fletcher 1971: 134.

Lovenia. — Stone & Bawden 1975: 53, figured.

Lovenia woodsi. — Carter 1985: 17. —McNamara 1991b: 44.

Lovenia woodsii, Etheridge.— Archbold 1990: 119.

Lectotype. AM F17500, figured Etheridge (1875, pl. 21, figs 1-7) and Fig. 6 herein, from the Late Miocene Black Rock Sandstone, Beaumaris, on the east shore of Port Phillip Bay, Victoria.

Material and locality. NMV P 139210—P 139219 from the Cheltenhamian (Messinian) Black Rock Sandstone, Port Phillip Basin, from the cliffs behind and immediately west of Keefers Boatshed, 1.5 to 4 metres above sea level; NMV P139220, 218 specimens from the same locality as above (collected by N. W. Archbold).

Size ranges. Length 13.5-39.3 mm; width 13.1-37.3 mm; height 6.7-17.1 mm; width as % test length 88-103%; (mean 94%); height as % test length 38-56%; (mean 48%).

Diagnosis. Test diamond-shaped with maximum width half-way. Deep anterior sulcus. Primary tubercles few in number, restricted to anterior half of test; rare in interambulacra 2a/3b. Anterolateral petals longer and narrower than posterior petals, terminate Vi of distance to ambitus, conjugate pore pairs diverge toward apical system, ambulacra Ilb/IVa 14 - 'A length of Ila/IVb. Periproct compressed in dorso-ventral plane, peristome antero-posteriorly narrow.

Description. Maximum test length of 40 mm; widest about mid-test length, producing diamond shaped test. Width varies between 88-103% TL. Height varies between 38-56% TL. Distinct anterior sulcus.

     Apical system slightly anterior of mid-test length;

 

madreporite obovate, greatly separating posterior genital pores. Antero-lateral ambulacral petals terminate two-thirds distance to ambitus; anterior row of large pore pairs varies from lA -% posterior row length; conjugate pore apices linked by adapical ridge forming oval pit adorally. Ambulacra lib, IVa small pore pairs di erge at about 90°, posterior rows diverge anteriorly at about 110°. 8-12 pore pairs in column Ila, mean 10.13; 9-13 in IVb, mean 10.68; 1-6 in lib, mean 3.66; 1-6 in IVa, mean 3.60.

 

     Posterior ambulacral petals wider than anterolateral petals (Fig. 4A), both rows straight, equal in length; angle of divergence of anterior row about 50°, posterior row about 90°. Large pore pairs similar in size to antero-lateral petals; 6-11 pore pairs in column la, mean 8.4; 7-12 in Vb, mean 8.8; 6-10 in lb, mean 7.8; 6-11 in Va, mean 8.1.

     Primary tubercles absent from interambulacral columns la, 4b and 5a, b, rarely present in 2b and 3a, larger specimens exhibiting infrequent development; 0-2 primary tubercles in 2b, 3a, mean 0.1; 1 to 4 rows in columns 2a, 3b, 1 to 3 in lb-4a; 2-11 primary tubercles in lb, mean 4.9, 1-9 in 4a, mean 4.7; 2-14 in 2a, mean 6.6; 2-15 in 3b, mean 6.3. One aberrant specimen (NMV P I 39212) possessed one primary tubercle in interambulacrum 4b.

     Periproct laterally elliptical (Fig. 3); longer axis 9-20% TL, shorter axis 7-14% TL; keel overhangs periproct producing concave posterior margin, termed beaked condition.

     Peristome overhung by slightly bowed labrum, resulting in semi-circular to slight lunate shape (Fig. 4C); narrow (Fig. 5), length being 4-8% TL with width between 11-23% TL. Base shape generally flat to concave.

Remarks. This species has often been confused

with L. forbesii, e.g. Singleton (1941), Kenley (1967) and Rosengren (1988). Hawkins (1916) reported on plate-crushing and resorption in the interambulacra of L. forbesi (sic) from no indicated locality, but as previously indicated by Philip (1957), the dimensions provided for the two specimens, 546A and 546B (housed in the University College, Reading, U.K.), suggest L. woodsii, as does Davies’ (1935) figured L. forbesi (sic) from Victoria. However, accurate identification requires direct examination of the material.

     Etheridge (1875) supplied four figures which closely approximated the species, but exaggerated the number of pore pairs. Aslin (1980) reproduced those illustrations but further exaggerated those attributes which were erronous in the originals. Carter’s (1963) topotype is a further example of an inaccurate illustration with pronounced asymmetry of the pore pairs, most of which exceed the observed range.

     Pritchard (1976) provided an accurate series of diagrams in his fig. 11 of L. woodsii, as did Holmes (1987), fig. 4, with the exception of an abnormally high number of pore pairs in columns lib and IVa.

Species differentiation. L. woodsii differs from L. bagheerae in its lower comparative number of adapical primary tubercles (Fig. 8), adapical divergence of the antero-lateral conjugate pore pairs and laterally elongated periproct (Fig. 3). Obvious in comparisons between populations is the antero-posteriorly narrow peristome (Fig. 5) and lesser number of pore pairs, apparent in ambulacra lIb (Fig. 9) of L. woodsii.

