Nucleolites II


                                              

 

Variations morphologiques intra-spécifiques chez Nucleolites
dans l’oxfordien moyen des Vaches-Noires (14)

par Jean-Philippe DUDZIAK

 

                Situé en Basse Normandie, entre Villers sur Mer et Cabourg, le site des Vaches-Noires est célèbre dans le monde entier pour ses fossiles nombreux et variés. Ces falaises, localement d'aspect ruiniforme, sont entaillées dans les étages callovien supérieur et oxfordien pour le jurassique, cénomanien inférieur pour le crétacé. Signalons que cette falaise est protégée et qu'il est interdit d'y accéder car de nombreux accidents (enlisements...) s'y sont déjà produits. Seuls les abords de l'estran sont accessibles à marée basse sans trop de danger.

                L'oxfordien moyen se présente d'abord par une succession de couches marneuses (couches à Trigonia et à Lopha), elles-mêmes surmontées d'un calcaire oolithique à passées argileuses et ferrugineuses dans lequel on peut trouver des oursins fouisseurs, Nucleolites scutatus. C'est l'oolithe de Trouville.

                La plupart des Nucleolites rencontrés dans cette oolithe présentent une morphologie générale très semblable (N. scutatus).

                Cependant, quelques (rares) exemplaires présentent une variation assez importante pour être signalée :

  • forme "carénée" tout au long de l'ambulacre impair antérieur (2 exemplaires personnellement récoltés)
     

  • forme nettement "gibbeuse" (1 seul exemplaire trouvé)

 

Voici ces variantes représentées avec quelques données de comparaison. Ces variations sont-elles propres à l'espèce, au lieu ou déterminent-elles des variétés, voir des espèces, différentes? Je laisserai les spécialistes répondre à cette question!

  

Cliquez sur chaque photo pour la voir en plus grande taille.

 

 

Nucleolites sp1  

Nucleolites scutatus

 

Nucleolites sp2

Un peu plus long que large (L/l >1)

le rapport LHT/Dist entre extrémité du sillon anal et centre de l'aire apicale >= 0,2

 

A peine plus large que long
(L/l = ou <1)

le rapport LHT/Dist entre extrémité du sillon anal et centre de l'aire apicale < 0,15 en moyenne

 

pratiquement aussi long que large

nucleolites-sp1-a.jpg (169201 octets)   scutatus-1-a.jpg (202510 octets)   nucleolites-sp2-a.jpg (173359 octets)

Face sup presque plane mais avec une forte carène à l’ambulacre antérieur
(L/h = ?)

nucleolites-sp1-b.jpg (164811 octets)

 

Face sup légèrement et régulièrement bombée (moyenne L/h =1,7 à 1,8)

scutatus-1-b.jpg (163300 octets)

 

Face sup plus fortement bombée (L/h=1,5)

nucleolites-sp2-b.jpg (122533 octets)


face inférieure non dégagée

nucleolites-sp1-c.jpg (196172 octets)

 

Face inférieure avec légère concavité centrale

scutatus-1-c.jpg (158340 octets)

 

Face inférieure plus fortement creusée

nucleolites-sp2-c.jpg (128953 octets)