Plesiolampadidae

Smith & Jeffery, 2000

Genre type : Plesiolampas Duncan & Sladen, 1882

Description succinte de la famille : Appareil apical monobasal, 4 gonopores. Ambulacres ouverts distalement. Périprocte infra-marginal à marginal, allongé selon l'axe antéro-postérieur. Phyllodes avec pores simples.

 

 


Genre Oriolampas  Munier-Chalmas in Hebert, 1882

Sur le groupe nummulitique du midi de la France, p.369

Espèce type  Amblypygus michelini Cotteau in Cotteau & leymerie,1856

désignation originale

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Thanétien

 
 

Oriolampas michelini (Cotteau in Cotteau & leymerie,1856) - Thanétien supérieur, Haute Garonne, 60 mm

 


 

Genre Pseudopygaulus  Coquand, 1862

Géologie et paléontologie de la région sud de la Province de Constantine, p.274

Espèce type  Catopygus trigeri Coquand,1862

par monotypie

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Sénonien - Eocène

 
diagnose de l'espèce type par Coquand,1862
Géologie et paléontologie de la région sud de la Province de Constantine

277. - Catopygus Trigeri H. Coq., Pl. XXXI, fig. 14, 15, 16.

     Oursin ovale, subcylindrique, élargi au tierspostérieur et coupé en pointe en arrièvre. Sommet au tiers antérieur. Péristome ovale au tiers antérieur. Périprocte submarginal. Amaulacres formés de deux zones de pores inégaux, les extérieurs plus longs que les intérieurs. Dessous sillonné par le prolongement de l'ambulacre antérieur, légèrement excavé au centre.

     Par le sillon inférieur et sa forme allongée, cette espèce se distingue parfaitement des autres.

     Je l'ai recueillie à Zoui, dans les bancs supérieurs de l'étage suessonien.

 

Pseudopygaulus lorioli (Cotteau,1889)

 
diagnose originale de l'espèce par Cotteau, 1890
Echinides éocènes de la province d'Alicante, p.49

34. Pseudopygaulus Lorioli, Cotteau, 1889.
(Pl. VI, fig. 1-5).

          Espèce de petite taille, subcirculaire, un peu plus longue que large, arrondie en avant et en arrière, très légèrement rostrée dans la région postérieure. Face supérieure uniformément renflée, ayant sa plus grande élévation au point qui correspond à l'appareil apical. Face inférieure bombée, subpulvinée, à peine un peu concave autour du péristome. Sommet apical très excentrique en avant. Aire ambulacraire impaire tout à fait différente des autres, étroite et aiguë près du sommet, s'élargissant un peu en descendant vers le péristome, formée de pores simples, extrêmement petits, placés sur le bord externe des plaques. Aires ambulacraires paires fortement pétaloïdes, effilées, un peu ouvertes à l'extrémité, surtout les aires ambulacraires paires antérieures, très inégales, les aires postérieures beaucoup plus allongées que les autres et plus fermées à l'extrémité. Zones porifères larges, composées de pores inégaux, les externes étroits et allongés, les internes arrondis, unis par un sillon subflexueux, au nombre de vingt-deux ou vingt-trois dans les aires antérieures, de vingt-huit ou vingt-neuf dans les aires postérieures. Zone interporifère effilée comme les aires ambulacraires, plus large que l'une des zones porifères. Tubercules petits, crénelés, perforés et scrobiculés, partout serrés, un peu plus espacés aux approches du péristome. Granulation intermédiaire fine, abondante, homogène. Péristome excentrique en avant, subcirculaire, s'ouvrant dans une dépression à peine marquée de la face inférieure. Périprocte infra-mar­ginal, subpentagonal. Appareil apical compact, muni de quatre pores génitaux.

Hauteur, 11mm; diamètre antéro-postérieur, 16mm; diamètre transversal, 13mm1/2.

     Rapports et différences. — Cette petite espèce présente bien les caractères des Pseudopygaulus et se place non loin du P. Toucasi; elle en diffère par sa forme plus ovoïde et plus renflée, par sa face inférieure plus

 

bombée et moins concave autour du péristome, par son sommet apical encore plus excentrique en avant, par son aire ambulacraire impaire plus étroite , par ses aires ambulacraires paires antérieures plus larges, plus courtes, moins effilées et beaucoup plus ouvertes à leur extrémité, par son péristome plus circulaire, par son périprocte moins développé.

     Localité. — Callosa (province d'Alicante). Très rare. Éocène.

     Collection P. de Loriol (Vilanova).

     Explication des figures. - PI. VI, fig. I, P. Lorioli, vu de côté ; fig. 2, face supérieure; fig. 3, face inférieure; fig. 4, appareil apical et aires ambulacraires, grossis; fig. 5, portion de la face inférieure, grossie.

Planche VI, extrait

   

 

 

Pseudopygaulus lorioli (Cotteau,1889) - Eocène moyen, Agost, Alicante, Espagne, 13 mm

 
 

Pseudopygaulus lorioli (Cotteau,1889) - Eocène moyen, Agost, Alicante, Espagne, 14 mm