Distribution. L. woodsii is common at Beaumaris, being restricted to the Cheltenhamian (Messinian) Black Rock Sandstone of the Brighton Group. Johnston (1877, 1888a, 1888b) reported L. woodsii from Table Cape, Tasmania, but it is likely that the species is either L. forbesii or an as yet undescribed phenotype.

     Sadler et al. (1983) recorded L. woodsii from both the Morgan Limetone and Loxton Sands. If so the range of L. woodsii would span the Miocene and include the Pliocene as far as the Kalimnan (Zanclean).

   

 

 

 

 
 

Lovenia woodsi (Etheridge,1875) - Miocène supérieur, Whaler's Bluff Form., Portland, Victoria, Australie, 27 mm

 
 

 
 

Genre Blaviaster  Lambert, 1920

Sur quelques genres nouveaux d'échinides, p.26

Espèce type  Temnaster grossouvrei Lambert, 1912,  désignation originale.

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Lutétien

Syn. 

  • Temnaster Lambert, 1912, p.106 ; non Verril,1894. (Asteroidea)

 
 
diagnose originale du genre par Lambert, 1912
Description des échinides du bordelais, I-Echinides de l'éocène, p.105 (=Temnaster, nom pré-occupé par une étoile de mer)
 

Sous-genre TEMNASTER Lambert

     Le genre Gualtieria Desor, 1847, repose essentiellement sur deux caracètres : 1° son fasciole qui, au lieu de doubler les pétales, les coupe au tiers de leur longueur ; 2° les protubérances noduleuses qui entourent son péristome et se prolongent sur les aires périplatronales. C'est ce qu'on observe chez G. Orbignyi Agassiz type du genre, comme ches G. Heberti Vasseur, G. aegrota Dames, G. Damesi Koch et G. Meneguzzoi Oppenheim.

     Mais chez une espèce du Lutétien de Blaye, si la face supérieure présente encore les caractères des Gualtieria, la face inférieure est complètement dépourvue de tubérosités noduleuses

 

et les aires périplastronales sont d'apparence lisses jusqu'au péristome. Gauthier et Cotteau n'avaient pas hésité à considérer cette modification comme d'importance générique ; sans aller peut-être aussi loin, on peut tout au moins fonder sur ce caractère une coupure subgénérique et désigner les Gualtieria sans tubérosités péristomiennes sous le nom de Temnaster.

 

Blaviaster grossouvrei (Lambert,1912)

 
 
diagnose originale de l'espèce par Lambert, 1912
Description des échinides du bordelais, I-Echinides de l'éocène, p.106
 

     Temnaster Grossouvrei Lambert n. spec.

     Espèce de moyenne taille, mesurant 29 mill. de longueur sur 25 de largeur et 15 de hauteur, allongée, polygonale, rétrécie en avant et subtronquée en arrière. Face supérieure plane au sommet, déclive sur les bords, tronquée aux extrémités ; face inférieure presque plane, à large plastron, saillant en arrière. Sillon à peine indiqué par un léger sinus ; carène postérieure remplacée par une légère dépression.

     Apex très excentrique, à quatre pores génitaux. Ambulacre impair très étroit, à plaques hautes et pores ponctiformes, microscopiques. Ambulacres pairs à fleur de test, étroits, les antérieurs flexueux, assez divergents, avec branches inégales : en avant les dix dernières paries de pores périapicales atrophiées, les autres égaux, elliptiques, conjugués ; on compte seize paires avant le fasciole et trois après ; pétales postérieurs peu divergents, légèrement arqués, avec dix-sept paires de pores avant le fasciole et quatre après ; les pores traversés par le fasciole sont complètement atrophiés. Zones porifères déprimées et zones interporifères moins larges que l'une des zones porifères.

 

     Large péristome semilunaire à labrum ourlé, convexe, non saillant ; ce péristome excentrique en avant est entouré d'un espace lisse, formé par les ambulacres et le labrum ; zones périplastronales également lisses et large plastron, tuberculeux en arrière. Périprocte ovale, au sommet de la face postérieure.

     Tubercules fins, serrés, épars, augmentant de volume en dessus. Quelques-uns scrobiculés, plus gros, crénelés et perforés bordent l'ambulacre impaire à l'intérieur du fasciole.

     Fasciole interne très net, sinueux, formant un cordon étroit avec étranglements successifs correspondant au centre des plaques interambulacraires ; il franchit l'ambulacre impair à l'ambitus, puis se relève obliquement pour couper les pétales antérieurs pairs ; il remonte ensuite et s'infléchie vers les ambulacres postérieurs avant de les traverser ; il forme enfin sur l'aire impaire une ligne en U. Fasciole sous-anal en anneau bilobé.

     Localité. - Blaye ; étage Lutétien.

 

 
 

Blaviaster grossouvrei (Lambert,1912) - Eocène supérieur, couqueques, gironde, 39 mm

 
 
 
 

Blaviaster grossouvrei (Lambert,1912) - Eocène supérieur, couqueques, gironde, 31 mm

 
 
 
 

Blaviaster grossouvrei (Lambert,1912) - Lutétien, Couquèques, Gironde, 28 mm

 
 
 

 
 

Genre Breynia  ag. & Desor, 1847

Catalogue raisonné des échinides, p.12

Espèce type  Spatangus australasiae Leach, 1815  désignation originale.

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Oligocène- Actuel

Syn. 

  • Spatangomorpha Boehm,1882, p.357, espèce type Spatangomorpha eximia Boehm,1882.

 
 
diagnose originale du genre Desor in Agassiz & Desor,1847
Catalogue raisonné des échinides vivans et fossiles, VIII, p.12
 

LXXVII. BREYNIA Desor

(Pl. 16 [t. VI], fig. 14.)

     Deux fascioles à la face supérieure : un interne, comme dans le genre Lovenia ; l'autre péripétale. De gros tubercules à la face supérieure, mais seulement dans l'espace circonscrit par le fasciole péripétale. Les ampoules qui portent les tubercules ne sont pas saillants à l'extérieur. Un fasciole sous-anal. Yeux et pores génitaux comme dans le genre Lovenia.

 

   Crux-Andrae Agass. - spatangus Crux-Andrae Lamk.

     Mers australes (Péron et Lesueur), mer Rouge (Desmoulins). - Mus. Paris.

 

 

 

Breynia cf. carinata HAIME,1853

 
 
diagnose originale de l'espèce par Haime in d'Archiac & Haime, 1853
Animaux fossiles du groupe nummulitique de l'Inde, p.216
 

BREYNIA CARINATA, nov. spec.

PI. XV, fig. 4, a, b, c.

     Eupagagus carinatus, d'Archiac, Hist. des progrès de la Géol., t. III, p. 251. 1850.

     Corps allongé, peu élevé, bilobé en avant, atténué en arrière et tronqué à l'extrémité; surface supérieure très-légèrement convexe. Les tr. pores génitaux petits et très-rapprochés ; le corps madréporiforme peu distinct, ovalaire et allongé dans le sens du diamètre antero-postérieur; les plaques qui entourent immédiatement l'écusson apicial, circonscrites par une fasciole malaire non sinueuse, arrondie postérieurement, et dont les branches antérieures se rapprochent au niveau des ambulacres antérieurs; celtes de ces plaques qui sont ambulacraires montrent de très-petits pores disposés en une série qui coupe angulairement les bandes porifères des pétales; ces bandes, qui commencent au bord de la fasciole interne, sont formées de grands pores disposés par paires simples, ouverts dans des sillons transverses, marqués et séparés par de grosses côtes; elles sont larges, sensiblement droites , s'unissent extérieurement, de manière à fermer complétement les pétales, et leur trajet est marqué par, une légère dépression sulciforrne ; celles des ambulacres latéraux sont plus courtes que celles des ambulacres postérieurs, et, celles même pétale sont inégales entre elles ; seulement dans les pétales latéraux, c'est la bande antérieure qui commence le plus loin de l'apex et qui est la plus courte, et dans les pétales postérieurs l'antéro-externe est la plus longue ; les pétales ambulacraires sont médiocrement larges et médiocrement longs, anguleux extérieurement; les postérieurs sont rapprochés l'un de l'autre et les latéraux très-écartés de ceux-ci et situés tous deux presque sur une même ligne transversale; l'ambulacre antérieur n'est pas pétaloïde , il forme un sillon très-peu prononcé et n'offre qua des pores très-peu distincts; la fasciole péripétale est très-faiblement sinueuse, sub-elliptique et assez rapprochée des pétales. Les aires interambulacraires paires, dans la partie limitée par la précédente fasciole, présentent de gros tubercules assez serrés, peu inégaux et enfoncés dans leurs fossettes , l'aire interambulacraire impaire et les aires ambulacraires sont presque lisses -ou-simple-ment granulées. Face inférieure du corps presque plane, si ce n'est auprès de l'anus où elle offre, sur la ligne médiane, une tubérosité oblongue et sub-cariniforme, au-devant de l'anus; les ambulacres sont lisses en dessous, et leurs pores sont indistincts. Les aires interambulacraires sont couvertes de gros grains serrés et assez saillants. La bouche est située aux 3140 antérieurs du grand axe. L'anus est marginal; le périprocte grand, anguleux supérieurement, sub-

 

ovalaire et allongé dans le sens vertical. Dans quelques individus l'aire interambulacraire impaire est un peu élevée au-dessus de l'anus.

     Le plus grand exemplaire que nous ayons observé est long de 9 centimètres, large de 7 et haut de 3; d'autres n'ont que 6 centimètres de longueur.

     Localité. — Chaine d'Hala (Sinde).

     On ne connaissait jusqu'à présent que deux Breynia, toutes deux vivantes, la B. australasae1 et une autre que vient de décrire M. Gray ; la première diffère de la B. carinata par sa forme plus élargie postérieurement, et par sa fasciole interne plus sinueuse et sub-anguleuse en main. Nous avons cependant trouvé dans la belle collection de M. Michelin une autre espèce fossile, et que la nature de la "gangue  nous porte à regarder comme provenant de Biarritz. Elle est très-voisine de celle que nous décrivons, surtout par sa forme générale; mais son sillon ambulacraire antérieur est beaucoup plus profond que dans les deux autres Breynia qui nous sone connues, et ses aires interambulacraires latérales sont lisses dans leur moitié postérieure. Ces deux caractères suffiront pour bien distinguer ce Spatangide auquel pourrait convenir le nom de B. sulcata.

1. Spatangus crux-Andreae, Lamarck, Hist. des anim. sans vert., t. 111, p. 31. 1816. — Spatangus Australasiae, Leach, Zoolog. misc., t. Il, pl. LXXX1F, p. 68. 1815.

planche XV (extrait)

 

 
 
 

Breynia cf. carinata HAIME,1853 - Miocène inférieur, Trealla Limestone, Lyndon River, australie de l'Ouest, 58 mm

 
 
 

 
 

Genre Gualtieria  Desor in ag. & Desor, 1847

Catalogue raisonné des échinides, p.10

Espèce type  Gualtieria orbignyana Agassiz in ag. & Desor, 1847  désignation originale.

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Eocène - Oligocène

Syn. 

  • Gualteria d'Orbigny, 1853, p.151 ; nomen nullum.

  • Gualtiera Cotteau, 1886, p.324 ; nomen nullum.

  • Bahariya Elbassyony, 2005, p.321 ; espèce type : Bahariya teetotumensis Elbassyony ; synonyme subjectif plus récent.

 
 
diagnose originale du genre par Desor
Catalogue raisonné des échinides, Desor in Ag. & Desor, 1847, p.10

LXXIV. GUALTIERIA Desor

(Pl. 16 [t. VI], fig. 16.)

     De gros tubercules à la fac supérieure, comme dans le genre Spatangus ; mais la partie pétaloïde qui les renferme est circonscrite par un fasciole qui coupe l'extrémité des ambulacres postérieurs. Dans cette partie des ambulacres, les pores conjugués sont plus effacés et plus distincts qu'à l'intérieur du fasciole. Fasciole sous-anal, comme dans les Spatangues. De gros tubercules irréguliers autour de la bouche. Quatre pores génitaux. Bouche entourée de gros plis, dans les intervalles

   desquels se montrent les pores ambulacraires inférieurs. La seule espèce connue du genre est de l'époque tertiaire.

 

 

 

 

Gualtieria aegrota Dames,1877

 
 
diagnose originale de l'espèce par Dames
Die Echiniden der vicentinischen und veronesischen Tertiaerablagerungen, 1877, p.71
 

G u a l t e r i a   a e g r o t a   nov. sp.

Tafel VII, Fig. 6

     Länge : 22 mm., Höhe : 12 mm., Breite : 19 mm.

     Allgemeiner Umriss oval ; die Oberseite ist regelmässig gewölbt, sur am Hinterrand steiler abfallend. Der Scheitel liegt excentrisch nach vorn. Eine sehr seichte Furche erstreckt sich von ihm bis zum Vorderrande, in welcher di Poren des unpaarigen Ambulacrums nur undeutlich zu beobachten sind. Die vorderen Ambularen sind sehr eigenthümblich entwickelt. Vom Scheitel aus verläuft jederseits nur eine Porenreihe aus etwa 13 Porenpaaren bestehend, une zwar ist est di hintere der beiden Porenreihen, di vordere ercheint erst in ziemlich weitem Abstande vom Apex mit etwa 4 Porenpaaren. Dann erleiden beide Porenreihen eine kurze Unterbrechung, auf welcher nach Analogie der von Desor beschriebenen G. Orbignyana die an unserem Stück schlecht zu beobachtende Fasciole verlaufen muss ; nach der Unterbrechung erscheinen in beiden Porenreihen noch je 3 Porempaare. Der Raum zwischen dem Scheitel un dem Anfang der vorderen Reihe, auf welchem der obere Theil der Porenreihe zu erwarten wäre, ist durch eine ganz flache Rinne eingenommen. Die vorderen Ambulacren divergiren unter einem stumpfen Winkel, die hinteren Ambulacren dagegen unter einem sehr spitzen, une haben deren Porenreihen je 10 Porenpaare oberhalb und 4 Porenpaare unterhalb de Fasciolenunterbrechung. Auch die hinteren Ambulacralporen scheinen erst in geringer Enfernung vom Scheitel zu beginnen. An einzelnen Stellen der sonst schlecht erhaltenen Oberfläche lässt sich eine Bekleidung von feinen Wärzchen erkennen. Das Periproct liegt hoch über dem Rande, ist Längs-oval une vom unteren Rande durch ein schräg nach hinten abfallendes, glattes Feld getrennt. Der Rand ist verhältnissmässig scharf. Auf  der Unterseite fällt vor Allem die der Gattung eigenthümliche Auftreibung der Platten der hinteren Ambulacralfelder auf. Dieselbe nimmt vom Rande nach dem Peristom, welches weit vom Vorderrande gelegen une quer-oval ist, zu, namentlich ist eine Platte hinter dem Munde in der Medianebene gelegen durch besonders starke Aurtreibung auf^ällig. Vor dem Munde lieben an den beiden Ecken desselben zwei halbkugelige Platten. Zwischen une in den Ecken der Platten sind einzelne tiefe Gruben(auf beiden Ambulacralfeldern symmetricsch), in welchen die sehr auseinandergezogenen Poren liegen. Die Seiten une der Raum zwischen den hiteren Ambulacren une dem Hinterrand sind mit radialgestellten Tuberkelreihen besetzt.

     Mir ist bisher nur die zur Aufstellung der Gattung Veranlassung gegeben habende G. Orbignyana Desor (Syn. p. 406, t. 42, f. 9-11) von St. Palais bei Royan und aus Istrien aus Abbildung une Beschreibung bekannt geworden. Von dieser ist die Vicentinische Art sehr leicht zu unterscheiden. Einmal hat letztere einen ovaleren,

 

weniger laggezogenen Umriss ; dann ist die Anschwellung der Platten auf der Unterseite eine ganz andere, wie ein Vergleich der Abbildungen beider lehrt, und endlich verlaufen alle Ambulacren bei ihr gerade, während bei der französischen die vorderen nach Desor's Abbildun stark S-förmig geschwungen sind. Der  eigenthümliche Verlauf der vorderen Ambulacren scheint sich auch bei der G. Orbignyana zu  wiederholen, nur mit dem Unterschiede, dass Desor noch feine Porenpaare auf dem oberen Theil angibt, welche bei unserer entschieden fehlen. Die Neigung zum Oblitteriren zeigt sich aber deutclich auch dort. - Wenn Desor als wesentlichsten Charakter der Gattung die eigenthümliche Form der Platten der Unterseite hinstellt, so möchte ich degegen in Erinnerung bringen, dass sich dergleichen auch bei andreren Gattungen findet ; so bei Spatangus bigibbus Beyrich aus dem Samlande, der stets die beiden Platten an den vorderen Mundwinkeln kugelig aufgetrieben zeigt ; noch mehr aber une z. Th. auch über die ganze Ausdehnung auf den Ambulacralfeldern der Unterseite konnte ich einde derartige Hypertrophie an mehreren Exemplaren von Hemipatagus ornatus von Bünde beobachten, so dass ich mich zuerst zu blauben bezwungen hielt, diese Ersheinung einer Krankheit der Individuen zuschreiben zu sollen. Doch spricht hiergegen die Constanz der Erscheinung bei den beiden Gualteria-Arten, welche auch durch die abweichende Gestalt ihrer Ambulacralfelder auf der Oberseite une namentlich durch den ganz isolirt dastehenden Verlauf der Fasciole mit einander verbunden sind. Es wäre sehr interessant, wenn Unteruchungen an lebenden Echiniden diese Frage weiter aufzuklären im Stande wären.

     Ein auf der Oberfläche nicht sehr gut erhaltenes Individuum von S. Giovanni Ilarione.

 

planche VII (extrait)

 

 
 
 

Gualtieria aegrota Dames,1877, Eocene moyen, Vicence, Italie, 36 mm

 
 
 
 

Gualtieria alicantina Santolaya,1993, Lutetien, Alicante, Espagne, 22 mm

 
 

Gualtieria alicantina Santolaya,1993, Lutetien, Aspe, Alicante, Espagne, 35 mm

 

 

Gualtieria almerai Lambert,1927

 
diagnose de l'espèce par Lambert, 1927
Description des échinides fossiles de la Catalogne, p.87

Gualtieria Almerai Lambert

Pl. IV, figs. 20

     Cette espèce n'est représentée que par un individu mutilé en arrière et qui entier aurait mesuré 32 millim. de longueur sur 28 de largeur et 14 de hauteur. Il présente bien les caractères généraux du G. orbignyi du Bordelais, type du genre, mais il est plus court, pourvu d'un sillon plus étroit et mieux limité, échancrant davantage l'ambitus. Le fasciole temnopétale étroit et toujours un peu diffus n'est pas distinct sur notre G. Almerai, mais chez lui comme chez son congénère bordelais une interruption dans la régularité des pores en trahit la présence. Touls les pores qui avoisinent l'apex sont atrophiés comme s'il avait existé un fasciole endopétale ; l'atrophie atteint surtout les branches IIb et IVa. La même disposition s'observe d'ailleurs chez G. Orbignyi bien que Cotteau ne l'ait pas signalée et que dessinateur ne l'ait pas reproduite à la figure 4, pl. 25, de la Paléontologie française. Mais j'ai sous les yeux un très bel individu de Saint Palais sur lequel cette atrophie des pores périapicaux est très distincte. Je la retrouve sur un individu de Blaye qui laisse apercevoir de chaque côté du sillon de vagues traces d'un fasciole endopétale. Si ce deuxième fasciole existe, il ne constituerait donc pas un caractère qui permettrait de séparer génériquement notre G. Almerai du G. Orbignyi. La face inférieure du G. Almerai est plus plane que celle du G. Orbignyi, mais elle présente dans les zones périplastronales et autour du péristome les mêmes bourrelets saillants, caractéristiques du genre.

     Parmi les espèces connues, G. aegrota Dames du Lutétien du Vicentin a ses pétales plus droits et plus courts, son péristome plus central et son sillon plus atténué. G. Heberti Vasseur de l'éocène de la Vendée a une forme plus large, des pétales plus droits et plus longs ; il manque de sillon antérieur G. Damesi Koch est

 

plus cordiforme avec apex subcentral. G. Meneguzzoi Oppenheim, du Stampien du Vicentin est moins rétréci en avant, son sillon est plus évasé et sa forme générale plus déclive en arrière. Il n'y a pas lieu de comparer a notre espèce G. Australiae Cotteau, qui n'est pas réellement un Gualtieria, mais un genre particulier voisin soit de Brissoides, soit de Hypsopatagus suivant qu'il sera reconnu prymodesme ou prymmadète, mais différent de ces deux genres par l'absence de gros tubercules scrobiculés.

     Localité : St Julià de Villatorta (Barcelone - Catalogne) ; Nummulitique moyen, sans autre précision.

planche IV (extrait)

 

 
 

Gualtieria almerai Lambert,1927 - Lutétien, Pontils, Tarragone, Espagne, 12 mm

 
 

Gualtieria almerai Lambert,1927 - Lutétien, Pontils, Tarragone, Espagne, 25 mm

 

 

Gualtieria orbignyana Ag. in Ag. & Desor,1847

 
description de l'espèce par Cotteau
Paléontologie française, échinides éocènes, tome I, p.112

N° 24. — Gualtieria Orbignyi, Agassiz, 4847.
Pl. 25 et 26.

   

Espèce de taille moyenne, ovoïde, allongée, arrondie et non échancrée en avant, un peu plus étroite et tronquée en arrière. Face supérieure uniformément bombée, presque partout de la même hauteur, plus élevée cependant dans la région postérieure, qui s'abaisse légèrement vers le périprocte e est ensuite verticalement tronquée, ayant la plus grande largeur à peu près au milieu de sa longueur. Face inférieure presque plane, renflée vers l'extrémité de l'aire interambulacraire impaire. Sommet ambulacraire subcentral, un peu rejeté en avant. Sillon antérieur presque nul, marqué seulement de quelques protubérances vagues et atténuées. Aire ambulacraire impaire droite, très étroite à sa partie supérieure, s'élargissant en se rapprochant de l'ambitus, formée de pores simples, très petits, disposés par paires obliques, d'autant plus espacées qu'elles s'éloignent davantage du sommet. Aires ambulacraires paires longues, pétaloïdes, très flexueuses, à fleur de test, de dimension à peu près égale, les postérieures moins flexueuses, plus droites et plus arquées que les autres. Zones porifères larges, accentuées, composées de pores arrondis, écartés, presque égaux, disposés deux à deux dans des sillons étroits et profonds. Aux trois quarts environ de leur étendue, les aires ambulacraires sont traversées par un fasciole interne, et les pores qui se trouvent en dehors du fasciole s'ouvrent dans des sillons plus accusés, de forme ovalaire, et plus espacés; la zone interporifère est assez large, granuleuse et se rétrécit au fur et à mesure que l'aire ambulacraire s'éloigne du sommet. Aux approches de l'appareil apical, les zones porifères externes des aires ambulacraires paires antérieures s'atrophient et ne sont plus composées que de petits pores simples, microscopiques, identiques à ceux de l'aire ambulacraire impaire. Autour du péristome, les pores s'ouvrent au milieu de gros plis saillants, inégaux, irréguliers, correspondant aux sutures des plaques, se prolongeant sur les aires ambulacraires, notamment sur les aires postérieures, De petits pores simples, disposés deux à deux, logés au fond de dépressions apparentes, se montrent à l'ambitus postérieur et forment, à droite et à gauche, une courbe dans l'intérieur du fasciole sous-anal. Tubercules de deux natures : les plus gros, visiblement crénelés, perforés et scrobiculés, sont épars à la face supérieure ; les autres, plus petits, inégaux, se mêlent aux tubercules princi­paux, se montrent sur le bord du sillon antérieur, rem­plissent la région supramarginale et occupent une grande partie de la face inférieure. Péristome transversal, subcirculaire, muni de grosses protubérances. Périprocte ovale, un peu allongé, s'ouvrant au sommet de la face postérieure. Appareil apical compacte, pentagonal, granuleux ; quatre pores génitaux largement ouverts, les deux antérieurs plus rapprochés que les autres ; plaque madréporiforme se prolongeant en arrière, fortement resserrée par

 

les plaques génitales. Fasciole interne coupant les aires ambulacraires aux trois quarts de leur longueur. Fasciole sous-anal transversalement elliptique, largement développé.

Hauteur, 25 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 48 millimètres ; diamètre transversal, 38 millimètres.

Individu plus jeune : hauteur, 21 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 38 millimètres et demi ; diamètre transversal, 31 millimètres.

RAPPORTS ET DIFFÉRENCES. — Cette curieuse espèce sera toujours facilement reconnaissable à sa forme ovoïde, tronquée en arrière, à son sillon antérieur nul, à la structure et à la disposition de ses aires ambulacraires coupées aux deux tiers par un fasciole interne, aux protubérances très accentuées qui entourent le péristome, à ses gros tubercules épars sur la face supérieure.

LOCALITÉ. - Saint-Palais (Charente-Inférieure). Assez commun. Éocène moyen.

Muséum de Paris (collection d'Orbigny); collection de M. Hébert; collections de Loriol, Croizier, Degrange­Touzin, ma collection.

EXPLICATION DES FIGURES. - Pl. 25, fig. 1, Gualtieria Orbignyi, du Muséum de Paris (collection d'Orbigny), vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, région antérieure ; fig. 4, portion de la face supérieure grossie. — Pl. 26, fig. 1, autre exemplaire, de ma collection, vu sur la face inférieure ; fig. 2, région anale ; fig. 3, portion de la face inférieure grossie ; fig. 4, tubercules interambulacraires pris sur la face inférieure, grossis.

planches 25 et 26 (extrait)

 

 

Gualtieria orbignyana Ag. in Ag. & Desor,1847 - Lutetien, Saint-Palais-sur-Mer, 41 mm

 

 
 

Genre Hemipatagus  Desor,1858

Synopsis des échinides fossiles, p. 416

Espèce type  Hemipatagus hoffmanni Desor, 1858  désignation originale.

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Eocène - Oligocène

Syn. 

  • Tuberaster Peron & Gauthier, 1885, p.46 ; espèce type : Tuberaster tuberculatus Peron & Gauthier,1885

  • Chuniola Gagel,1903 ; espèce type : Chuniola carolinae Gagel, 1903

 
 
diagnose originale du genre par Desor
Synopsis des échinides fossiles, p.416
 

CLVIII. genre. - HEMIPATAGUS. Desor nov. sp.

Tab. XLIV, fig. 4 et 5.

     Petits oursins garnis de gros tubercules sur les aires interambulacraires, comme les vrais spatangus, mais avec cette différence que l'aire impaire en est dépourvue. Plastron en général lisse, comme s'il avait été usé. Pétales étalés et en même temps allongés. Quatre pores génitaux. Point de fascioles.

     Les espèces sont essentiellement tertiaires. Type du genre est l'H. Hoffmanni.

     Nota. Ce nouveau genre correspond à la seconde section du genre Spatangus de notre "Catalogue raisonné." Il comprend de petites espèces en général peu élevées, reconnaissables surtout à ce caractère significatif qui avait échappé jusqu'à présent  c'et que les gros tubercules, à l'instar des Eupatagus, n'existent que sur les interambulacres pairs, tandis que l'aire interambulacraire impaire ou postérieure en est dépourvue. Il diffère, d'un autre côté, des Eupatagus par l'absence de fascioles.

  Comme le fasciole péripétale, chez ces derniers, limite d'une manière brusque la zone des tubercules, il y a toujours moyen, grâce à ce contraste, de l'assurer si l'on a à faire à un Hemipatagus ou à un Eupatagus, alors même que le fasciole est oblitéré. Enfin, la structure lisse du plastron paraît aussi constituer un caractère propre, qui, d'accord avec l'absence de tubercules sur l'aire interambulacraire impaire, suffit pour distinguer notre genre des vrais Spatangus et des Macropneustes.

planche XLIV (extrait)

 

 

 

Hemipatagus hoffmanni (Goldfuss,1829)

 
 
description de l'espèce par Desor
Synopsis des échinides fossiles, p.416
 

     Hemipatagus Hoffmanni (Tab. XLIV, fig. 4 et 5.).

     Syn. Spatangus Hoffmanni Goldf. p. 152, Tab. XLVII. fig. 3.  L'une des plus grandes espèces du genre, à peu près aussi large que longue, médiocrement renflée, mais en forme de toit au sommet. Tubercules très gros, crénelés et perforés, entourés d'un scrobicule très profond (fig. 5e) ; ceux du sommet seuls présentent une disposition régulière en petites séries obliques. Le nombre des tubercules est variable.

     Q. 52.

     Tertiaire (Pliocène) de Bünde. C'est l'un des fossiles les plus caractéristiques de cette localité.

       Mus. Bonn. Coll. Michelin, Mus. Neuchâtel et dans une foule d'autres collections.

planche XLIV (extrait)

 

 
 
 

Hemipatagus hoffmanni (Goldfuss,1829), Oligocène, Nordrhein Westphalen, Allemagne, 61 mm

 
 
 
 

Hemipatagus hoffmanni (Goldfuss,1829), Oligocène, Nordrhein Westphalen, Allemagne, 55 mm

 
 
 
 

Hemipatagus hoffmanni (Goldfuss,1829), Oligocène, Nordrhein Westphalen, Allemagne, 35 mm

 
 
       
 
 

Hemipatagus hoffmanni (Goldfuss,1829), Oligocène, Nordrhein Westphalen, Allemagne, 51 mm

 
 

 

Hemipatagus martensii (Ebert,1889)

 
 
diagnose originale de l'espèce par Ebert, 1889
Echiniden des Nord- und Mitteldeutschen Oligocäns, p.67
 

Spatangus (Maretia) Martensii Ebert n. sp.

(Taf. IX, Fig. 2a-c.)

     Die Schale ist von breit herzförmiger Gestalt, vorn mit seichter Einbuchtung, hinten geneigt trunkirt ; nur im hinteren Theil ein wenig aufgebläht, sonst flach.

     Die mediane Profillinie des Oberseite der Schale steigt in der schwachen Furche des unpaaren ambulacrums sanft une gleichmässig an, über den aus dem Mittelpunkte ein wenig nach vorn gerückten Scheitel hinaus, bis sie etwa in der Mitte swischen Scheitel und Periproct den höchsten Punkt erreicht, von dem sie in schwachem Bogen zum After läuft.

     Die Poren des unpaaren Ambulacrums sind sehr undeutlich. Die übrigen Ambulacra sind blattförmig, die Blätter nahezu geschlossen. Die Mittelfelder sind doppelt so breit als die Porenzonen. Die vorderen Porenzonen der beiden vorderen Petalodien verschwinden nach dem Scheitel zu.

     Die Porenpaare der übrigen Reihen und Felder sind deutlich gajocht und durch schmal Leistchen von einander getrennt.

     Das unpaare Interambulacrum hat nur auf dem Kiel, welcher sich vom Scheitel zum Periproct zieht, kleine Wärzchen, ist sonst nackt. Dagegen sind di paarigen Interambulacralfelder mit zahl-reichen, grossen, gehöften, perforirten und gekerbten Hauptwarzen besetzt, un zwar bis dicht zum Rande hinunter, auf dem vorderen Paar auch bis dicht an die Ambulacralgrenze.

     Die Unterseite ist ziemlich eben, nur in der näheren Umbebung der Mundöffnung ein wenig eingesenkt, das Peristom stark excentrisch, das Actinalplastron etwas erhaben. Letzteres ist nur im hinteren Theil mit Wärzchen besetzt, nach dem Mund zu nackt. Ebenso ist das unpaare Ambulacrum und eine breite, bucklige Zone zu beiden Seiten desselben frei von Warzen. Die vorderen Ambulacra aber une die paarigen Interambulacra schmücken dicht gedrängte Warzenreihen, welche nach der Mitte zu an Grösse zunehmen.

     Das subanale, unter dem Periproct eingebuchtete Plastron ist von einer deutlichen Fasciole umgeben une mit feinen Wärzchen bedeckt ; inn dem durch die Bucht getrennten Lappen bedinden sich ausserdem noch drei schräg nach der Fasciole laufende Reihen grösserer Wärzchen. Das Periproct ligt am oberen Rand der Abstutzung und ist fast kreisrund.

     Nur ein grosses, gut erhaltenes Exemplar ligt vor, dessen Höhe 27mm, dessen Breite 70mm und dessen Länge 73mm beträgt ; es befindet sich in dem Göttinger Museum.

     Vorkommen. Ober-Oligocäns : Bünde (Doberg)

     Bemerkingen. Am ähnlichsten is die eben beschriebene Art dem Sp. ocellatus Defrance, und ich habe lange geschwankt, ob Sp. Martensii nicht dieser Art zuzuweisen sei. Allein Loriol1) betont ausdrücklich, dass die Mittelfelder der Petalodien bei jener dreimal so breit seien, als di Porenzonen, während bei unserer Art das Mittelfeld nur doppelt so breit ist. Sodann ist die ambulacralfurche tiefer. Vor Allem scheint aber, wenigstens nach Wright's2) Abbildung, die Unterseite abweichend, indem das durch die hinteren Ambulacra und das unpaare Interambulacrum gebildete, von Warzen freie Plastron der Unterseite verhälnissmässig breiter ist, die hinteren Ambulacra am subanalen Plastron auch stärker divergiren und eine grössere Breite haben. Dagegen scheint mir die von Wright betonte Grösse und Tiefe der Warzenhöfe ein weniger gutes Unterscheidungsmerkmal, da sämmtliche der Gruppe der Maretia angehörende deutsche spatangiden ebenso ausgebildete Warzenhöfe haben.

     Von Sp. Hoffmanni unterscheidet sich unsere Art vor Allem durch die niedrige, von vorn nach hinten gleichmässig und sanft ansteigende Profillinie, durch die seichtere ambulacralfurche und durch das mässig längere Actinalplastron. Das Peristom endlich ist noch einmal so weit aus dem Centrum nach vorn gerückt, als bein Hoffmanni.

_____________________

1) Mém. Soc. Paléontologique Suisse. Bd. II, 1875, S. 133, Taf. XXIII, fig. 2 - 3.

2) Quart. Journ. Geol. Soc. of London. Bd. XX, S. 487, Taf. XXI, Fig. 1.

 
 

Hemipatagus martensii (Ebert,1889) - Oligocène supérieur, Doberg, Bünde, Rhénanie du Nord-Westphalie, Allemagne, 56 mm